Les Bleues sont faites de lyonnaises (7), sextuple championne d’Europe dont trois ont relevé de souci qui va maintenant jusqu’au forfait. Le stade de l’Olympique Lyonnais, le Groupama Stadium de Jean-Michel Aulas se trouve dans la ville de Décines qui recevra les 1/2 finales et la finale du Mondial 2019.

Avec le forfait de Griedge M’Bock, quatrième lyonnaise à poser un problème à la sélectionneuse en l’espace de moins de 15 jours, alors que les joueuses de Reynald Pedros sont arrivées Mardi dernier, après leur finale de la Women’s Champions League.

Pourquoi écrire le jeu de mots “Décimes”, la ville des lyonnaises, décime les Bleues de Corinne Diacre ?

C’est la gradualité qui interpelle. D’abord des mouches de problèmes avec Amel Majri, une pointe d’inquiétude musculaire pour Eugènie Le Sommer, le début d’un gros problème pour Amandine Henry. Corinne Diacre disant “avec le dos, on ne sait jamais”. Pour finir par un gros souci, puisque six jours avant la rencontre, Griedge M’Bock est forfait (entorse du genou contre la Chine).

Forfait de Griedge M’Bock, Six jours avant l’ouverture du Mondial. C’est juste énorme.

Les joueuses avaient toutes un seul mot en bouche. “S’adapter”. Si elles en sont toutes capables car Corinne Diacre a crée un très bon “feeling” avec ce groupe, il n’empêche que cela donne un groupe potentiellement moins fort s’il manque certaines de ces joueuses sur le “pitch”, Vendredi 7 Juin et pour les suivants.

La Corée du Sud, la Norvège et le Nigéria ne se sont pas préparées pour sept matches. Mais pour être les deuxième du Groupe A, derrière la France. Soit les trois premières rencontres qui vont être les plus difficiles de leur parcours à mon sens.

D’autant qu’on a vu une France gagnante mais sans certitude pour autant face à la Thaïlande (3-0) comme la Chine (2-1). Des équipes qui ne sont pas leaders mondiales. Il va falloir aller chercher chacune des victoires.

Corinne Diacre avait répondu à la question de Julien Froment d’Europe 1 : “Je ne suis pas rassurée car je ne suis pas inquiète !”. Il semble que cela ne va plus être le cas.

Si le Mondial 2019 a mis en avant en France le genre féminin bien plus que le sport fixant même la finale et le titre ; là sur la partie sportive, il va falloir s’arracher.

Les Bleues, championnes d’Europe avec les lyonnaises pourraient se transformer en seconde de D1F (PSG, Montpellier, Bordeaux, Paris FC). Ce n’est pas faire injure que de rappeler que ce n’est pas le même niveau.

A l’inverse, le fait d’avoir les championnes d’Europe n’a jamais donné un titre aux Bleues. Plutôt des 1/4 depuis 2015. Donc, cela reste jouable.

Pour l’instant, Décines siège de l’OL, décime les Bleues de Corinne Diacre. Il y a mieux comme départ d’un Mondial que tout le monde avait annoncé sur sept matches.

Il va falloir s’arracher.

William Commegrain Lesfeminines.fr