Combien de joueuses d’origine étrangère évoluent en France ? Faut-il être British pour faire partie du Top 3 de la D1F ? La réponse est affirmative puisque les 2/3 d’une cinquantaine de joueuses étrangères évoluent à l’OL, le PSG et Montpellier, les trois clubs européens français depuis 2013.

Ces trois clubs qui sont les leaders actuels du championnat de France, qualité obtenue grâce à des résultats qui le justifient depuis cinq saisons, “hébergent” à la façon d’un Air&B de luxe, le gratin européen étranger féminin.

La D1F, Air&B du gratin européen

Faut-il être une multinationale du football pour courir après les féminines de l’OL, habitué du recrutement à l’international ? Un petit peu, pour ne pas dire plus puisque le minimum et un beau maximum de 50% d’effectif étranger sur une base de 20 joueuses. Lyon compte 10 étrangères, Montpellier neuf, … quand le PSG en décompte quinze !

Et oui, si on veut être dans le trio de tête, il faut savoir manier la langue de Shakespeare (Anglais) pour l’Europe du Nord, de Cervantes (Espagnol) et un peu moins celle de Göth (Allemagne).

Mais les autres membres du club de la D1F ne sont pas en manque. Fleury FC 91 en compte 4, dont 2 sélectionnables en Bleues avec les soeurs Corboz franco-américaines, Guingamp EA (3), le Paris Fc (3), Lille (3) dont vous ne sera pas surpris de les voir belges. Tendance garantie ? Seulement Bordeaux, surprenant troisième pourrait affirmer le contraire avec deux joueuses étrangères !

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’essentiel des joueuses étrangères se retrouvent dans les trois grands clubs de la D1F pour un peu plus des 2/3 (68%). L’Olympique Lyonnais n’est pas la plus fournie avec 10 joueuses qui se retrouvent de manière équilibrée dans les quatre lignes du football (1 gardienne, 3 défenseurs, 4 milieux, 2 attaquantes). Le Paris Saint Germain est bien plus fourni avec 15 joueuses ! Avec 3 gardiennes étrangères, le PSG fait un carton plein à ce poste, même si Katarzyna Kiedrzynek semble française depuis ses cinq saisons au PSG. Cinq en défense, quatre autres au milieu, trois en attaque, voilà l’effectif parisien qui vient de tous les pays du Monde (Chili, Pologne, Brésil, Canada, Norvège, Belgique, Chine). Neuf joueuses évoluent sous les couleurs de la 3e équipe de la D1F. Une gardienne, une capitaine défenseur, trois milieux et quatre attaquantes. Montpellier Hsc après avoir utilisé la source catalane et très identifié suédoise depuis plusieurs saisons.

Les autres clubs de la D1F ont tous leurs internationales, à l’exception de Soyaux, huitième et Rodez classé douzième.

Les meilleures étrangères pour cette première partie de la saison

Dans cet armada des pays du Monde, qui est la joueuse étrangère surprenante, rendue essentielle à son équipe ? Adaptabilité, efficacité et performance. Une proposition par ligne.

Gardiennes : je mettrais Erin Nayler (Bordeaux) pour ses performances actuelles mêmes si Romane Bruneau tape à la porte de la titularisation. Elle a réalisé une excellente saison l’an dernier quand Murphy, élue meilleure gardienne de la D1F la saison dernière me semble plus en retrait et avec une performance moins affirmée.

Défenses : Lucia Bronze (OL) l’anglaise aux performances masculines et Irène Parades (PSG) sont au dessus. L’internationale espagnole s’est affirmée depuis sa présence au PSG avec le brassard parisien et celui de la sélection nationale mais sa blessure récente met sa performance en retrait face à la puissance de l’anglaise Lucia Bronze, nommée parmi la liste des 15 premières prétendantes au Ballon d’Or.

Milieu : la logique de la renommée devrait donner le brassard à Dzsenifer Marozsan, reconnue comme une extra-terrestre du football par toutes les joueuses évoluant en France. Elle pourrait subir la concurrence de Formiga (41 ans), qui plait à tous les ex-joueurs professionnels masculins qui suivent le football au Camp des Loges ou à Jean Bouin. J’aurais plutôt chois Ashley Lawrence (PSG), la jeune canadienne qui n’a jamais raté un match depuis qu’elle joue au PSG, bien partie pour faire du Majri, placée plus haut sur le terrain. Mais la surprise est l’adaptation de Wang Shuang au jeu parisien. Sans qualité physique particulière, elle dépose des ballons qui font du bien aux parisiennes. Une numéro 10 à féliciter et à récompenser, arrivée dans les valises du PSG masculin lors de leur tournée asiatique d’été. Quand même meilleure joueuse asiatique 2018 …

Attaquantes : Ada Hegerberg (OL), ballon d’Or féminin 2018 et Linda Sällström (PFC) sont en concurrence. Toutes deux essentielles à leurs équipes même si Shanice Van de Sanden (OL), dans ses temps de jeu, arrive vraiment à déstabiliser ses adversaires. Ce qu’elle faisait moins bien et moins souvent pour sa première saison à l’OL. A la réflexion, j’ai envie de retenir la Championne d’Europe 2017, inattendue, iconoclaste, originale et heureuse.

Voilà mon podium 2018 : Erin Nayler (Bordeaux, gardienne, New-Zealand), Lucy Bronze (OL, Défenseur, Angleterre), Wang Shuang (PSG, milieu, Chine), Shanice Van de Sanden (OL, ailière, Pays-bas).

William Commegrain lesfeminines.fr

Liste des étrangères en France (source footofeminin).

Gardienne : Weiss Lisa (OL, 3 matches), Endler Cristiane (PSG, 6 matches), Katarzyna Kiedrzynek (PSG, 8 matches), Voll Charlotte (PSG, 0 Matches), Erin Nayler (Bordeaux, 9 matches), Casey Murphy (Montpellier, 14 matches), ,

Défenseurs : Bronze Lucia (OL, 11 matches), Buchanan Kedeisha (OL, 4 matches), Simon Carolin (OL, 8 matches), Emma Berglund (PSG, 4 matches), Dudek Paulina (PSG, 12 matches), Glass Hanna (PSG, 8 matches), Diaine (PSG, 9 Matches), Parades Irène (PSG, 5 matches), Kathelein Sousa (Bordeaux, 13 matches), Linda Sembrant (Montpellier, 11 matches), Meffometou Claudine (Guingamp, 11 matches), Awona (Dijon, 8 matches), Chapeh Laetitia (Lille, 4 matches), Coutereels Maud (Lille, 13 matches),

Milieu : Christiansen Isabel (OL, 11 matches), Fishlock Jessica (OL, 9 matches), Kumagai Saki (OL, 12 matches), Marozsan Dzsenifer (OL, 8 matches), Andrine Hegerberg (PSG, 4 matches), Ashley Lawrence (PSG, 9 matches), Formiga (PSG, 9 matches), Wang Shuang (PSG, 12 matches), Dekker Anouk (Montpellier, 14 matches), Puntigam Sarah (Montpellier, 12 matches), Virginia Torricella (Montpellier, 13 matches), Veje Katrine (Montpellier, 6 matches), Tyryskina Ekaterina (Guingamp, 11 matches), Demeyere Silke (Lille, 11 matches), Salma Amani (Fleury FC)

Attaquantes : Ada Hegerberg (OL, 13 matches), Shanice Van de Sanden (OL, 13 matches). Brunn Signe (PSG, 7 matches), Melike Pekel (PSG, 6 matches), Davina Vanmechelen (PSG, 1 match), Ana Rodriguez (Bordeaux, 10 matches), Stina Blackstenius (Montpellier, 11 matches), Cayman Janice (Montpellier, 14 matches), Sofia Jakobsson (Montpellier, 14 matches), Nerilia Mondesir (Montpellier, 11 matches). Lamontagne Alexandria (Fleury, 10 matches), Abam Michaela (Paris FC, 6 matches), Aigbogun Eseosa (Paris FC, 12 matches), Linda Sallström (Paris FC, 14 matches), Oparanozie Désiré (Guingamp, 10 matches), Balde fatoumata (Dijon, 10 matches), Coryn Jana (Lille, 1 match)