Une équipe de France concoctée par Corinne Diacre qui trouve à chacun de ses choix -ou non choix- les mots qui conviennent pour dire “c’est normal !”. Du Didier Deschamps dans le texte, à la sauce féminine. Sauf que, comme tout sélectionneur -puisque le modèle est masculin-, la sanction est sans appel. Soit tu réussis et l’ex-capitaine de l’Equipe de France pourra préparer sa veste pour recevoir le liserée rouge de la Légion d’Honneur avec un titre mondial au palmarès, soit tu échoues et il faudra “ramer” pour retrouver de la crédibilité pour l’ex-coach de Clermont, club de Ligue 2 française qui risque de pointer à la première place mondiale, si victoire il y a face à l’Allemagne. Des points qui vaudront chers après la victoire contre les USA, le Brésil et l’Australie.

Sont appelées, pour jouer face à l’Allemagne, numéro 2 mondial, qui vient de reprendre son championnat après deux mois de trêve hivernale, les surprises suivantes :

Hawa Cissoko (2 sélections, 21 ans) qui était du début de l’arrivée de Corinne Diacre lorsqu’elle avait bousculé les usages en ouvrant très large la porte de l’Equipe de France. Une joueuse formée au PSG, passée par l’Olympique de Marseille et qui s’épanouit à Soyaux, dernier club féminin en passe de se marier avec Angoulême. Peu de sélections en B (5) selon le site de la FFF, et oubliée depuis Novembre 2018. Peut-être, aussi un “coup de mains” pour le club des Charentes afin d’avoir dans son effectif des internationales A. Une technique qui a permis à d’autres clubs de se développer.

Pour le reste une ligne défensive maintenant habituelle avec Julie Debever (Guingamp) entre expérience et compétence mais qui donne de la taille à la défense française, Sakina Karchacoui (Montpellier), Amel Majri, Griedge MBock et Wendie Renard (OL), Marion Torrent (Montpellier) et Aissatou Tounkara (Atletico Madrid). Il manque Eve Perisset du dernier rassemblement, victime d’une commotion cérébrale d’après la sélectionneur française et qui revenait dans le groupe des 23 depuis peu.

Au milieu, Maeva Clemaron (FC Fleury 91, 2 sélections en A et une en B en 2017) revient dans le groupe, sans autres raisons que d’avoir déjà été appelée et connue donc de Corinne Diacre. La joueuse, capitaine du club de l’Essonne et ex-stéphanoise, jouant ses matches de manière habituelle, avec beaucoup d’abnégations mais ne possédant pas une carte de visite significative dans le milieu des internationales. Charlotte Bilbault (Paris FC, 11 sélections en A et 15 en B) est renouvelée. L’ex-sojaldicienne et maintenant parisienne depuis plusieurs saisons, se situe toujours entre les deux mondes. Celui des A ou des B. Réserviste à la Coupe du Monde 2015, elle pourrait voir sur la ligne, le retour de Kheira Hamraoui (FC Barcelone) dont tout le monde se demande pour quelles raisons elle n’a pas déjà été appelée et dont le nom circule -à nouveau- dans les discussions FFF. Ce qui lui donnerait un billet pour la prochaine liste ? Une situation de concurrence logique mais qui ne peut qu’étonner tant la barcelonaise méritait d’être appelée depuis le mandat de Corinne Diacre (Septembre 2017, déjà dix huit mois). Le temps peut-être pour elle, de constituer déjà un groupe fort en cohésion pour “canaliser” la personnalité forte de l’ex-parisienne et lyonnaise.

Devant, on trouve de manière surprenante Ouleymata Sarr (Losc) et Valérie Gauvin (Montpellier). Deux joueuses qui font partie du groupe de Corinne Diacre mais en manque d’efficacité pour la lilloise et de temps de jeu pour la montpelliéraine. On est dans la jurisprudence des sélectionneurs du monde entier. “Quand tu fais partie du groupe, tu es appelée”.

Il reste que seront derrière leur écran -ou pas- des joueuses qui resteront à la maison avec des statistiques de qualité. On pense à Clarisse Le Bihan (Montpellier, 11 buts, 24 ans), qui a la qualité d’avoir beaucoup marqué, et le défaut d’avoir peut-être supplée d’autres joueuses sous le mandat de Philippe Bergerôo. Dans le même profil, on a Claire Lavogez (35 sélections en A, 24 ans). Deux joueuses de l’épopée Bergerôo et Echouafni qui n’ont jamais été appelées par Corinne Diacre et dont tout le monde s’accord à dire qu’elles ont le niveau international. Moins connue, mais plus en verve, Aurélie Kaci (30 ans), en course pour un doublé “championnat et Coupe” avec l’Atletico de Madrid ne fait pas partie des plans de la sélectionneur quand Kenza Dali (Dijon, 27 ans, 22 sélections), rappelée, est restée depuis deux rassemblements sur le quai.

Eugènie le Sommer est au repos, tant à l’Olympique Lyonnais qu’en Equipe de France. Anticipée dès lors que l’argentine Jaimes a été pris pour six mois de contrat par l’OL, alors qu’Ada Hegerberg se porte au mieux. Déduction de la réponse de Reynald Pedros en zone mixte ? Une situation anticipée et prévue qui doit avoir ses raisons.

Ce stage se fait dans la période où toutes les équipes du Mondial vont aller en tournoi. Une grande revue d’effectif habituel dans le calendrier féminin du football. Pour la France, ce sera l’Allemagne avec sa nouvelle sélectionneuse et sa reprise de championnat, et l’Uruguay, moins connue.

Des propos de Corinne Diacre en conférence de presse, retracée par footofeminin, je retiendrais la phrase suivante : “Aujourd’hui je n’ai pas vu d’équipe qui nous fait peur, mais on les observe minutieusement, avec un rapport écrit et un rapport vidéo, on ne laisse rien au hasard. On verra au cours des prochaines semaines si une équipe commence à me faire peur, mais je n’ai pas beaucoup d’inquiétudes”

William Commegrain lesfeminines.fr

Gardiennes
Sarah Bouhaddi (O. Lyonnais), Solène Durand (EA Guingamp), Pauline Peyraud-Magnin (Arsenal WFC, Angleterre)
Défenseures
Hawa Cissoko (ASJ Soyaux), Julie Debever (EA Guingamp), Sakina Karchaoui (Montpellier HSC), Amel Majri (O. Lyonnais), Griedge Mbock Bathy Nka (O. Lyonnais), Wendie Renard (O. Lyonnais), Marion Torrent (Montpellier HSC), Aïssatou Tounkara (Atlético Madrid, Espagne)Milieux
Charlotte Bilbault (Paris FC), Elise Bussaglia (Dijon FCOF), Maeva Clemaron (FC Fleury 91), Grace Geyoro (PSG), Amandine Henry (O. Lyonnais), Gaëtane Thiney (Paris FC)Attaquantes
Viviane Asseyi (FC Girondins de Bordeaux), Delphine Cascarino (O. Lyonnais), Kadidiatou Diani (PSG), Valérie Gauvin (Montpellier HSC), Marie-Antoinette Katoto (PSG), Ouleymata Sarr (Lille OSC)