OL-BORDEAUX. Dimanche. 15h00 – Canal + Sport. Les Girondins de Bordeaux voyagent plutôt bien puisqu’elles ont réalisé deux victoires pour deux matches à l’extérieur. Là, cela risque d’être différent en se déplaçant à l’Olympique Lyonnais qui joue avec constance de sa meilleure musique : la victoire sinon rien. L’Ajax l’a payé au prix normal en WCL, (0-4) ce mercredi.

Mais, à l’actif des troupes de Jerôme Dauba, il faut imputer des scores corrects depuis son passé récent (2017) face à l’ogre de la D1F, après un premier 8-0 (2016) qui s’est transformé au retour, en un superbe (0-1) à Bordeaux. Peut-être le résultat le plus serré d’un petit contre les fenottes depuis plus de dix ans.

Performance qui s’est renouvelée au Groupama Stadium avec seulement un (2-0) en 2018.

Peu de club peuvent s’enorgueillir d’avoir réalisé des scores serrés face à l’OL. Bordeaux est de ceux-là. Alors avec un Montpellier, à cinq derrière, lors de la dernière journée, Bordeaux a peut-être l’opportunité de croire à l’exploit. Un nul au Groupama ? Voire à l’impossible. Une victoire sur l’infranchissable ? Le seul club à l’avoir réalisé en championnat ? Le PSG en décembre 2016 et janvier 2014.

Sinon Lyon se prépare pour son match. Avec l’idée ancrée au fin fond des chaussettes. Perdre, impossible. Un mot que les dix internationales étrangères (Weiss, Bronze, Buchanan, Simon, Christiansen, Fishlock, Kumaigai, Marozsan, Hegerberg, Van de Sanden) de l’Olympique Lyonnais ne savent pas traduire ni comprendre en français. C’est vous dire …

PSG – DIJON. Samedi. 14h30 – Canal + Sport. Dijon de son côté vient à Paris en souhaitant le contraire aux Bordelaises. Les deux clubs se suivent avec l’avantage pour Dijon d’avoir joué 4 matches à domicile (2 victoires et 2 défaites) pour une seule victoire et un nul à l’extérieur. Dijon, en venant au Camp des Loges, va donc faire ses preuves à l’extérieur afin d’essayer de conserver cette quatrième place “surprenante”.

En face le Paris Saint Germain qui n’a pas arrêté de se promener, forts de ces quatre matches à l’extérieur, tous gagnés. Pour une seule erreur de parcours : un nul à domicile contre le Losc au Camp des Loges (1-1). Une équipe qui a intégré la D1F une année avant le promu Dijon et qui possède le même profil. Celui d’une équipe constituée pour la D1F et qui a pour objectif de le prouver au fil de la saison, en cherchant des points mais aussi des performances que les autres ne feront pas.

Leur chance ? Les parisiennes ne sont pas encore installées dans un jeu de domination et possession durant 90 minutes, à l’instar de ce que réalise l’OL. C’est l’opportunité des dijonnaises, bien que, la tendance actuelle du football féminin français soit d’apprendre à accepter les temps forts de l’adversiare pour finir par remporter le match au bout des 90 minutes de jeu.

A ce jeu, souhaité par Oliver Echouafni lorsqu’il était le coach de l’Equipe de France, le PSG a de l’avance et l’ex-sélectionneur a le temps de le faire vivre à son équipe, pour le bonheur de Corinne Diacre, adepte de ce type de caractère footballistique.

Certaines joueuses auront une carte à jouer. On pense particulièrement à Mylène Chavas, maintenue sur le banc par une excellente Emelyne Mainguy et qui retrouvera sa teammate du Mondial U20 et des performances en U19, Marie Antoinette Katoto, actuellement meilleure buteuse du championnat. Prête à lui ouvrir ses bras à la fin du match mais dans l’idée de lui en mettre quatre, si elle peut en mettre quatre.

Les deux clubs, troisième et quatrième du championnat vont donc se suivre et se regarder du coin de l’oeil en s’opposant aux deux premiers de la D1F.

SOYAUX-PARISFC. Samedi-14h30 – Foot+ Plus bas, mais avec l’espoir de monter plus haut, le Paris FC va chercher à imposer des certitudes à Soyaux. L’ex grand club exclusivement féminin va s’opposer au dernier grand club féminin de la D1F. Sorte de village gaulois au sein de la conquête romaine du football professionnel masculin, avec ses Césars et Empereurs.

Un match qui sera tactique avec deux coachs très versés dans l’analyse de leur jeu. Paris, avec un banc plus fourni en nombre a des cartes en mains mais Soyaux possède des joueuses qui sont capables de renverser des montagnes, sur un seul tir. A l’exemple d’Anna Clérac. A l’instinct. Certains écriraient à l’ancienne.

Il va y avoir des barres dans ce match.

MONTPELLIER-METZ. Samedi-14h30 – Foot+. Montpellier reçoit le FC Metz, dernier du classement. Si Montpellier perd, Jean Louis Saez sera condamné à faire le chemin de Compostelle par Laurent Nicollin. On ne voit pas d’autres sanctions tellement le résultat serait inattendu et surprenant. Placé 10e avec cinq défaites sur six matches, il y a de l’incompréhensible dans ce résultat.

Il sera accompagné par David Fanzel, le coach du Fc Metz. Pour d’autres raisons, l’homme ira glisser une pièce dans le lieu saint. Après un premier but messin, la première victoire messine à Montpellier ! Cela vaut bien quelques kilomètres de marche. D’autant si Marie-Laure Delie, ex-montpellieraine, ouvre son compteur dans l’Hérault. Une sorte de Héros (facile).

RODEZ-FLEURY. Samedi-14h30 – Foot+ Rodez, sanctionné à l’excès pour Laurie Cance de sept matches de suspension quand le championnat n’en compte que vingt deux reçoit Fleury, l’équipe qui défend ses résultats au mètre carré et voit donc fleurir les cartons ! 10 jaunes et un rouge en six journées. Pas mal !

C’est à ce prix là que les nuls restent des résultats nuls (les trois dernières rencontres) et les victoires, se confortent en victoires (2). Une seule défaite au compteur pour la 1ère journée contre le PSG, Fleury vient pour les trois points, redonner du vert après trois nuls consécutifs.

Rodez n’a pas une seule victoire ni un seul nul. Rodez veut du vert. L’Auvergne, terre de volcans est l’idéal pour refleurir sinon, la saison sera à commenter par le successeur d’Haroum Tazieff, célèbre vulcanologue. Explosive ou volcanique.

GUINGAMP-LOSCSamedi-14h30 – Foot+ Guingamp enfin est au vert. L’an dernier, cela explosait de partout. Cette saison, c’est “Peace and Love” pour les bretonnes et tout marche comme sur des roulettes. A l’opposé de l’équipe professionnelle masculine. Ce qui est souvent le cas dans les clubs mixtes.

Elles reçoivent Lille. Deux histoires identiques. Lille est au top chez les pros masculins. On verra si l’adage est exact. Normalement, victoire pour les bretonnes.

William Commegrain lesfeminines.fr

Classement Equipes Played Gagné Perdu Nuls Differential Différence de buts Points Gagné à domicile Gagné à l’extérieur Nul à domicile Nuls à l’extérieur Perdu à domicile Perdu à l’extérieur Forme actuelle
1 Olympique Lyonnais 18 17 0 1 76 - 5 71 52 9 8 0 1 0 0 WWWWW
2 Paris Saint Germain 18 16 0 2 52 - 8 44 50 7 9 2 0 0 0 WWWWW
3 Bordeaux 18 9 6 3 21 - 25 -4 30 3 6 3 0 3 3 WWWWL
4 Montpellier Hsc 18 9 6 3 45 - 23 22 30 6 3 0 3 3 3 LWLWW
5 Paris FC 18 7 7 4 28 - 26 2 25 4 3 3 1 2 5 LWWLD
6 FC Fleury 91 18 5 7 6 20 - 27 -7 21 4 1 3 3 2 5 WLLLD
7 Guingamp 18 5 8 5 21 - 29 -8 20 4 1 1 4 4 4 LLWLD
8 Dijon FCO féminin 18 5 10 3 23 - 34 -11 18 3 2 2 1 4 6 LLWLL
9 ASJ Soyaux Charente 18 4 8 6 15 - 35 -20 18 2 2 3 3 4 4 WLLDD
10 FC Metz 18 5 12 1 17 - 56 -39 16 3 2 0 1 6 6 LWWLL
11 Losc Lille 18 2 10 6 14 - 37 -23 12 1 1 3 3 5 5 LLLLD
12 Rodez 18 2 12 4 10 - 37 -27 10 1 1 2 2 6 6 WLLDD