Le Paris Saint Germain taille patron face à Montpellier avec un sévère (4-0), avec un cleansheet oublié depuis quelques matches, une place européenne confirmée la première place en championnat, mettant une pression sur l’Olympique Lyonnais, maintenant second avec un match en moins suite au report du Paris FC – OL prévu ce dimanche.

La saison ouvre ses bras aux parisiennes

Quand on voit le parcours des filles d’Olivier Echouafni, remportant des matches avec un contenu quelques fois discuté en comparaison des facilités lyonnaises et le but de la meilleure joueuse d’Asie 2018, Wang Shuang, avant la fin de la première minute de jeu face à Montpellier (4e) … sans contrôle, pleine lucarne opposé pour sa 6e réalisation de la saison en championnat, on confirme que l’Histoire et “la balle” sont en faveur des parisiennes.

Quand au bout de 20 minutes de jeu, le tableau d’affichage montre (3-0) pour les parisiennes avec une réalisation de Grace Geyoro (7′) et de Marie-Antoinette Katoto (20′) de volée -coin opposé-, balayant l’équipe montpelliéraine qui lui avait pris la seconde place européenne en 2017, on ne peut penser que pour les prochaines confrontations entre l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint Germain, les rencontres ont de bonnes chances d’être pimentées.

Un football féminin à deux patronnes qui accouchera d’un seul vainqueur ?

Le gouffre de la D1F entre les deux premiers et les suivants s’est bien transformé en Grand Canyon. La D1F possède deux patrons qui n’ont plus qu’à s’expliquer pour qu’il n’en y ait qu’un qui ait le droit de porter la ceinture 2019.

Une explication qui va avoir lieu en deux actes certains dont le premier se fera Samedi 9 février à 15h45 en quart de finale de la Coupe de France, suivi d’un potentiel européen à la condition que l’OL passe l’obstacle Wolfsburg, numéro 2 européen, et que le Paris Saint Germain l’emporte sur Chelsea (20-21 et 27/28 mars).

Il restera alors une dernière explication, certainement décisive pour le titre, le samedi 13 avril, toujours chez les lyonnaises.

Le PSG, prêt une seconde fois, à tester les lyonnaises ..

En 2017, le sort et la performance avaient donné la même configuration avec un triptyque au plus haut niveau entre les deux équipes françaises. Au stade des finales ! De la Coupe de France (1-1, 7 tab à 6), en finale de la Coupe d’Europe (0-0, 7 tab à 6) et en championnat (3-0) .

Tout cela s’était terminé sur trois victoires lyonnaises. La première facile en championnat (3-0), suivie d’une discutable en CDF, le PSG ayant mené (1-0) et rejoint sur un pénalty sévère. Et la dernière, très disputée en finale de la Coupe d’Europe. Patrice Lair, le coach parisien de l’époque et ex-coach lyonnais avait tout joué sur l’Europe qui lui avait échappé sur un détail.

Cette année, après une victoire en CDF (1-0) en 2018, avec une Marie-Antoinette Katoto 2019 en pleine progression (18 buts) dans ce championnat, seule leader (+3 par rapport à Ada Hegerberg), avec deux joueuses parisiennes, seules buteuses  des Bleues face aux américaines (3-0), numéro 1 mondial, le PSG présente des armes en évolution qui viendront s’évaluer face à l’Olympique Lyonnais pour tenter de prendre un leadership lyonnais fort de 12 titres consécutifs et cinq coupes d’Europe dont trois continues, série en cours.

Le PSG a des armes à faire valoir, se renforçant avec Nadia Nadim, buteuse à la 88′ (4-0). L’Ol ne s’est pas spécialement renforcé dans cette intersaison (1 arrivée). Jean-Michel Aulas et Reynald Pedros ont dû faire l’analyse qu’ils étaient au-dessus. Le Président lyonnais avait été clair en zone mixte après le (1-1) de Jean Bouin de début décembre. “On gagnera sans problème à Lyon”.

Si Montpellier se présente toujours dans une composition particulière quand elles viennent à Paris, laissant sur le banc des joueuses significatives et mettant en défense des jeunes arrivées, Lyon ne changera pas un iota à son onze habituel. Cela pourrait donner des victoires lyonnaises.

Sauf que la balle tourne souvent en faveur du PSG cette saison.

Voilà deux -voire trois- oppositions de patronnes qui s’annoncent passionnantes.

William Commegrain lesfeminines.fr

  • Samedi 9 Avril (15h45) : quart de finale de la Coupe de France (samedi 9 février – 15h45)
  • Demi-finale WCL potentielle (20/21 avril et 27/28 avril)
  • Samedi 13 avril : face à face en championnat pour le titre.