Attention à la motivation WorldCup 2019. A quelques encablures des 23 qui seront nommées et élues pour jouer la Coupe du Monde 2019 en France, un bon parcours en Women’s Champions League 2019 ne peut que donner des raisons aux sélectionneurs français, suédois, japonais, néerlandais d’insérer une joueuse. Ou, à l’opposé de la retirer.

Linköping, champion suédois a certainement de jeunes joueuses, qui sous le capitanat de l’expérimentée Kosovare Asllani (parisienne pendant deux saisons) ne rêvent que de briller avec cette petite phrase que l’on trouve dans toutes les têtes françaises “j’ai la Coupe du Monde dans un coin de ma tête”.

Les Pays-Bas, sous le coup d’un dernier play-off à jouer contre la Suisse, dont elles sont les favoris légitimes doit faire rêver les joueuses de l’Ajax, aux portes d’une sélection titrée en 2017 (Euro) mais qui a fait un parcours interrogatif pour sa qualification en Coupe du Monde. Ouvrant la porte à la concurrence.

La phrase que l’on va entendra partout, quelque soit la joueuse : “j’ai la Coupe du Monde dans un coin de ma tête !”

Ces deux oppositions avec l’Ajax, sorti des poules et Linkoping, bloqué en huitième ou quart habituellement, qui sur le plan du passé, ne devraient poser aucun problème aux deux représentants français, fort de cinq titres (Ol) et quatre finales européennes depuis 2010 (pour l’OL en 2010 et 2013 et deux pour le PSG en 2015 et 2017) vont devoir intégrer cette dimension 2019. Deux équipes faites de joueuses qui cherchent à gagner ou conserver une place dans leur future sélection.

Montpellier a fait les frais dans le championnat français (10e sur 12, 5 défaites et une victoire) de cet enjeu 2019. Perdant ses rencontres sur des détails qui vont de la retenue volontaire -ou non- des joueuses afin de rester performante à la fin de la saison pour un enjeu mondial jusqu’à la qualité de l’opposition, obligeant les équipes à s’imposer techniquement quand auparavant seule la différence physique était nécessaire. D’autant que le championnat français se jouant pour les 2/3 en 2018, les équipes s’étaient présentées avec un regain de motivation pour ne pas subir les affres des derniers points à prendre, qui à défaut, vous coupe la tête de la D1F pour vous envoyer dans la division inférieure. Un univers totalement différent de nos jours.

Avec cinq joueuses derrière, mal placé et ballotté en championnat, le Montpellier des joueuses internationales françaises, néerlandaises, suédoises, belge a imposé un score serré à l’impériale Olympique Lyonnais (2-1).

Aujourd’hui, un match bien défendu pour donner un résultat inattendu.

Cette double opposition européenne apportera une réponse à cette question : la Coupe du monde 2019 en Europe va-t-elle galvaniser les joueuses européennes méconnues, à la recherche d’une place dans leur sélection ? Pour une occasion qui ne reviendra pas avant 16 ans. Le temps de faire le tour des continents.

A voir.

William Commegrain lesfeminines.fr

Les 1/8e de finale de la version 2018-2019

  • Barcelona (ESP) – Glasgow City* (SCO) : 17/10/2018 – 18h30
    Linköping (SWE) – Paris Saint-Germain (FRA) 17/10/2018 – 18h30
    LSK Kvinner (NOR) – Brøndby (DEN) : 17/10/2018 – 18h30
  • FC Zürich (SUI) – Bayern München (GER) 17/10/2018 – 19h00
    Wolfsburg (GER) – Atlético Madrid (ESP) : 17/10/2018 – 19h00
    Ajax* (NED) – Lyon (FRA, tenant) : 17/10/2018 – 19h00
  • Chelsea (ENG) – Fiorentina (ITA) : 17/10/2018 – 20h35

FC Rosengård (SWE) – Slavia Praha* (CZE) : 18/10/2018 – 19h00

Les qualifications du tour précédent :