Sans surprise, la République Populaire de Chine est en tête du groupe A de la Coupe d’Asie des Nations qui qualifie cinq équipes pour la Coupe du Monde 2019 en France. Dans un groupe A fait de la Thaïlande (2e du groupe mais 30e FIFA), les Philippines (72e) et la Jordanie (50e), éloignées au classement FIFA, aucune équipe ne pouvait avoir l’espoir de poser un problème aux Roses d’Aciers, 17è au ranking mondial.

Les joueuses du nouveau sélectionneur islandais Sigurður Ragnar Eyjólfsson se sont défaits de la Thaïlande (4-0) et des Philippines (3-0) pour être qualifiées au stade des demi-finales de la Coupe d’Asie, dont elles ont remporté le titre huit fois dans leur histoire.

A ce stade, les données seront différentes pour l’équipe chinoise, ayant réussi l’exploit de se qualifier aux JO de Rio 2016 en éliminant le Japon pour revenir du Brésil avec un quart de finale inattendu perdu contre l’Allemagne, future médaillée d’or, sur un score très honorable (1-0).

En effet, dans le groupe B se trouve le Japon (champion d’Asie 2014, champion du monde 2011, médaille d’argent aux JO de 2012, vice-champion du monde 2015) descendue à la 11e place mondiale, surtout l’Australie (champion d’Asie 2010, 6e mondial) comme la République de Corée (16e). Une vraie différence de groupe !

Les Roses d’Aciers en sauront plus sur leur niveau au croisement des deux groupes avant d’espérer retrouver un titre qu’elles ont acquis sept fois de suite mais dont le dernier sacre se situe, douze ans en arrière, en 2006.

La seule surprise française de cette qualification de la zone Asie est l’absence de la Corée du Nord, 10e Fifa, qui a été “maladroitement versée” dans le groupe de qualification de la Corée du Sud. Eliminée par son voisin et absente internationale depuis 2011 !

William Commegrain lesfeminines.fr

Classement de la Coupe d'Asie des Nations 2018. Crédit AFC. lesfeminines.fr

Classement de la Coupe d’Asie des Nations 2018. Crédit AFC. lesfeminines.fr