La 7e journée a confirmé la suprématie des deux leaders, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint Germain face à leurs nouveaux opposants de ce début de saison 2018-2019 que sont les Girondins (3e) et Dijon (4e). Le Paris Fc (0-2) et Montpellier (11-0) ont confirmé leur regain et préparent leurs remontées pour une troisième place honorifique qui semble accessible. Avec un 11-0 on a retrouvé les scores passées, pas encore dépassées, associés au fait que les équipes vainqueurs n’ont laissé aucun but à leurs adversaires. Une configuration des années 2010-2015.

Paris Saint Germain (2-0) Dijon. Les prometteuses Dijonnaises opposées au Camp des Loges face au PSG se sont arrêtées aux portes de la performance d’une équipe montante en s’inclinant sur deux actions de talents et de vitesse venues de Kadidiatou Diani et de Marie-Antoinette Katoto.

L’internationale parisienne de 24 ans aux 40 sélections est passée dans un autre monde. Elle part dans un rush puissant où s’associent vitesse, détermination, confiance pour finir par une ouverture du score qui termine le travail d’une équipe et un 4e but sous les couleurs du PSG, sans compter ceux en Bleue. Il y avait du Neymar ou du MBappé dans cette course. Diani est réellement montée d’un cran.

Marie-Antoinette Katoto, 20 ans, qui n’est plus U20 comme on quitte avec bonheur l’adolescence pour entrer dans le monde de la vie active et du travail, double la mise sur une géniale inspiration, fait d’un râteau en pleine surface, la mettant seule en situation de but. Qu’elle ne ratera pas, pour un 7e but et une position de leader au classement des buteuses.

Paris reprend la main au Camp des Loges après son nul face au Losc et reste à portée de fusil de l’Olympique Lyonnais. 23 buts parisiens pour 27 buts lyonnais, il y avait longtemps que l’écart n’avait pas été si serré entre les deux équipes. Dijon (1 nul, 3 défaites) devra essayer de transformer les défaites en nuls si elles veulent rester dans la première partie du classement.

Olympique Lyonnais – Bordeaux (3-0). Bordeaux le dimanche, 3e du championnat, n’a pu rien faire contre la force méthodique des lyonnaises. Percutantes dans le premier acte, pour finir par marquer deux fois sous la baguette d’Amel Majri. Les troisièmes de la D1F ont défendu leur place et leur espoir sans pouvoir empêcher Ada Hegerberg d’assurer un 3e but. La messe est dite. Trop de puissances lyonnaises ont fini par faire craquer le mur bordelais. Sans dommage, personne ne vient au Groupama avec l’espoir d’une victoire.

L’Ol conserve sa marge face au PSG. La qualité lyonnaise à “regarder dans le rétroviseur” pour prévoir et s’adapter se confirme encore. Les absences d’Amandine Henry comme de Dzsenifer Morozsan auparavant n’ont en rien impacté sur la performance lyonnaise. Sauf que les scores sont moins lourds avec le temps. Un ingrédient à prendre en considération.

Bordeaux, sans ambition princière, subit sa première défaite de la saison mais se colle à l’objectif d’Ulrich Ramé. Exister de manière pérenne dans le Top 6 de la D1F. Ce n’est pas à Lyon qu’on prend des points mais un score tenu jusqu’à la 80′ à (2-0) est un bon indicateur de confiance.

Montpellier fait tonner l’orage contre Metz (11-0). La bonne surprise Montpelliéraine. Qui a lu le score à distance ne peut pas comprendre les quatre défaites du début de saison de Montpellier. Onze à zéro, un score quasiment oublié des années 2010-2015. L’Histoire retiendra que le FC Metz avait déjà croulé sur un résultat similaire contre l’Olympique Lyonnais (15-0) dans son passé (2014) et que de l’autre côté, Montpellier a réussi son score le plus important en D1F.

Un score se fait avec des joueuses et Stena Blackstenius, internationale suédoise, doit être aux anges avec un quintuplé historique ! Jean-Louis Saez, bon pédagogue a renvoyé les mauvais résultats dans la boite à souvenirs, parlant d’un réveil face à l’OL (2-1) et d’une confirmation fracassante contre Metz. Andiamo ! Voilà ce qu’il reste à faire à Montpellier, 10e avant cette rencontre, prête à revenir.

Metz, parti dans l’idée de conserver son effectif de D2F va avoir du mal. Une tactique qui a rarement été payante dans le passé pour les clubs montants. En se basant uniquement sur le constant suivant : “prendre des joueuses de D1F confirmées, c’est déjà les retirer aux autres”. Cela suffit souvent pour faire la différence.

Paris FC est prêt pour cette course honorifique à la 3e place (0-2). Il faudra passer devant le Paris Fc et cela ne sera pas chose facile. Une seconde victoire nette et sans bavure à Soyaux (0-2). Quand on gagne à l’extérieur sans prendre de buts contre une équipe significative de D1F, c’est qu’on est prêt à la bagarre. D’autant que c’est la seule équipe à l’avoir fait dans cette journée.

Le PFC ne marquait plus. Elles marquent à nouveau. Linda Sallström, jeune finlandaise inconnue qui se fait un nom en France (4 buts) pourrait être le fer de lance des jeunes pousses franciliennes, pleines d’allant comme Mathilde Bourdieu ou Clara Matéo qui ne comprenaient pourquoi la cible s’échappait de leurs intentions. Il risque d’y avoir de l’ambition à Bondoufle dans le dernier tiers de la saison. Troisième ne donne rien comptablement mais pour les filles de la D1F, cette place sur le podium vaut cher.

Soyaux marque le pas. Quatre défaites pour deux victoires. Il va falloir inverser la tendance. Un objectif pas si facile à tenir, les soljadiciennes proposant souvent un banc réduit quand d’autres viennent, “full de full”. La différence est là, le seul club exclusivement féminin devra compenser avec un moral et une efficacité hors pair.

Guingamp assure avec un (3-0) plein de confirmation. Des matches qui se gagnent dans le second acte sont des indicateurs de volonté et détermination qui donnent de la confiance. Les bretonnes, sans points excessifs au classement, et avec la particularité d’avoir fait tous les types de résultats, vont essayer de capitaliser sur une belle cinquième place quand le Losc aura pour objectif de sortir des montagnes russes, entre matches nuls (3) et défaites (2).

Rodez et Fleury se sont quittés sur un match nul (0-0). L’équipe francilienne est impossible à battre à l’extérieur. Si elle a du mal à gagner (1 victoire), elle ne concède que le nul sur les terres des autres. Il lui manque juste des victoires à domicile pour être plus sereine au classement.

Rodez, de son côté, vient de prendre son premier point. Les auvergnates seront scrutées à distance. Si elles reviennent dans la partie, elles donnent la possibilité à d’autres de les remplacer dans le train de la descente. Et là, le championnat ne sera plus le même en bas. L’an dernier, tout s’était joué lors de la dernière journée.

Rodez qui se relance .. et c’est panique dans le ventre mou du championnat. A voir pour les journées à venir.

William Commegrain lesfeminines.fr

Classement Equipes Played Gagné Perdu Nuls Differential Différence de buts Points Gagné à domicile Gagné à l’extérieur Nul à domicile Nuls à l’extérieur Perdu à domicile Perdu à l’extérieur Forme actuelle
1 Olympique Lyonnais 18 17 0 1 76 - 5 71 52 9 8 0 1 0 0 WWWWW
2 Paris Saint Germain 18 16 0 2 52 - 8 44 50 7 9 2 0 0 0 WWWWW
3 Bordeaux 18 9 6 3 21 - 25 -4 30 3 6 3 0 3 3 WWWWL
4 Montpellier Hsc 18 9 6 3 45 - 23 22 30 6 3 0 3 3 3 LWLWW
5 Paris FC 18 7 7 4 28 - 26 2 25 4 3 3 1 2 5 LWWLD
6 FC Fleury 91 18 5 7 6 20 - 27 -7 21 4 1 3 3 2 5 WLLLD
7 Guingamp 18 5 8 5 21 - 29 -8 20 4 1 1 4 4 4 LLWLD
8 Dijon FCO féminin 18 5 10 3 23 - 34 -11 18 3 2 2 1 4 6 LLWLL
9 ASJ Soyaux Charente 18 4 8 6 15 - 35 -20 18 2 2 3 3 4 4 WLLDD
10 FC Metz 18 5 12 1 17 - 56 -39 16 3 2 0 1 6 6 LWWLL
11 Losc Lille 18 2 10 6 14 - 37 -23 12 1 1 3 3 5 5 LLLLD
12 Rodez 18 2 12 4 10 - 37 -27 10 1 1 2 2 6 6 WLLDD