La cinquième Coupe pour le club allemand, dont la quatrième consécutive. Le doublé acquis en 2018, avec la Coupe et le Championnat. Un début d’écriture qui a tout d’une écriture lyonnaise, dont les louves seront les challengers, pour la grande finale européenne du jeudi 24 mai à Kiev, sous les coups de 18 heures.

Elles courent après un triplé (championnat, coupe et coupe d’europe) qu’elles ont réussi en 2013 après celui lyonnais de 2012, renouvelé par les “fenottes” lyonnaises en 2016 et 2017.

Il aura fallu 120 minutes et le stress des tirs au but pour que le VFL Wolfsburg emporte sa Coupe, à l’instar de ce qu’a été la Coupe de France l’an dernier entre le PSG et l’OL comme l’a tout autant été la finale de la Coupe d’Europe 2017 avec les deux mêmes équipes.

Dans un jeu animé avec des contres qui vont très vite des deux côtés, basés souvent sur une erreur adverse, le Bayern a tout autant animé le jeu que Wolfburg. On voit là la grande différence avec le dernier PSG-Ol où Sarah Bouhaddi a eu peu d’interventions à réaliser. La gardienne lyonnaise devra s’attendre à être sollicitée, un peu plus que lors de la finale 2016 où la domination lyonnaise avait été totale face aux mêmes allemandes.

Un premier contre de Rolfo (Bayern) qui montre la difficulté de Wolfsburg à avoir une défense sereine que Schult détourne du bout de ses doigts hors cadre suivi d’un cafouillage sur corner qui donne des sueurs aux supporters des louves, bien reprise pas Schult, l’internationale allemande sous les yeux de Horst Hrubesch. Dans le contre qui suit, la norvégienne Caroline Graham Hansen aligne un contre cadré pleine vitesse que la gardienne bavaroise australienne Zinsberger sort.

Nicole Rolser (Bayern) trouve la transversale et la polonaise Ewa Pajor (Wolfsburg), à l’affût, sur une erreur de transmission,  joue un duel qu’elle perd face à l’australienne, trop jeune encore pour trouver dans l’instant la meilleure solution. C’est au tour de Pernille Harder de s’illustrer en poussant le jeu de Wolfsburg, mais le centre ne trouve pas preneuses alors que deux louves s’étaient dangereusement démarquées.

 

La danoise s’essaie de loin et retient son souffle quand Dabritz (Bayern) enrhume son adversaire pour un tir cadré que Schult met en corner. Pernille Harder sera à deux doigts d’une passe décisive reprise par la défense bavaroise et les deux équipes, souvent dans une défense à trois qui laisse de grands espaces pour les contres adverses, auront chacune une dernière chance avant que les tirs au but ne soient décidés, après 120 minutes de jeu.

Schult arrêtera un tir et sera sauvé par la transversale alors que Zinsberger sortira une tentative des Louves. C’est la norvégienne Caroline Graham Hansen, compatriote d’Ada Hegerberg, qui donnera sa cinquième coupe d’Allemagne au Vfl Wolfsburg dont la quatrième consécutive.

Une équipe allemande qui joue pour jouer, à la recherche comme l’OL d’un triplé. Un style de jeu qui n’a jamais gagné contre l’Olympique Lyonnais en Europe.

William Commegrain lesfeminines.fr