Sans surprise mais “pas comme à son habitude” depuis quelques années, les demi-finales de la Coupe de France seront pour les trois premiers du championnat, avec l’Olympique Lyonnais, Montpellier et le Paris Saint Germain suivi de l’ASJ Soyaux Charente qui a atteint ce stade de la compétition pour la quatrième fois (2018, 2014, 2008 et 2003) de l’histoire récente de la Coupe de France (2002).

Des D2F déjà arrivées en demi-finale, mais pas en 2018. 

Par sept fois sur dix sept éditions, la Coupe de France avait intégré dans le dernier carré un club de D2F voire même plus bas avec Henin-Beaumont en la saison dernière (2017) venue de DH, le FC Rouen (D2F) en 2015, Arras FF en 2012 et Dijon en 2011, précédés du Mans en 2009 qui a réussi à atteindre la finale de l’épreuve. Tours en 2007 et des surprenants bisontines du FC Besançon en 2004 avaient lancé les D2F à ce stade de la compétition.

Montpellier assure sa demi (0-4)

L’obstacle était bien trop haut cette saison même si le score a eu du mal à se décanter entre Brest et Montpellier (41′, Sofia Jakobsson), Jean-Louis Saez respectant la tradition de la Coupe de France en faisant jouer des filles en manque de temps de jeu, la différence s’est jouée sur la durée et trois buts supplémentaires (Dekker, 72′ ; Blackstenius 81′ et Le Bihan 89′) sont venus clore un score acquit à la seconde équipe française, la plus titrée de cette compétition (3 titres et 6 finales) après l’Olympique Lyonnais (9 titres, 3 finales).

Sofia Jakobsson. Meilleure buteuse de Montpellier. Meilleure joueuse D1F en 2015. Médaille argent JO de Rio. Crédit mhsc. lesfeminines.fr

Sofia Jakobsson. Meilleure buteuse de Montpellier. Meilleure joueuse D1F en 2015. Médaille argent JO de Rio. Crédit mhsc. lesfeminines.fr

L’Olympique Lyonnais s’impose -tout le temps- de marquer (0-11)

L’Olympique Lyonnais n’a fait qu’une bouchée d’Arras FF (0-11) avec un triplé d’Ada Hegerberg (3′, 7′, 57′) ; Cascarino (5′), Hamraoui (20′, 52′), Abily (30′) ont suivi et Salma Bacha, avec cette habitude française d’une latérale gauche offensive a marqué à la 69′ pour finir par doublé d’Eugènie Le Sommer en deux minutes (91 et 92′). A noter la grande première de Jessica Houara d’Hommeaux qui a joué le match entier après sa grave blessure la rendant indisponible pendant huit mois et un onze qui avait mis au repos Amandine Henry, Eugènie Le Sommer, Sarah Bouhaddi et Griedge M’Bock. Pas trop longtemps puisque Corinne Petit, Eugènie le Sommer et Amandine Henry sont entrée après l’heure de jeu.

Paris Saint Germain s’impose en leadeur (0-3)

Le Paris Saint Germain avait mis son équipe de titulaires face à Saint-Etienne, en D1F féminine l’an dernier et qui tutoie une montée éventuelle en cette fin de saison. Patrice Lair n’avait pas fait dans la dentelle et les “coiffeurs” n’ont qu’à gagner leur place quand il faut la gagner. Le Breton ne cache pas qu’il est très motivé pour remporter cette Coupe qui s’est échappé (1-0) l’an dernier sur un pénalty égalisateur lyonnais (1-1) très litigieux pour une séance de tirs au but perdue sur la durée (7 tentatives des deux côtés).

Marie-Laure Delie (27′, 0-1) et Marie Antoinette Katoto (65′, 0-2) ont de concert mis le PSG sur les bons rails sans pour autant retirer la possibilité d’un exploit stéphanois. Une heure de jeu avec un seul but d’avance, il y a eu de la tension dans le “chaudron des Amazones”. Comme à son habitude, la jeune Katoto a mis son club hors de portée du doute et Eve Perisset a terminé le travail avec un pénalty qui a du faire du bien (79′, 0-3).

Un score significatif mais qui a dû être bataillé sur le terrain.

Soyaux (0-4) pour sa 4e demi-finale face à la DH du Havre. 

Danielle Tolmais. Sélection en Equipe de France B. Crédit Maëlle Fonteneau. lesfeminines.fr

Danielle Tolmais. Sélection en Equipe de France B. Crédit Maëlle Fonteneau. lesfeminines.fr

L’ex-club de Corinne Diacre qui y a fait toute sa carrière de joueuse comme ses débuts en coach jouera sa quatrième demi-finale (2018, 2014, 2008, 2003), éliminé les trois dernières fois par l’Olympique Lyonnais. (0-3) en 2014 et 2008 pour un score plus serré en 2003 face au Fc Lyon (1-2) à une époque où Soyaux était au centre du football féminin français.

Vainqueur du Havre (DH) au stade Océane sur des buts de Bourguoin (12′), Tandia (21′) c’est par l’intermédiaire de Danielle Tolmais (72′, 84′) que le score a pris de l’ampleur.

Les demi-finales se joueront les 5 mai et 6 mai 2018 pour une finale qui se jouera à la Meinau de Strasbourg, le jeudi 31 mai.