Une victoire parisienne difficile à obtenir

Une belle rencontre à suivre entre Bordeaux et le Paris Saint Germain qui a mal démarré sur le plan du suspense avec 20 minutes de totale domination parisienne, pouvant faire regretter de se trouver devant l’écran par un bel après-midi de novembre. Un superbe but parisien avec un gauche déposé par Wang Shuang sur la tête de Marie-Antoinette Katoto, demandeuse du ballon, collée au second poteau (10′, 0-1) et la dramaturgie du sport en prend un coup.

Imposant le constat de la différence et de la force parisienne face à un Bordeaux, timide dans un maillot qui lui semblait trop grand –  peut-être -, jouant pour la première fois au Matmut Atlantique.

Puis au fil des minutes, les ballons sont de plus en plus récupérés par les Girondines, inversant le sens de la marche et les mettant dans celui du but et dans la partie parisienne. Une situation qui met à jour les difficultés de l’axe central francilien à rester serein, à l’image d’un Diaina, très faible dans les choix à faire à chaud.

Les opportunités commencent à se présenter pour les girondines, sans pour autant demander à Endler, des sauvetages significatifs mais donnant de l’espoir comme de la force à Bordeaux.

C’est sur ce temps fort que Bordeaux entre aux vestiaires, déçu de ne pas avoir pu finaliser mais laissant à l’esprit de chacun que cela n’était pas une éventualité irréalisable. Faute de ne pas y être parvenu en raison de quelques défaillances dans le dernier geste technique alors que les initiatives s’offraient de plus en plus, nombreuses et positives.

Le Paris Saint Germain domine puis s’éteint laissant l’adversaire se mettre dans la lumière

La seconde mi-temps démarre comme la première. Avec une main mise parisienne. Sauf que Bordeaux n’attend plus d’avoir peur de ce grand stade, et veut surtout montrer qu’elles n’ont pas peur du Paris Saint Germain après deux défaites surprenantes au compteur qui pourraient alourdir leur ardeur. L’une en résultat, 5-0 contre le Paris FC, l’autre contre le FC Metz, dernier du championnat (1-0). Si cela ne fait pas mal aux jambes, cela pèse dans les têtes. Et Paris semble offrir à Bordeaux des possibilités de très vite les oublier !

Viviane Asseyi utilise toute sa puissance pour prendre un ballon à Irène Paredes, pas au mieux dans cette rencontre, pour refuser un duel face à Endler. La voilà qui tente, juste à la sortie de son dribble, un intérieur brossé ras de terre, repris par la gardienne parisienne, attentive dans l’angle gauche qu’elle avait bouchée alors que le risque du duel aurait donné plus de possibilités à l’attaquante bordelaise et imposé à la gardienne parisienne plus d’interrogations.

Seulement l’ex-marseillaise, non sélectionnée par Corinne Diacre afin d’ être piquée et faire plus et mieux pour son club ne s’est pas économisée. L’occasion était là, le souffle visiblement un peu moins.

Claire Lavogez, autre animatrice du jeu offensif bordelais réussi à conserver le ballon dans ce second acte, malgré les interventions de Formiga, attachée à lui couper toutes initiatives créatrices. Elle se voit arrêtée par l’arbitre sur une récupération haute contre Diaina, qui donnait aux bordelaises un -deux contre un- potentiel.

Tout cela sentait bon pour l’Aquitaine, sauf que le pire pour Bordeaux arriva. Sur une grossière faute de Vanessa Gilles, estimant mal la proximité de la surface de réparation, attendant la sortie de Nayler quand la fusée Kadidiatou Diani lui grilla la politesse pour chiper un ballon qui cherchait son propriétaire et mettre le deuxième but parisien. Un but déjà vu, à l’image de celui qu’elle avait marqué contre Dijon (83′, 0-2), utilisant sa détermination et sa vitesse.

Un trait de personnalité de cette équipe parisienne qui lui permet de gagner, en mettant en lumière la vitesse de ses deux foudres de guerre : Katoto et Diani.

Le Paris Saint Germain, comme à son habitude, remporte les trois points de la victoire en luttant pour les obtenir quand Bordeaux, laisse trois points à leur adversaire mais récupère de la confiance et de l’envie. Tout autant nécessaire pour assurer le maintien, voire une place dans les six premiers du championnat. Objectif d’Ulrich Ramé.

Les ingrédients sont posés pour la prochaine journée qui verra le Paris Saint Germain recevoir l’Olympique Lyonnais. En direct et en prime time sur Canal Plus, dimanche 18 Novembre 21h00.

La force lyonnaise contre l’aptitude parisienne à recevoir des coups pour tenter des buts KO. Un combat de MMA au féminin. La dernière fois où le Paris SG s’était permis une victoire sur ses terres face à l’OL, elles avaient fini championnes d’Automne 2016 avant Noël. Redevenues seconde par un coup du sort électronique début Janvier 2017. Une feuille de match mal remplie contre Albi.

Là, avec un PSG combatif mais incertain, tout est OK pour que -si victoire il y a- place restera.

William Commegrain lesfeminines.fr

Classement Equipes Played Gagné Perdu Nuls Differential Différence de buts Points Gagné à domicile Gagné à l’extérieur Nul à domicile Nuls à l’extérieur Perdu à domicile Perdu à l’extérieur Forme actuelle
1 Olympique LyonnaisOlympique Lyonnais 22 20 0 2 89 - 6 83 62 11 9 0 2 0 0 WDWWW
2 Paris Saint GermainParis Saint Germain 22 18 1 3 62 - 16 46 57 9 9 2 1 0 1 WWLWD
3 Montpellier HscMontpellier Hsc 22 12 7 3 51 - 27 24 39 8 4 0 3 3 4 WWLWW
4 BordeauxBordeaux 22 10 8 4 26 - 34 -8 34 4 6 4 0 3 5 LLWLD
5 Paris FCParis FC 22 9 8 5 34 - 28 6 32 5 4 3 2 3 5 DWWLD
6 ASJ Soyaux CharenteASJ Soyaux Charente 22 7 9 6 19 - 37 -18 27 4 3 3 3 4 5 DWWLW
7 GuingampGuingamp 22 6 10 6 24 - 33 -9 24 4 2 2 4 5 5 DLLWD
8 Dijon FCO fémininDijon FCO féminin 22 7 12 3 29 - 44 -15 24 4 3 2 1 5 7 LLWLW
9 FC Fleury 91FC Fleury 91 22 5 10 7 24 - 34 -10 22 4 1 4 3 3 7 DDLLL
10 FC MetzFC Metz 22 6 15 1 21 - 63 -42 19 4 2 0 1 7 8 LLLWL
11 Losc LilleLosc Lille 22 4 12 6 20 - 43 -23 18 3 1 3 3 5 7 DWLWL
12 RodezRodez 22 3 15 4 14 - 48 -34 13 2 1 2 2 7 8 DLWLL