La 15e journée sur 22. Lille (11 points), Metz (10 points) et Rodez (8 points), les 3 derniers du championnat légèrement distancés par Dijon (15 points) vont se regarder à distance dans le blanc des yeux pour cette journée où le décompte des futures relégués commence inévitablement à se réaliser. La conséquence d’un championnat joué essentiellement en 2018 pour cause de préparation à la Coupe du Monde à venir en France.

“Le match” pour le FC Metz

Si Rodez a très peu de chances de prendre des points, opposés à l’Olympique Lyonnais, peu disert en la matière et surtout obligé à ne pas faire de contre performance par la proximité du Paris Saint Germain (-2 pts), pour les autres, l’esprit d’un match de Coupe à couperet va certainement les animer.

Lille qui avait crée à la surprise en faisant le nul au Camp des Loges lors de l’aller devra lui aussi monter d’un cran pour s’opposer au Paris Saint Germain, contraint comme l’OL à maintenir sa distance si elles veulent jouer leur match retour face aux Lyonnaises comme une finale pour le titre de Championne de France.

Dans cette histoire, c’est surtout le FC Metz qui a une réelle opportunité de prendre ses distances avec cette place de relégable qui lui colle aux chaussures depuis la 1ere journée. La réception de Guingamp leur laisse des opportunités même si les joueuses bretonnes ont montré dans la première partie de saison qu’elles étaient redoutables.

“Le derby” pour le Paris FC contre FC Fleury

Autant l’apparition du FC Fleury en D1F la saison dernière avait mis du piment à l’opposition des deux voisins distants de six kilomètres pour le premier derby, gagné en ouverture du championnat par le Paris FC (1-5) pour se jouer au retour sur un (0-0) consensuel mettant à l’abri le nouveau club francilien de l’élite ; autant ce nouveau derby, pour le retour (0-0 à l’aller), cherche encore son parfum.

Voilà deux clubs si proches qu’on peut trouver des ex-joueuses du Paris Fc au sein du club de Fleury, si proches qu’on peut trouver des techniciens qui apportent leurs concours aux deux clubs, si proches qu’on peut trouver facilement dans les tribunes, des joueuses d’un des clubs, au spectacle de la prestation d’amies de l’autre club.

Ainsi, si derby il y a sur le plan sportif, on est plutôt sur une opposition “fraternelle” comme il en existe en football quand deux soeurs jouent dans deux équipes différentes. Il y aura, à la troisième mi-temps du derby, une bonne sensation pour les gagnantes et beaucoup de bises pour toutes.

“Les matches à sensation”

Soyaux ira chercher sa sensation face à Montpellier, quatrième, calé avec trois points devant le Paris Fc et à égalité de Bordeaux (troisième). Eliminées en Coupe de France au plus tôt, les filles de Jean-Louis Saez doivent donner un “coup de collier” pour ne pas vivre le début de l’année 2019 comme celui des premières journées (1 victoire, 1 nul, 3 défaites). Soyaux a besoin de points et prendrait avec allégresse ceux face à Montpellier s’ils se présentaient. Les mettant pas loin du maintien.

Dijon et dans le même état d’esprit. Quatrième club concerné par une descente, elles rencontrent Bordeaux qui s’est fait sortir de la Coupe par Saint Malo, second de D2F. Bordeaux qui pourrait vouloir défendre sa 3e place, ne serait-ce que pour justifier d’un talent que Corinne Diacre ne retient pas avec Claire Lavogez. En face, Dijon, avec deux internationales A comme Elise Bussaglia (arrivée au Mercato) et Kenza Dali, joue gros. Une victoire et les voilà aussi, bien parties pour s’assurer du maintien.

William Commegrain lesfeminines.fr

Samedi 12 janvier.

  • Lyon-Rodez
  • Bordeaux-Dijon
  • Montpellier-Soyaux
  • Metz-Guingamp
  • Paris FC-Fleury

Dimanche 13 janvier

  • Lille – PSG