Une finale serrée qui se jouera à 18h15 en direct sur l’Equipe TV. La performance espagnole dans cette tranche d’âge est assez exceptionnelle ! Voilà une formation, à l’exception de 2013, qui a toujours atteint la finale de la compétition. Pour la sixième fois depuis 2012, elle atteint la finale et viendra chercher un titre qu’elle n’a pu obtenir pourtant qu’en 2017, face à la France.

Et dans des conditions à rappeler. Menée (2-1, Bourdieu et Laurent) par les Bleuettes, elles arrachent la victoire en toute fin de rencontre, à la 85′ par Egurrola pour égaliset et le titre à la 90′ par Guijarro (2-3). Après cinq finales infructueuses, un signe indien espagnol qui s’envolait. Et maintenant, en 2018, l’opportunité d’un doublé !

Le football reste surprenant, dans un Euro 2018 qui n’aura vu aucune équipe s’imposer durablement dans la compétition.

L’Espagne, dans le groupe de la France, perd d’entrée contre la Norvège (2-0). Norvégienne qui semblait revenir sur le devant de la scène pour cette nation leadeur mondial des années 90. Sauf qu’elles perdent très largement contre la Suisse (1-3) dans le dernier match de poule.

Dans l’autre poule, les Pays-Bas, bien parti après deux victoires, s’écroulent contre le Danemark (3-1) pour finir troisième de leur groupe malgré une victoire sur l’Allemagne (1-0). Le Danemark passe premier alors que la Mannschaft s’impose difficilement sur la modeste Italie (2-1).

Au stade des demi-finales, la Norvège s’écroule en deux minutes face à l’Allemagne (0-2, 45′ et 47′) dans cette compétition à cinq tours et l’Espagne s’impose difficilement contre le Danemark (1-0, 2e mi-temps, 68′).

Deux nations qui se connaissent et où l’enjeu existe.

Une finale qui va donc opposer deux équipes ayant chacune une défaite.

Une Allemagne, à la recherche d’un nouveau titre, oublié depuis maintenant 2011, montant en puissance (5 buts pour, 1 contre) face à l’Espagne qui a pris beaucoup de buts en phase de poule (3) mais qui peut s’accrocher à ses cinq buts marqués et sa “clean-sheet” de la demi-finale comme source d’amélioration.

Des joueuses qui pourront se raccrocher à leurs oppositions passées, dans la tranche d’âge inférieure. 

Les deux nations ont fait la finale de l’Euro U17 2016 et 2017. Les joueuses évoluent maintenant en U19 ou en U20. Les deux fois, la rencontre, serrée, a été remportée par l’Allemagne (0-0) aux tirs au but.

A contrario, lors du Mondial U17 en 2016, l’Espagne (3e) a éliminé l’Allemagne en quart de finale (2-1).

Enfin, dans le dernier Euro U19 2017 que certaines joueuses surclassées ont pu jouer,  l’Allemagne avait remporté leur match de poule face à l’Espagne (2-0).

Avantage donc à l’Allemagne dans les oppositions directes mais avantage à l’Espagne pour leur participation historique en finale que l’Allemagne n’a plus fréquenté depuis 2011.

Cinq matches continus, une expérience physique et mentale à gérer pour cet âge.

A cet âge, les cinq matches consécutifs pour atteindre la finale pèsent dans les jambes et le mental. Les joueuses laissent aller leur tempérament pour sortir vainqueur, donnant au match l’émotion des “occasions manquées” propre aux matches de jeunes. Un jeu direct où le tempérament veut assommer l’autre.

Il faut aussi savoir cette génération joue son troisième titre potentiel après le Mondial U17 en 2016 et l’Euro U17 en 2017. “Une finale ne se joue pas, elle se gagne”. Cette phrase, mille fois prononcée, donne une pression supplémentaire relevée par le goût amer de la défaite comparée à la joie de la victoire d’un titre. Un gap émotionnel énorme que certaines joueuses peuvent avoir vécues.

Au bilan récent, chacune des deux nations a eu un titre : Euro U17 pour l’Allemagne. Euro U19 pour l’Espagne.

C’est donc une finale serrée qui se jouera à 18h15 en direct sur l’Equipe TV où les occasions et les émotions ne manqueront pas pour 21 gagnantes, championnes d’Europe et 21 perdantes.

William Commegrain lesfeminines.fr