La jeune fille d’origine malienne a dépassé depuis longtemps le fait d’avoir vécu dans une cité à Vitry sur seine. Le long de l’avenue de la gare. Pas loin d’un RER qui vous mène à Paris ou à Juvisy. Rien de plus sain, on ne grandit pas seulement dans l’enfance. Aujourd’hui celle qui est appelée “kadi” a sa propre expérience.

Elle vit dans une ville des Yvelines. Plutôt coté. Quand vous en parlez à une vitryote, on ne sait pas pourquoi, c’est le signe d’une réussite. D’une réussite sociale.

Kadi, 24 ans 1/2, n’a jamais été la bonne candidate pour le double projet de Juvisy. Elle cherchait des formations qui ne pouvaient pas se faire. Peut-être sans le vouloir. Peut-être en le sachant instinctivement. Qu’aurait-elle fait d’un BTS SP3S qu’elle ne pouvait pas faire. Les diplômes de la Santé obligeant à des stages de présence que la situation d’internationale ne permet pas. Une raison pour laquelle, aucune ne se forme dans ce domaine.

Le double projet n’était pas pour elle. Il ne le sera plus.

Sa carrière est ailleurs. Gaetane Thiney, lorsqu’elle avait 17-20 ans, disait d’elle, “c’est la seule qui va plus vite que moi avec le ballon”. Vous voulez connaître la valeur d’une joueuse ? Interrogez une autre joueuse sans micro et sans conséquence, elles sont cash et se trompent rarement sur les autres.

Passée professionnelle au Paris Saint Germain en étant la seule à faire le transfert dans ce sens, moyennant néanmoins monnaie trébuchante. Aujourd’hui, c’est une professionnelle de 24 ans qui doit percevoir, au bas mot, 9.000 euros mensuel avec les primes de matches. Un peu moins de 7.000 sans certainement.

Un premier coffre-fort de percé. A cet âge, d’où elle vient. Dans la rue longue de la gare à la Mairie de Vitry-sur seine. Vous aurez du mal à trouver la même rémunération individuelle chargée, comme un salaire. En libéral, c’est un revenu net de 120.000 euros en bas de la 2035. Un médecin secteur II avec 10 années d’étude.

Lorsque vous discutez avec des journalistes étrangers, notamment américains. Il n’y a aucun doute qu’elle les a marqué. Si en plus vous vous rappelez ses deux buts face aux USA en amical 2019, alors vous savez que son nom est inscrit sur un bout de papier bien formaté avec tout ce qu’il faut pour la disséquer.

Dès lors où Kadidiatou Diani va faire exploser les USA en 1/4 de finale, elle aura percé un second coffre-fort.

Kadidiatou Diani, derrière son sourire. Il y a l’ambition, il y a la famille et sachez qu’il y a aussi une perceuse de coffre-fort.

William Commegrain Lesfeminines.fr