L’Olympique Lyonnais range un 6e titre au coffre, en établissant un nuage de records. 

Un beau cadeau d’anniversaire pour les trente ans d’Eugènie Le Sommer. Six titres européens pour l’OL. Record. Quatre titres consécutifs. Record. (4-0) en finale de la WCL sur une mi-temps. Record. 82e match de WCL pour Wendie Renard. Record. 6e titre européen pour Wendie Renard, Eugènie Le Sommer et Sarah Bouhaddi. Record. Triplé en finale pour Ada Hegerberg. Record.

Et il doit en manquer.

Le FC Barcelone a craqué sur son côté gauche avec la vitesse de la championne d’Europe 2017 Shanice Van de Sanden qui a transformé Leila Ouahabi en train de banlieue. Loin de la néerlandaise, toujours en retard lui laissant le champ libre pour des centres qui ont fait mal.

L’Olympique Lyonnais aura remporté cette finale en mettant le pied sur l’accélérateur en première mi-temps. L’expérience aura été la clé lyonnaise et le FC Barcelone se rendra compte, que même archi-dominée en première mi-temps actant la réussite lyonnaise dès la 15′, qu’avec des occasions marquées en seconde mi-temps, elles avaient la possibilité de faire mieux.

Ada Hegerberg signe un triplé historique.

Pourtant Losada s’était imposée sur Amel Majri pour servir Duggan (4′) qui termine l’action seule dans la surface pour finir par un extérieur. Ce sera la seule action des catalanes qui reprendront du souffle à la 44′ sur une tête immanquable de la même Losada (44′).

Entretemps, Dzsenifer Marozsan aura eu le bonheur d’ouvrir le score à la 5′ (1-0), dans la foulée de l’occasion catalane, en s’imposant au centre de la défense, plus rapide et décisive que Pereira. Un rêve pour la joueuse allemande venue jouer cette finale sur ses terres hongroises et devant sa famille, pour la première fois.

UEFA. But d’Ada Hegerberg.

Dans la foulée, Ada Hegerberg frappera trois fois (14′, 20′, 30′), servie par Van de Sanden et Lucy Bronze à droite, Amel Majri à gauche, et s’imposant à chaque fois sur la défense centrale. Un triplé que la Ballon d’or avait oublié depuis longtemps et fait à un moment idéal. A la Messi ou Cristiano Ronaldo, en finale européenne.

Une performance (44 buts) qui restera dans l’Histoire pour celle qui venait juste de dépasser le record de buts de Lotta Schelin, sa mentor dans sa première année lyonnaise.

Le FC Barcelone, limité et décevant ou décevant car limité, s’essayera au contre mais Wendie Renard sortira un superbe tacle devant Duggan (39′) alors que Griedge M’Bock commence à sortir un jeu long de très bonne qualité. Le début des occasions ratées du FC Barcelone commencera à la fin du premier acte (44′) avec une tête esseulée sur un des rares corners catalans.

Le FC Barcelone rate les immanquables.

La seconde mi-temps se fera dans la gestion avec un magnifique mouvement initié et terminé par Eugènie le Sommer, le jour de ses trente ans. Delphine Cascarino aura un tir cadré (67′) quand Lieke Martens, enfin à l’écran, ratera la réduction du score sur un contrôle esseulé à cinq mètres des cages de Sarah Bouhaddi qui sortira extérieur. Une seconde occasion qui aurait pu finir au fond des filets.

Efficacité lyonnaise, inefficacité catalane.

Pour la 3e, avec un lob de Losada qui ne demandait qu’à entrer (72′), on pourra dire que le FC Barcelone a été très défaillant dans l’efficacité alors que l’Olympique Lyonnais, au contraire, aura mis quasiment toutes ses occasions de la première mi-temps.

Un second acte où seuls les chants lyonnais n’auront pas baissé de forces quand l’Olympique Lyonnais laissera un peu plus respirer les barcelonaises qui n’ont pas su et pu en profiter sauf sur l’occasion réussie à la 89′ d’Oshoala (4-1) qui retrouvera la France avec le Nigéria.

Une seconde mi-temps qui aura été dans l’escarcelle des catalanes qui ne pourront que regretter les occasions ratées de la seconde période, pourtant dominée en jeu par l’OL mais avec bien moins d’intensité qui leur avait permis de mettre KO leurs adversaires pour leur première finale européenne.

La hiérarchie des clubs européens est menée par la France.

L’Olympique Lyonnais écrase le FC Barcelone, montrant que les clubs espagnols sont quatrième dans la hiérarchie européenne. Menée par la France (10 finales, 6 titres) depuis 2010, suivie de l’Allemagne (4 titres, 4 finales) sur la même période. L’Angleterre se place en 3e (Manchester City et Chelsea) et l’Espagne prend la 4e place avec un Atletico Madrid qui n’a pas réussi à se qualifier pour les quarts depuis son entrée dans la WCL. Il faut dire, obligé de rencontrer le VFL Wolfsburg.

L’Olympique Lyonnais fait un 3e triplé historique (Championnat, Coupe de France, Coupe d’Europe), prend sa 6e Coupe d’Europe pour un quatrième titre consécutif. Historique.

Quand vous raconterez l’Olympique Lyonnais, il y aura une évidence : utiliser le terme “Record” au pluriel et rajouter celui “Historique !”

Les françaises et internationales étrangères rejoindront leurs sélections nationales le plus tôt. Pour la France, ce sera Mardi à Clairefontaine.

William Commegrain Lesfeminines.fr

Finale WCL 2019. Olympique Lyonnais (4-1) FC Barcelone.

Olympique Lyonnais : Bouhaddi – Bronze, M’Bock, Renard (cap), Majri (82′ Bacha)- Henry, Fishlock (72′, Kumagai) – Van de Sanden (63′ Cascarino), Marozsan, Le Sommer – Hegerberg. Coach : Reynald Pedros.

FC Barcelone : Panos – Torrejon, Pereira (81′ Van den Gragt), Maria Léon, Ouahabi – Losada (cap), Bonmati (69′ Oshoala), Alexia, Mariona – Martens, Duggan (69′, Andressa Alves). Coach : Cortes.