Reinhard Grindel, Président de DFB, la plus importante fédération au monde (un peu plus de 6.500.000 quand la moyenne forte est à 1 million), démissionne pour avoir reçu le cadeau d’une montre d’une valeur de 6.000 €. Si l’idée du cadeau n’est pas la cause de la démission, cela serait sa non-déclaration qui en aurait été la raison. D’autant qu’elle proviendrait d’un vice-président de l’UEFA, Grigoriy Surkis, présenté comme un homme d’affaires et membre du COMEX de la fédération européenne.

Les russomanias ont toujours “une façon élégante” de savoir remercier leurs amis. Pas comprise en Occident. Bien entendu l’ex-Président déclare “qu’il n’y avait aucun conflit d’intérêt”.

Rainer Koch et Reinhard Rauball, déjà à la tâche pour assurer l’intérim du Président précédent seront en charge de la DFB jusqu’en Septembre. Date des assemblées appelées à élire un ou une successeur.

La démission, une habitude Outre-Rhin.

Wolfgang Niersbach, son prédécesseur en 2015, avait démissionné après des allégations d’achat de vote pour l’obtention de la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. Il avait lui-même remplacé Theo Zwanziger, démissionnaire en 2012. Quand vous rajoutez la mésaventure du Président du Bayern de Munich, Uli Hoeness, condamné à 3 ans et 1/2 pour fraude fiscale et incarcéré 7 mois avant d’être en régime de semi-liberté, vous vous dîtes qu’en Allemagne, la rigueur a un côté américain. Peu pratiqué, beaucoup sanctionné.

Enfin, il s’agit d’une démission qui ne fera pas verser une larme à Steffi Jones, l’ex-star, Présidente de la Coupe du Monde 2011 et sélectionneuse allemande (2017-2018), débarquée par le Président démissionnaire.

On ne pourra pas s’empêcher de caractériser les performances de l’économie allemande. 4% de demandeurs d’emplois, en comprenant un peu mieux son caractère … Un travail précaire à durée déterminée et un usage immodéré de l’intérim de remplacement.

Humour.

William Commegrain Lesfeminines.fr