Dans cette période FIFA, les Bleues de France sont sur tous les terrains. Les A vont jouer leur troisième et dernier match de la ShebelievesCup ce soir face à l’Allemagne (CStar 22h00) alors que l’Equipe de France B, seul vivier 2018 de la sélection A ont terminé leur tournoi en Turquie en remportant la finale face au Mexique (2-1), équipe potentiellement au niveau du Mondial 2019 à venir en France.

De son côté, les U20 composés des générations 1998, 1999 et 2000 ont joué leur second match face au Etats-Unis, équipe considérée par Gilles Eyquem le sélectionneur français comme faisant partie du Top 5 des U20, et qui s’est terminé sur le score de parité (2-2).

Les enseignements pour l’Equipe de France B : de la confiance pour un groupe bien mobilisé vers son objectif : quatre matches, quatre victoires et un titre.

D’après les comptes rendus, les premiers matches face au Kosovo et Kazakhstan ont été prolifiques sur le plan offensif (douze buts en deux matches) comme excellents sur celui défensif (aucun but encaissé) mais fac à des adversaires qui n’existent pas sur le plan du football féminin (au-delà de la 87e et 67 place FIFA). La troisième rencontre contre la Roumanie (39e) a été moins prolifique tout en restant très large (3-0) sur des buts des attaquantes qui postulent à une place en A, soit Claire Lavogez (23 ans), Delphine Cascarino (21 ans) et Clara Matéo (21 ans). Des joueuses de référence lorsqu’elles jouaient en U20.

La finale de la Turkish Women’s Cup a été remportée par la France (2-1) opposée au Mexique (26è) avec des réalisations de Delphine Cascarino (12′) et Annaig Butel ( 26 ans, Paris FC) pour la France et une réduction du score de Monica Ocampo en fin de rencontre (82′).

Face à des adversaires trop éloignés des objectifs du Mondial 2019 (le titre pour la France), l’Equipe de France B ne pourra jamais apporter de réponses affirmatives et garanties. Son rôle est certainement ailleurs, en justifiant constamment d’un niveau sans jamais en descendre, tout en supposant leurs qualités face au Top 10 mondial (Etats-Unis, Allemagne, Angleterre, Australie, Japon, Suède, Pays-bas, ..).

Dans ce cadre, l’Equipe de France B a largement rempli son contrat en permettant d’affirmer que les joueuses susceptibles d’être en A sont “bien là” comme aiment à le dire les supporteurs en matière sportive.

Quant à savoir leurs potentiels en A pour un apport au gain d’un titre mondial. Cela ne pourra se faire qu’en les sélectionnant pour ce niveau.

FRANCE : 16-Pauline Peyraud-Magnin ; 20-Charlotte Lorgeré, 5-Annaig Butel, 15-Anaïs M’Bassidje, 13-Théa Greboval ; 6-Charlotte Bilbault (cap.), 8-Inès Jaurena ; 7-Delphine Cascarino (11-Nadjma Ali Nadjim 75′), 2-Kenza Dali (10-Léa Le Garrec 64′), 9-Clara Matéo (19-Danielle Tolmais 63′) ; 14-Claire Lavogez (12-Anna Clérac 90+1′). Entr.: Jean-François Niemezcki
Non entrées : 1-Elisa Launay, 3-Marine Dafeur, 17-Lindsey Thomas, 18-Daphné Corboz

Les enseignements pour l’Equipe de France U20 : une équipe qui monte graduellement mais qui doit arrêter de se faire remonter.

A 20 ans, les défauts et limites d’une équipe, pour les comprendre et les modifier : il faut mieux les vivre. La raison n’emporte pas tout et souvent la jeunesse comprend mieux devant un mur et trouve d’ailleurs très rapidement des solutions d’adaptation.

En faisant pour leur seconde rencontre un match nul (2-2) à quelques jours du tirage au sort – première salve mondiale médiatisée – les françaises doivent comprendre que cela signifie -d’abord-qu’elles n’ont pas gagné. Ce qui a pour effet, dans une compétition et pour un tournoi : l’élimination et au mieux, un titre en finale qui s’échappe.

Que cela soit face aux Etats-Unis ou une autre équipe. Le titre demande la ou plutôt les victoires.

C’est tout le travail du sélectionneur Gilles Eyquem et de son staff d’améliorer cette équipe qui a mené au score (2-1 à la 64′) par Kelly Gago après avoir égalisé avec Marie-Antoinette Katoto (Smith 4′, Katoto 9′) de ne pas se faire remonter (Smith 81′) !

Le titre de l’Euro 2017 en U19 leur était passé sous le nez en Août de cette manière là. Après avoir mené (2-1) à la 71′ ; elles avaient laissé le titre six minutes plus tard (85′ et 90′) à l’Espagne.

A charge pour elles d’essayer de l’appliquer face au Japon, futur adversaire amical de cette Coupe du Monde. redoutable avec une médaille d’argent au Mondial 2016 en U17. Une génération qui est passée en U19 et qui a remporté son championnat d’Asie en 2018.

Voilà bien le seul défaut important de cette équipe U20, formée de joueuses de qualité de la D1F et D2F et qui doit “trouver ce supplément d’âme” selon Gilles Eyquem qui souvent donne les titres.

Pour 2018 et cette génération, ce sera le titre Mondial, le seul en France avant et pour longtemps.

France : 16-Jade Lebastard ; 12-Pauline Dechilly, 5-Sarah Galera (14-Julie Thibaud 79′), 4-Julie Piga, 3-Selma Bacha (13-Romane Enguehard 46′) ; 8-Annahita Le Loc’h Zamanian (6-Doriane Pau 46′), 18-Sana Daoudi (15-Lina Boussaha 79′) ; 7-Emelyne Laurent (22-Kelly Gago 63′), 10-Christy Gavory (19-Inès Boutaleb 63′), 21-Sandy Baltimore ; 9-Marie-Antoinette Katoto (cap.) (20-Mathilde Bourdieu 63′). Entr.: Gilles Eyquem
Non utilisées : 1-Mylène Chavas, 2-Elisa De Almeida, 17-Amira Ould Braham
Etats-Unis : 22-Laurel Ivory ; 2-Kiara Pickett, 5-Zoe Morse (cap.), 4-Naomi Girma, 10-Jordan Brewster (13-Tara McKeown 75′) ; 18-Jaelin Howell ; 8-Brianna Pinto (20-Samantha Coffey 75′), 6-Savannah DeMelo (16-Viviana Villacorta 46′) ; 17-Abigail Kim (7-Penelope Hocking 65′), 3-Sophia Smith, 9-Civanna Kuhlmann. Entr.: Jitka Klimkova
Non utilisées : 1-Amanda McGlynn, 12-Brooke Heinsohn, 11-Taryn Torres, 14-Delanie Sheehan, 15-Karina Rodriguez, 19-Jenna Bike, 21-Chardonnay Curran, 23-Kelsey Turnbow, 24-Samantha Hiatt

William Commegrain lesfeminines.fr