Il faut être un peu fou pour oser écrire, dans l’univers du football “T’es qui toi le Barça ?” quand cent mille spectateurs peuvent assister aux moulinettes à répétition du géantissime Messi, multiple ballon d’Or. Star actuelle des Blaugranas, successeur des Cruyff, Eto’o et tant de noms qu’une allée n’y suffirait pas.

Pourtant, qui peut plus que l’Olympique Lyonnais au féminin pouvoir le dire aux jeunes joueuses du FC Barcelone ? Qualifiées seulement pour la quatrième fois à ce stade des quarts de finale de la compétition européenne de la Women’s Champions League.

Du côté du Rhône, l’Olympique Lyonnais est la référence européenne. Fort de ses quatre titres de Championnes d’Europe (2011, 2012, 2016 et 2017) et deux finales (2010 et 2013). Aucun club n’a autant tapé à la porte de la finale européenne dans cette dernière décennie et personne ne peut contester l’ambition des fenottes, de Reynald Pedros son nouveau coach intronisé en Septembre, de Jean-Michel Aulas et de tout un club comme une région d’être le premier club féminin à gagner un cinquième titre européen comme d’être le premier à réussir trois victoires consécutives, leur donnant définitivement le trophée.

“T’es qui toi le Barça ?”

Forte de Lieke Martens, surprenante meilleure joueuse FIFA et UEFA à la suite d’un extraordinaire Euro 2017 avec les Pays-Bas transformant nos téléviseurs en marée orange mais marquant le pas en championnat avec un résultat (1-1) contre une équipe mal classée (14è sur 16è) Sporting de Huelva, laissant l’Atlético de Madrid prendre la tête du championnat (+1).

Avec un riche passé en Women’s Champions League qui monte crescendo (quart et demi) pour poser problème au PSG de Farid Benstiti en 2015-2016 avec un match nul au MiniStadium pour un but de Cristiane à Charlety en toute fin de match les éliminant des quarts et connaître la même désillusion en demi-finale contre le PSG de Patrice Lair sur un score plus conséquent (1-3) et (2-0) à Paris.

Avec une notoriété en championnat espagnol due à neuf titres consécutifs (série en cours) sur un total quand même … vingt-cinq. Dix neuf espagnoles qui forment avec Alexia Putellas en fer de lance des internationales d’une équipe d’Espagne qui monte en puissance ; Toni Duggan l’anglaise ; les brésiliennes Andressa et Fabiana ; l’expérimentée française Elise Bussaglia et la fougue de Perle Morroni ; ..

T’es qui toi le Barça ? Tout simplement une équipe qui monte en puissance dans un championnat moins fort que celui des leadeurs de la D1F mais avec un potentiel pour faire un exploit, comme l’Espagne pourrait le faire avec le Mondial 2019.

En face, c’est l’Olympique Lyonnais 

Un club concerné par les féminines à tous les étages mais surtout concentré sur leur performance. C’est toute la force de l’Olympique Lyonnais qui d’année en année, incorpore des joueuses à potentiels pour qu’elles se réalisent avec des titres et acceptent une concurrence de très haut niveau en contrepartie des honneurs de leur rang et d’un salaire qu’elles ne trouveront que très rarement ailleurs.

A ce jeu de la qualité et de la compétence, l’athlète Lucy Bronze (angleterre) s’est sentie attirée. Wendie Renard est restée. La sage Saki Kumagai n’a plus bougé depuis sept ans. L’expérimentée Camille Abily y joue ses dernières partitions. L’américaine Morgan Brian a suivi le chemin d’Alex Morgan. Amandine Henry y est revenue bardée de récompenses et la nouvelle Shanice Van de Sanden s’amuse à mettre de la vitesse avec Ada Hegerberg, jouant avec les nouvelles limites des départementales pour rouler sur des autoroutes de victoires.

L’Olympique Lyonnais n’est fait d’aucune interrogations sur le potentiel de ses joueuses. Il n’y a que des certitudes. Et elles sont si nombreuses que le seul doute concerne la composition de l’équipe. Qui jouera et qui regardera ?

Avec un Olympique Lyonnais éliminé chez les hommes de l’Europa Ligue, je ne vois pas comment les féminines de l’Ol peuvent être éliminées de leur Europe avec des possibilités historiques aussi unique d’un cinquième titre dont trois consécutifs pour un trophée à conserver à la maison.

Sauf, à vouloir répondre, dès maintenant, à cette question. Si le FC Barcelone réussit à vaincre l’OL. Plus personne ne pourra lui dire : “T’es qui toi en football féminin ?”.

William Commegrain lesfeminines.fr

Rencontre Jeudi  22 18h45 au Groupama Stadium. Retour 28 à 18 heures au MiniStadium.

Autre quart de finale aller du jeudi : le Wfl Wolfsburg rencontre le Slavia Praha.