Le football féminin n’est pas si reconnue pour que les noms des joueuses parlent au-delà de ceux qui les suivent. Il existe quelques rares joueuses qui sont sorties du “pôle football” soit pour des qualités physiques comme Alex Morgan, soit pour des prises de position féminines, très LGBT mais pas que, comme Megan Rapinoe.

Celles qui sont ressorties au niveau international en raison de leurs qualités de football sont MARTA et Christine SINCLAIR.

En Europe, on peut penser qu’il y a une place à prendre dans ce mondial. Pour la France, Amandine Henry qui cherche à identifier la performance et la féminité pourrait en être quand Laure Boulleau, pour le faire, a dû sortir du “football” pour jouer de sa plastique comme source d’identité.

Les Historiques du football féminin présents en 2019

  • Marta, (33 ans, Brésil), la joueuse la plus récompensée du football féminin, élue six fois meilleure joueuse mondiale (2006, 2007, 2008, 2009 2010) réélue en 2018, sera au Mondial 2019.
  • Caroline Seger (SUE, 34 ans, ex-PSG et OL) et Erika (BRA, ex PSG, 31 ans), dans l’équipe type de 2011 seront présentes au Mondial 2019.
  • Formiga (42 ans, PSG, BRA) avec ses six Mondiaux et JO, comme Cristiane (34 ans, ex PSG), Ballon de bronze 2007, seront au mondial 2019
  • Birgit Prinz (Ger), meilleure joueuse et buteuse à la Coupe du Monde 2003, devenue psychologue sportive fera partie du staff de l’équipe allemande au Mondial 2019.

Les stars identifiées du football féminin

  • Les américaines Alex Morgan, stars des réseaux sociaux et Megan Rapinoe, excellente compétitrice, seront présentes pour les USA.
  • Pour les canadiennes, Christine Sinclair est à quatre unités du record mondial de buts (184) détenue par Abby Wambach.
  • Pour les brésiliennes, Formiga sera la joueuse la plus âgée de tous les mondiaux et celles qui aura joué le plus de Mondial. Sept sur huit. Marta et Cristiane sont des stars du football féminin.
  • Pour les Bleues, Eugènie Le Sommer est à quelques unités du record de Marinette Pichon (81). Sarah Bouhaddi, souvent élue meilleure gardienne du monde, Wendie Renard et Amandine Henry sont les françaises faisant partie du Top 10 de la FIFA.
  • Pour l’Allemagne, Dzsenifer Marozsan, joueuse de l’OL, dans le trio européen mondial et européen, aura une influence sur le résultat de la Mannschaft.
  • Pour l’Angleterre, la capitaine Stef Houghton est attendue.
  • Pour le Japon, Saki Kumagai qui a donné le titre au Japon en 2011 avec son dernier tir au but sera essentielle aux Nadesheiko.
  • Pour les Pays-Bas, Lieke Martens qui a marché sur l’eau lors de l’Euro gagné à domicile, meilleure joueuse FIFA 2017, sera attendue pour réaliser une performance en 2019 comme Vivianne Mediema.
  • Pour la Suède. Kosovare Asllani (ex PSG), Sofia Jakobsson, Blackstenius, et Caroline Seger, toutes ayant joué en France devraient porter une suède en forme.

Plus celles que la compétition 2019 va mettre en valeur.

Une nouvelle génération arrive, les joueuses récompensées en 2015 seront peu.

Carli Lloyd (USA), Ballon d’Or 2015 a 32 ans et meilleure joueuse FIFA 2015 et 2016 sera au Mondial 2019 pour son quatrième mondial. Amandine Henry (FRA), Ballon d’Argent 2015 a 25 ans sera présente au Mondial 2019 comme capitaine de l’Equipe de France.

Pour les meilleures buteuses de la compétition 2015, le soulier d’Or avec Célia Sasik (Ger) qui avait surpris tout le monde en annonçant sa retraite à 27 ans pour devenir mère de famille et sa coéquipière Anja Mittag (34 ans, bronze), ex-parisienne et joueuse de Rosenborg, toujours en activité, ne sont pas dans la sélection allemande. Par contre, Carli Lloyd (Argent) auteure d’un triplé historique en finale mondiale (5-2), à égalité avec Sasik mais devenue Argent pour un temps de jeu supérieur, sera bien présente.

Pour ce qui concerne les gardiennes (gants d’Or), aucune de celles récompensées en 2015 ne sera présente au Mondial 2019. Il y avait eu Hope Solo pour l’Or, forte personnalité internationale. Nadine Angerer, première gardienne a être élue meilleure joueuse FIFA en 2013 avait eu l’Argent et Ayumi Kaihori, le Bronze, après cinq buts encaissés en finale qui avait terni sa performance.

Les jeunes joueuses récompensées : la lyonnaise Kadeisha Buchanan (Or), canadienne sera bien présente alors que sa coéquipière Ada Hegerberg (Argent), comme tout le monde le sait, Ballon d’or 2018, ne le sera pas.  Idem pour la chinoise Tang Jiali.

William Commegrain Lesfeminines.fr