Montpellier HSC reçoit le Paris Saint Germain, la tête dans le sac sous les caméras de Canal+ Sport, ce dimanche à 15h00 sur le terrain Mama Ouattara à Grammont.

Une victoire difficile contre le promu Dijon en fin de match à la 76′ par Anouk Dekker, puis deux défaites consécutives contre des équipes nouvelles de D1F (Bordeaux et Fleury), qui ont investi pour seulement se maintenir sans connaître les affres de la dernière journée de championnat, voilà un bilan bien gris dans une région où le soleil brille.

Des performances qui les placent à la 8e place du classement (3 points). Assez loin de ce qui aurait du être son rang avec trois victoires potentielles (9 points) pour un début de calendrier qui était plus que favorable.

L’enjeu est clair.

Une défaite face au Paris Saint Germain les mettraient trop loin de leurs adversaires potentiels aux places européennes que sont l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint Germain, en pleine forme.

D’autant quand ces “gros” sont l’OL et le PSG et que le début de saison des deux leadeurs du championnat conforte la théorie. Douze buts marqués pour aucun encaissé du côté de l’OL pour une seule unité du côté PSG.

Très loin de Montpellier avec 1 seul but marqué pour deux encaissés.

Paris le sait. “Une victoire à Montpellier, et nous ferions vraiment le trou en championnat”.

Se pose la question du réveil potentiel des filles de Jean-Louis Saez. 

Des problèmes offensifs. Montpellier ne marque pas. Si Montpellier continue à ne pas marquer, Jean-Louis Saez se trouvera devant un vrai problème compte tenu que le club a libéré des joueuses offensives ou prêtées comme Marie Charlotte Léger (Fleury) ou Lindsey Thomas (Dijon) et que Laetitia Tonazzi a arrêté sa carrière.

Pourtant avec six attaquantes, Montpellier a de la ressource pour atteindre un meilleur objectif offensif. Jakobsson, Gauvin, Cayman, Blackstenius, Le Bihan. Des joueuses toutes internationales qui pour certaines, ont même l’obligation de réussir leur saison pour participer au Mondial 2019.

Seulement, cela n’entre pas.

Contre Bordeaux, Sofia Jakobsson, en confiance après son but qui qualifie la Suède pour le Mondial 2019, a une superbe occasion qu’elle cadre pour trouver le pied d’une défenseur sur la ligne. Et quand cela n’entre pas, on ne sait jamais quand cela va entrer.

Une défense mal alignée. En défense, Montpellier n’a encaissé que deux buts sur trois matches. Un score correct d’autant qu’ils sont souvent dus à un problème d’alignement. Une défense de Sembrant basée sur l’expérience qui laisse l’attaquante adverse pour un hors jeu quand la détermination d’une Marion Torrent à aller chercher l’adversaire couvre la joueuse qui, sans opposition, peut ajuster en réfléchissant, la gardienne américaine Murphy, élue meilleure gardienne de D1F en 2018.

Le milieu en retrait. Limiter les défaites de Montpellier à des errements offensifs et défensifs qui sont le lot possible des équipes en début de saison, n’est pas suffisant. Le milieu de terrain montpelliérain, international, n’est pas au niveau de l’exigence de la D1F cette saison. Trop de balles reprises par l’adversaire qui mettent sous tension la défense, lui faisant provoquer des erreurs et trop peu de balles vers l’avant pour permettre aux attaquantes de marquer, notamment quand on sait que le football féminin demande beaucoup d’occasions pour scorer.

En fait Montpellier est endormie. C’est son souci actuel. Un peu à la manière d’un Paris FC. Serait-il possible que les filles se préparent involontairement ou volontairement pour le Mondial 2019 sachant qu’on ne tient pas toute une saison et qu’il faut mieux baisser le pied maintenant plutôt qu’au moment du prochain Mondial ?

Le Paris Saint Germain n’est pas dans la même dynamique. 

Après la signature de la suédoise Hanna Glas pour deux saisons, le PSG constate un “excellent démarrage” alors que rien ne le laissait présager à l’intersaison. Des départs conséquents de “joueuses cadres” comme Erika et Marie Laure Delie, un recrutement tourné vers la jeunesse, déjà initié en janvier avec la belge Vanmechelen, de nouvelles joueuses étrangères comme Whang Shang.

Rien ne laissait présager un contenu aussi présent, notamment après les deux scores fleuves face au Paris FC (5-1) et Soyaux (0-6). Deux clubs significatifs de la D1F.

Elles viennent dont à Montpellier en sachant “qu’un bon résultat leur donnerait une avance confortable pour la seconde place du championnat”, et leur permettrait de souffler un peu en pensant “aux face à face avec l’Olympique Lyonnais”. Même si tous les matches demandent les efforts nécessaires à la victoire, ne pas l’intégrer serait une méconnaissance du championnat de France.

Elles viennent aussi à Montpellier avec le sentiment de savoir gagner, même dans les situations qui auraient pu s’avérer délicates. Remontées par le club champion d’AUtriche à l’extérieur lors de leur premier tour aller de WCL (1-2) à la 65′ sur un pénalty, elles ont su trouver la faille pour finir la rencontre sur un score qui leur laisse de la marge et leur donne de la confiance (1-4).

La confiance, c’est exactement ce qui est nécessaire à la performance de haut niveau. Le groupe est complet sans être inquiété par le départ d’Ashley Lawrence pour un stage intensif de préparation avec le Canada pour le tournoi d’Octobre, décisif pour la fédération d’Amérique du Nord quant aux qualifiées pour le Mondial français. Gérant calmement et sereinement le retour de la brésilienne Formiga (40 ans), capitaine du PSG l’an dernier et intégrant la jeune brésilienne Daiane (19 ans) dans le groupe avec le retour d’Eve Perisset, mise au repos la semaine dernière.

Tout va bien au PSG. Un élément qui peut laisser aller à la contre performance. C’est le niveau que les parisiennes doivent démontrer avec cette opposition contre Montpellier qui leur donne habituellement plus que du fil à retordre.

Notamment lors de leur dernière opposition à Grammont pour la saison dernière. Une nette victoire des filles de Jean Louis Saez (3-0), après quelques résultats négatifs (nul à Fleury) qui leur avait redonné l’espoir d’une course à la qualification européenne, perdu la journée suivante contre Bordeaux (0-0), terminée sur le fil en faveur du PSG (-3 points).

Montpellier endormi reçoit le PSG en confiance. Réveil Montpelliérain ? Excès de confiance parisien ? Ou Montpellier assommé et PSG Flamboyant ? Certainement un beau face à face entre deux gardiennes, grandes, longilignes et aériennes, Casey Murphy du côté Montpellier et Katarzyna Kiedrzynek pour le PSG.

Un match à ne pas rater sur Canal Plus Sport. Dimanche 15h00.

William Commegrain lesfeminines.fr