Gilles Eyquem concluait ainsi son interview sur le site officiel de la Sud Ladies Cup après la seconde victoire française et en vue d’affronter les américaines.

Les françaises possèdent une arme atomique : ses joueuses offensives.

La France a une force offensive au-dessus des autres équipes alignées dans cette première édition de la Sud Ladies Cup. Composée de Marie-Antoinette Katoto, sa capitaine qui l’a déjà prouvée cette saison en finissant seconde meilleure buteuse du championnat de D1F, avec Emmelyne Laurent (Ol 3 buts) et Kely Gago (Saint-Etienne, 1 but), les bleuettes disposent d’atouts portés vers la percussion, la vitesse et le jeu vers l’avant.

Sur le plan mondial, très peu d’équipes, voire aucune, possèdent des défenseurs capables sur le plan athlétique de s’opposer à ces qualités, notamment quand elles sont réunies.

C’est ce qui fait la force française et rend les Bleuettes, favories, de ce futur Mondial organisé prochainement en Bretagne du 5 au 24 Août.

Dans la première opposition, Haïti a craqué logiquement et sans excès d’ailleurs (5-0) quand on sait à quel point les scores du football féminin peuvent être lourds. Plusieurs trop grandes différences faisant la dizaine de buts au bout des quatre vingt dix minutes.

L’Allemagne qui se présentait en second, battue (2-0) par les filles de Gilles Eyquem après avoir été secoué par les américaines (3-0), n’a pas assez de forces pour être un favori à la victoire mais possède toujours cette base qui en fait une équipe qui peut éliminer n’importe quel adversaire dans des matches de Coupes comme le sera le Mondial 2018.

Les USA vont tester la défense française.

Le troisième adversaire lui est un révélateur. Les américaines dominatrices face à Haïti (7-0) ont une revanche à prendre avec le Mondial des U20 qu’elles n’ont plus soulevées depuis 2012. Six ans, trois générations de joueuses sans récompense. Voilà un constat énorme pour les filles de l’Oncle Sam qui n’envisage le football, à l’étage supérieur, qu’avec la barrière étoilée au plus haut niveau. C’est à dire la première place.

Avec Ashley Sanchez (3 buts), Sophia Smith (3 buts) et Abigail Kim (1) au profil très intéressant, les USA ont aussi leur détonateur.

Quelles filles Gilles Eyquem mettra-t-il en face ? 

Le sélectionneur français, au passage, le plus médaillé des sélectionneurs féminins, a toujours eu l’habitude de faire tourner son groupe, considérant que dans cette catégorie d’âge, rares sont les filles qui peuvent tenir la même performance tout un tournoi. D’autant que ce dernier se joue en fin de saison et que certaines ont joué les matches de championnat et de Coupe de France. “Il faudra être capable de courir autant qu’elles, d’être présentes dans le domaine athlétique”, voilà la première pensée du sélectionneur

A cet égard, ce sera l’occasion de tester l’arrière garde française “Il va falloir être capable de faire face à leur pressing assez haut”. Défense de qualité,composée de joueuses d’expérience qui connaissent bien Gilles Eyquem pour avoir participé à plusieurs campagnes (Euro 2016, Coupe du Monde 2016, Euro 2017) comme Mylène Chavas (ASSE, D2F) et Pauline Dechilly (FC Metz, D2F) et de joueuses plus récentes qui ont marqué de leur talent la D1F. On pense à la marseillaise Maëlle Lakrar et notammant à Selma Bacha, la jeune lyonnaise (17 ans), titulaire et championne d’Europe avec l’OL.

A travers ses réponses sur le site officiel du tournoi, on pressent que le sélectionneur girondin ne pourra pas faire autrement que de jouer ses cartes offensives. D’abord en raisons de leurs qualités mais aussi, du plaisir qu’il à les voir jouer ainsi. “On monte en puissance et on va aller chercher un résultat, on va éviter de donner le bâton pour se faire battre. On va jouer un peu plus haut, on a repéré des espaces où les Américaines peuvent être friables. Si on arrive à les faire reculer, on aura de quoi les percuter et leur faire mal ».

Habituellement, Gilles Eyquem cache ses cartes. Le Mondial est en France. Ce tournoi amical est en France. EN face, ce sont les américaines.

On peut penser que le sélectionneur français a choisi la gagne plutôt que l’information.

William Commegrain lesfeminines.fr

Les dernières rencontres :

  • Haïti – Allemagne. 10 juin 2018. 15h00. Stade d’Honneur de Salon de Provence.
  • USA-France. 10 juin 2018. 18h00. Stade d’Honneur de Salon de Provence.

Les françaises face à l’Allemagne : Chavas – Bacha, Lakrar, Thibaud, Dechilly – Gavory, Daoudi (Zamanian 71e), Khelfi – Laurent (Rey 87e), Katoto (c) (Delabre 45e), Gago (Ringenbach 45e). Coach : Gilles Eyquem

Les Américaines face à l’Allemagne : Ivory – Pickett (c), Mc Keown (Rodriguez, 60’), Hiatt, Girma – Villacorta (Howell, 46’), De Melo, Pinto – Torres (Sanchez, 59’), Kim (Spaanstra, 81’), Smith