L’Arrivée des lyonnaises. Le groupe France est au grand complet. Depuis Mardi, les lyonnaises ont intégré le groupe avec le titre renouvelé de Championne d’Europe (le sixième pour cette génération), acquis facilement devant le FC Barcelone (4-1). Elles le disent, maintenant, elles sont totalement focus sur la Coupe du Monde.

Amandine Henry : “dans une 1/2 heure, je vais sur un test d’effort !”

“Match après match” est une des formules les plus dites et entendus par les coaches. Avec une dizaine de jours de moins que les autres sélectionnées, elles vont savoir sans souci se mettre dans le bain.

On est en droit de dire que cette formule est appliquée comme maitrisée par les lyonnaises. Trois triplés sur les trois dernières années. Championnat, Coupe de France (hormis 2018) et Coupe d’Europe. Le tout se décidant souvent, dans le même dernier mois, Mai et/ou Juin. Les lyonnaises de Corinne Diacre savent appliquer la formule.

Ne pas associer le palmarès des lyonnaises à la performance des Bleues.

Cela fait sept joueuses, fortes d’un palmarès inégalé en Europe. Si certaines sont championnes ou ont fait le doublé, peu des 552 joueuses au Mondial peuvent prétendre à un doublé national et une Coupe Intercontinentale. Soit parce qu’elles jouent à l’étranger, faute d’un championnat assez mûr. Soit parce qu’il n’existe pas de coupe intercontinentale (USA). Soit parce qu’elles se trouvent sur la route de l’OL dans l’UEFA :

On va trouver pour 2019, Amandine Henry (capitaine des Bleues), Wendie Renard (Capitaine de l’OL), Eugènie Le Sommer, Sarah Bouhaddi, Amel Majri, Griedge M’Bock, Delphine Cascarino. Il faudra ajouter, 2018, 2017, 2016, ……..

La seule avec un palmarès proche est la capitaine japonaise, Saki Kumagai (Ol, Japon).

Quand on y pense, c’est dingue le palmarès de l’Olympique Lyonnais en club.

Si c’est un fait, l’erreur serait d’en demander autant à l’équipe nationale. La tentative a plus d’une fois été faite d’établir une comparaison. Commencée en 2012 (1/2 F) après le premier sacre européen lyonnais de 2011, continué en 2013 (1/4). Affirmé en 2015 (1/4) au Mondial canadien. Réaffirmé en 2016 (1/4) aux JO de Rio. Proposé en 2017 à l’Euro (1/4) organisé par les Pays-Bas.

La seule fois où les Bleues ont levé la Coupe, c’est lors du modeste Tournoi de Chypre et, dans la ShebelievesCup 2017, pour un tournoi plus relevé.

Après tous ces faits, on peut dire qu’il n’y a eu, dans le passé, de corrélation directe entre le palmarès de l’OL en club et la performance en Bleue. Trois hommes s’y sont essayé, sans succès de titres : Bruno Bini, Philippe Bergerôo, Olivier Echouafni. Corinne Diacre va s’y atteler.

William Commegrain Lesfeminines.fr