La vidéo est saisissante. Aïssatou Tounkara, 22 ans, se tord de douleurs sur le stade d’Orlando City Stadium. Les mains sur sa jambe gauche. Son visage explose du mal qu’elle ressent. Le moment est grave. A l’évidence.

Fracture ouverte du tibia. Le diagnostic tombera rapidement, communiqué par le correspondant de CStar sur place. Confirmé par l’attaché de presse Jérôme Millagou. Diagnostic officiel.

A sept mille deux cent vingt huit kilomètres de là, la France du football féminin vit une vérité historique unique. Particulièrement pour l’Equipe de France féminine.

Certainement la première blessure grave d’une joueuse causée par une autre 

Des ruptures de ligaments croisés, des entorses, des visages en sang .. Voilà des images que l’on a déjà vues même si elles restent rares. Une jambe fracturée. Jamais, c’est la première et à mon avis, c’est une première mondiale.

En France, personne devant l’écran n’est médecin ; mais tous, nous avons entendu le “crac” qu’Alexandre Delperier, commentateur habituel de l’équipe de France nous confirme. Aline Riera, ancienne joueuse et consultante est toujours dans le jeu. Sur la blessure. Pas encore à imaginer ce qui n’est jamais arrivé et qui devient monnaie courante sur la planète du football masculin ..

Une joueuse de football féminin gravement blessée par une autre.

Dans ce sport, on est loin des tacles assassins qui vont chercher autant le joueur que la balle. Dans ce sport et sa pratique, les filles touchent le ballon, très rarement la joueuse. Dans ce sport, quand les filles tombent, elles se relèvent quasiment dans l’instant. Tomber n’est pas un fait de jeu. Elles ne cherchent pas à influencer l’arbitre pour obtenir un terrain favorable au carton pour l’adversaire voire à l’exclusion. Dans ce sport, la balle roule, elle est l’enjeu.

Aissatou Tounkara voulait réussir son second match comme elle l’avait réussi pour le premier.

Mais là, Dszenifer Marosan a envoyé involontairement une mine dans le mollet de la jeune joueuse, revenue du diable Vauvert pour empêcher la capitaine de la Mannschaft de réaliser un simple centre aux abords de la surface française. Sacrifice inutile, mais sacrifice voulu et déterminé de la parisienne, tout juste réintégrée (6 sélections) après une longue blessure musculaire dans une équipe de France qui se cherche et qui connait le bonheur d’être renouvelée une seconde fois comme titulaire, après un très bon match face aux USA (1-1) au poste de l’expérimentée Laura Georges (188 sélections, 33 ans). Et ce soir, face à l’équipe numéro 2 mondial.

Le genre de match et de situation que l’on ne veut pas rater.

A côté de sa meilleure amie des U20, Griedge M’Bock cumulant déjà 41 sélections à 23 ans. Le train est trop souvent passé. La longiligne française met le pied, l’allemande frappe fort dans le mollet. Très fort. Le tibia se fracture. La jeune française sort sur civière, opérée dans la foulée. Pour plusieurs mois d’immobilisations.

L’émotion est au rendez-vous

C’est certainement la première fois qu’une fille blesse gravement une autre fille. Gaetane Thiney, sa capitaine de club est à son chevet. Corinne Diacre, la sélectionneuse française doit le ressentir après une très grande pratique du football féminin. C’est rare. C’est très rare. Elle tourne en rond. Va vers la civière. Touche la joueuse. Il y a du Platini-Battiston de 1982 dans ces réactions.

On apprendra le lendemain que tout s’est bien passé. L’opération est terminée. Aissatou Tounkara a droit à une allée d’honneur dans l’aéroport américain. Sur une chaise roulante, elle n’est plus qu’une personne plâtrée.

L’Histoire retiendra qu’elle est certainement la première joueuse blessée gravement par une autre au niveau international. Le Paris FC n’a pas de chances. Une première avec Charlotte Bilbault en début de saison pour une longue perte de connaissance (voir le protocole à suivre pour une commotion cérébrale édité par la fédération) ; une seconde avec Aïssatou Tounkara.

On retiendra l’usage. 

La joueuse fautive, volontairement ou involontairement, doit s’excuser, prendre des nouvelles. C’est la règle en football masculin. Pour une fois que la règle n’est pas si mauvaise chez les gars, il serait bien qu’elle soit appliquée. Car nul doute que ce genre de situations va se renouveler. Les enjeux montrent des matches serrés et des résultats divergents d’une rencontre à l’autre.

Alors, si sur les images de la réalisation américaines, on ne voit pas la capitaine allemande auprès de la joueuse française, celle-ci me confirme qu’elle s’est excusée et a pris des nouvelles ensuite directement par message.

C’est bien de le savoir. Les usages ont ceci d’importants, c’est qu’ils cadrent.

Dans ces mots, ne voyez aucune leçon. Juste une préconisation.

William Commegrain lesfeminines.fr

détails-commotion-cerebrale