Le Paris FC, il fût un temps récent, se trouvait descendu en CFA (Nationale 2) au terme de la saison 2012-2013. Sauvé par la DNCG. Au coeur d’un manque de chances sportives de conflits d’actionnaires et de compétences qui pouvaient se qualifier d’incompétences. Cela confirmait que les structures bicéphales en France ont le plus grand mal à exister. L’esprit français est ainsi. On aime avoir un chef en bout de table. Le Paris FC a mis un certain temps à le comprendre.

Alors, exit la période Guillou (2013-2015) qui devait fournir sa formation africaine, côtée année 2010-2020, bien moins brillante que celle des Kolo Touré qui ont explosé en Angleterre. Exit en 2012-2013, l’univers bancaire et son portefeuille représenté par l’influent Guy Cotret, ex cadre dirigeant de la Caisse d’Epargne parti à Auxerre. Seul est resté Pierre Ferracci, corse adepte du portefeuille placé à droite et de son coeur sur le côté gauche. Expert-Comptable qui a dû apprendre à maitriser le mot “émotion”, lui qui est marié à une artiste peintre. Visiblement, sa sensibilité.

Depuis trois saisons, le Paris FC arrive à s’asseoir sans tomber. Une remontée en L2 (2016-2017), la huitième place en 2017-2018 et maintenant un Top 5 de Ligue 2. On est dans le domaine de la surprise, qui se transforme au fil du temps en caractéristique, justifiant d’un espoir maitrisé d’une L1 à portée de fusil. Les premiers pas pour commencer à rêver plus haut, et plus fort. Mais dans ce club pas plus vite. Un mot que le Directeur Général, Pierre Dréossi (2016), artisan de l’équilibre, semble ne pas apprécier dans le domaine de la construction. Un reste de son parcours de défenseur ?

Après avoir eu Vinci comme partenaire qui frise la cinquantaine de milliards d’euro de chiffre d’affaires, le Paris Fc se trouve un second partenaire significatif avec ADP, structure publique qui va se transformer en structure privée à la demande d’Emmanuel Macron, dont on dit que Pierre Ferracci, ne serait pas très loin. Le goût du “Mazarin” est la qualité première des hommes du chiffre comme du droit. Expert-comptable et avocats. Domaine dans lequel exerce Pierre Ferracci avec une structure de 1000 salariés exerçant leurs qualités sous le nom de l’entité d’Alpha.

D’abord, en faisant comme le Paris SG, par le naming du centre d’entraînement du Camp des Loges transformé en centre Ooredoo pour le prestigieux aîné ; le nouveau centre du Paris Fc installé à Orly va devenir “Groupe ADP – centre d’entraînement Paris FC”.

“Ce partenariat vise à soutenir le développement du Paris FC, à travers notamment ses infrastructures. Le récent centre d’entraînement, véritable pôle de performance qui rassemble l’équipe masculine professionnelle (Ligue 2), l’équipe féminine (D1 féminine), le Centre de Formation et le Centre Administratif, va donner un nouvel élan au club parisien. Ce centre d’entraînement, situé sur le territoire d’Orly, portera désormais le nom « Groupe ADP – Centre d’entraînement Paris FC ».”

Un partenariat classique, mais visiblement l’ambition du Paris FC est ailleurs. Puisque il faut lire dans cette nouvelle collaboration, la volonté “Cette grande ambition sportive et sociétale s’appuiera notamment sur une politique de formation déjà largement reconnue.” Là encore une stratégie commune à tous les clubs professionnels.

Sauf que le Paris FC se trouve à Paris. Une mégapole de 10 millions d’habitants avec un Paris Saint Germain dont l’ambition européenne l’oblige à recruter international, laissant une bonne place aux autres clubs parisiens, dont le Paris FC. Aujourd’hui, qui se trouve dans la meilleure configuration, puisque dans le TOP 5 de la Ligue 2. Candidat aux barrages pour la L1 alors que le Red Star, bute à ce niveau. Dernier de cette saison et certainement condamné à l’ancien National.

Avec ADP, il se pourrait que le Paris Fc prépare son décollage.

William Commegrain lesfeminines.fr