Ada Hegerberg, fille de caractère !

Ada Hegerberg restera dans l’histoire du football féminin mondial. On est loin du message habituel de la jeune fille qui s’impose dans un milieu de garçon, seule dans sa famille à jouer au football ! Le père a été footballeur de haut niveau. La mère idem. La grande soeur est internationale norvégienne et joue au PSG, le frère est ou a été footballeur. Ada a dormi avec un ballon, rêvé avec un ballon, mangé à table avec des histoires de ballons. La jeune joueuse a baigné dans le football.

La jeune norvégienne de 23 ans possède d’autres traits originaux. Mariée depuis peu à un footballeur norvégien dans un milieu où les affinités féminines sont très fortes et les mariages rares. Joueuse de caractère qui a décidé de refuser toutes les sélections internationales depuis la fin de l’Euro 2017. Trop déçue du jeu pratiqué lors de cet Euro. Sans matches internationaux avec son équipe nationale, elle a eu moins à montrer dans cette phase de qualifications au Mondial 2019 qui a préoccupé toutes les joueuses internationales.

Source France Football “Sur le plan international, 2018 se présente comme une année de transition, située entre un Euro (2017) remporté par les Pays-Bas et une phase finale de Coupe du monde organisée du 7 juin au 7 juillet prochain par la France. De fait, chacun(e) des votants devra prendre en considération les performances réalisées en club par nos quinze candidates (Championnat national, Ligue des champions pour celles évoluant en Europe) tout autant que leur parcours en sélection. Un certain nombre de joueuses parmi les nommées – on pense en particulier à la Japonaise Kumagai, vainqueur de la Coupe d’Asie, et à l’Australienne Sam Kerr, finaliste de cette même compétition, sans oublier la Brésilienne Marta, vainqueur de la Copa America – se sont qualifiées pour la Coupe du monde via ces tournois continentaux.”

Oubliée en 2018 par les institutions, appréciée à juste titre par les journalistes.

Enfin, oubliée dans cette année 2018 par l’UEFA qui lui a préféré Pernille Harder, finaliste de la WCL quand The Best Fifa allait à la brésilienne Marta, on se demandait si, un jour, elle serait assise sur le trône mondial que sa performance avec l’Olympique Lyonnais lui permettait de postuler, avec notamment ces 15 buts en Women’s Champions League 2018, égalant la performance de Cristiano Ronaldo et créant un nouveau record féminin.

L’Olympique Lyonnais, sa maison et raison de performances.

Depuis maintenant cinq saisons à l’Ol, capturée par Jean-Michel Aulas à sa sortie de l’Euro 2013 (finale) des mains du club de Turbine Potsdam, elle a réalisé la performance de marquer plus de buts que de matches joués. Soit un total de 181 pour 144 rencontres toutes compétitions confondues. Couvée et formée par Lotta Schelin pour sa première année (26 buts), elle a remporté les trois titres de meilleure buteuse de la D1F les années suivantes (2016, 2017 et 2018) et se trouve à égalité avec Marie-Antoinette Katoto pour cette saison.

Vainqueur comme toute lyonnaise de la Women’s Champions League (2016, 2017, 2018), du championnat de France (2015, 2016, 2017, 2018) et de la Coupe de France (2015, 2016, 2017) avec l’accroc fait par le PSG en 2018, c’est sa performance en Coupe d’Europe depuis la saison 2017 et 2018 qui lui a permis d’entrer dans la mémoire des journalistes étrangers et dans l’Histoire.

Unique avec l’Olympique Lyonnais qui lui donne une carte de visite de dimension mondiale supérieure à celle d’une sélection nationale, Ada Hegerberg outre le fait d’avoir maitrisé rapidement le français, est une avant-centre qui a su être la meilleure sur le plan mondial, par le travail et une lutte continuelle pour maintenir sa confiance. D’un physique et mental rare, elle travaille pour son équilibre et son objectif : celui de rester au très haut niveau mondial.

Certainement ou peut-être, la joueuse la mieux payée au Monde, l’Olympique Lyonnais n’étant pas avare avec la performance, Ada Hegerberg est la première reine du football féminin. Il reste à construire l’histoire de ce Ballon d’Or féminin. Qu’en sera-t-il en 2019 ?

2019, deux autres premières. 

Elle abandonnera sans doute son titre pour l’année 2019, saison de Coupe du Monde, faute d’y jouer. Subtilité du sort, il en sera de même pour sa dauphine Pernille Harder, éliminée par la Suède. Danoise au fort tempérament, finaliste de l’Euro, aimée par la communauté féministe et qui aurait ratée le trophée à une voix près d’après le rédacteur en chef de France Football, Pascal Ferré.

Deux places qui se libèrent dont l’une d’entre elles – voire les deux- devraient revenir à une joueuse vainqueur de la Coupe du Monde 2019.

Source de motivation ?

William Commegrain lesfeminines.fr

Le classement du Ballon d’Or féminin France Football
1. Ada Hegerberg (NOR / Lyon)
2. Pernille Harder (DAN / Wolfsburg)
3. Dzsenifer Maroszan (ALL / Lyon)
4. Marta (BRE / Orlando)
5. Sam Kerr (AUS / Perth)
6. Lucy Bronze (ANG / Lyon)
7. Amandine Henry (FRA / Lyon) et Wendie Renard (FRA / Lyon)
9. Megan Rapinoe (USA / Seattle)
10. Lindsay Horan (USA / Portland)
11. Lieke Martens (P-B / FC Barcelone)
12. Saki Kumagai (JAP / Lyon)
13. Amel Majri (FRA / Lyon)
14. Fran Kirby (ANG / Chelsea)
15. Christine Sinclair (CAN / Portland).