La France a su subir.

La France de Corinne Diacre a montré une très belle âme collective avec ce match gagné face à l’Espagne (3-1). Pourtant, cette victoire face au 17è FIFA n’a pas été facile à réaliser puisque ce sont les espagnoles qui ont mené le jeu des occasions dans le premier quart d’heure avec un tir de la capitaine Torrejon dès la 10′, excellemment bloqué par Méline Gérard qui signait seulement sa 13è titularisation depuis trois ans qu’elle faisait partie de l’aventure des Bleues. Elle ne sera pas en manque d’un second arrêt décisif juste la minute suivante (11′) sur une première tentative de la parisienne Hermoso puis de Meseguer. Une minute plus tard, cela sent vraiment le chaud quand Marion Torrent remet une balle en retrait qu’Hermoso subtilise pour buter contre Méline Gérard et pousser trop loin son ballon.

C’est le temps fort espagnol et si elles auront la possession pendant le match, Amandine Henry confirmant “que c’était une des première fois où la France perdait la possession”, ; pour autant, elles ont manqué d’efficacité laissant la porte ouverte à une montée “en température” des françaises.

Les Bleues appliquées dansent “la danse des Sioux” pour marquer

Sur le second corner de la partie (21′), on va voir une sarabande incroyable du groupe France qui se met en rond à cinq pour exploser dans tous les sens, mais toujours en occupant idéalement la surface de réparation devant les buts. Eugènie Le Sommer enverra son corner au second poteau, rabattu par Amandine henry dans un saut acrobatique pour voir Laura Georges exulter de plaisir à la mettre au fond des filets adverses. Son 7è but pour sa 182è sélection, (1-0, 21′, Laura Georges) ; elle qui remplaçait au pied levé Wendie Renard pour un souci à la cuisse.

Une entente offensive qui permet de marquer sur un fil.

On est vraiment dans l’efficience au plus haut point et les espagnoles vont subir l’expérience française qui va se matérialiser par un superbe mouvement entre Amandine Henry, Eugènie Le Sommer et Ouleymata Sarr (25′) justifiant des réelles capacités françaises, juste bousculées par les opportunités espagnoles.

Cela sera encore plus flagrant avec un contre rondement mené, sur une récupération d’Eugènie Le Sommer aux 40 mètres. Deux “une-deux” millimétrés avec Ouleymata Sarr et voilà la lyonnaise qui glisse un gauche imparable, pleine lucarne pour le (2-0, 39′) français et le 62è but internationale de la française.

On a vraiment le sentiment d’être face à un bloc France et bien habile qui pourra déceler les premières capes de Marion Torrent (2) ou d’Ouleymata Sarr (2).

Il faudra rester vigilant quand Jennifer Hermoso aura une superbe occasion, complètement extérieur sur une relance hasardeuse de Méline Gérard alors que la défense française avait pris le dessus sur le jeu de “feu follet” espagnol. C’est sur ce rappel que les deux équipes rentrent aux vestiaires et on sent une équipe de France au travail, avec une très bonne mobilisation collective pour remporter ce match.

Des occasions françaises et espagnoles.

La seconde mi-temps démarre avec un objectif fixé par Corinne Diacre “gagner la seconde période” qu’elle communique au micro de Cstar et si le score se terminera sur la marque de (3-1) avec un second acte équilibré (1-1) ; les françaises auront d’autres occasions pour réussir cet objectif même si les espagnoles manqueront plus d’une fois le break, à chercher le meilleur moment pour tirer quand la Montpelliéraine Torrecilla trouvera, aux trente mètres, une superbe transversale à la 68′, copie conforme de celle du lyonnais NDombelé face au PSG, dimanche soir pour le match phare de la L1 française.

Pourtant c’est bien la France qui utilise avec qualité la profondeur sur ses contres et le (3-5-2) espagnol n’arrive pas à s’imposer au travail de Grace Geyoro, d’Amandine Henry et au positionnement de Camille Catala, en dix défensif plutôt qu’offensif.

Kadidiatou Diani part comme une flèche pour servir Sarr qui place une mine cadrée que la jeune Lola Gallardo bloque comme elle peut (50′) et c’est la parisienne qui cette fois, aura une très belle occasion, cadrée, que la jeune espagnole sortira (54′).

La réduction du score

On ne peut que constater que .. pour une fois, la France mène (2-0) en ayant peu d’occasions mais surtout en cadrant ses tirs et opportunités, jouant ses contres pour que la balle soit tapée au centre. Le match est intense et les joueuses commencent à avoir du déchet dans les deux camps. C’est Grace Geyoro qui perdra une balle dans le camp espagnol, immédiatement exploitée par Jennifer Hermoso qui envoie en profondeur Caldentey, pour un “une-deux” avec Torrecilla et un but qui réduit le score et place l’Espagne à une portée des françaises (2-1, 58′).

La réponse de Sarr, après “la danse des Sioux”

Automatiquement, on voit le ballon dans les pieds ibères qui arrivent, avec leur toile d’araignée de passes courtes, à se trouver dans la surface française, cherchant toujours une autre passe à faire, mais bien récupérée par la défense française, attentive au risque du pénalty.

La balle circule dans les deux camps et il faudra un autre corner d’Eugènie Le Sommer, pour que, après la même sarabande, Ouleymata Sarr, pour sa 2è sélection, ouvre son compteur but d’une superbe tête déposée dans les filets (3-1, 72′).

La France aura montré une très belle âme collective

Le match se terminera sur cette marque qui aura vu une équipe de France, disputée par son homologue espagnole, mais qui aura eu la force de s’imposer en menant tout le temps au score, sachant très bien défendre collectivement pour finaliser les actions offensives qui se sont présentées.

C’est une équipe avec une belle âme collective qui a gagné son second match avec une Corinne Diacre qui a déclaré “on a fait du jeu, avec de belles intentions et un bon match défensif. Il y a deux-trois petites choses à régler mais c’est toujours bon de gagner même si c’est toujours plus agréable de jouer face à une équipe qui joue comme l’Espagne.”

C’était un match où la sélectionneuse a été la Capitaine de l’Equipe de France, prodiguant des conseils à chaque instant et gagnant, au fil du temps, la confiance qui fait que les filles se sont données réellement pour remporter ce match. Elles ont pris l’envol de l’espoir, armées d’une belle réalité, ayant conscience qu’elles ont honoré ce maillot Bleue. Toute ensemble.

Les bleus des Bleues” de Corinne Diacre ont gagné leurs galons de légitimité. C’est peut-être la plus belle victoire de la sélectionneuse française sur ces deux matches. 

William Commegrain lesfeminines.fr

La fiche technique.

France (3-1)  Espagne. Match amical. 18 Juillet 2017. Calais. Arbitres : Esther Staubli – Assistante Emilie Aubry, Sabrina Keinersdorfer. 4ème assistante Stephanie Di Benedetto.

  • But : (1-0) 21′ sur un corner d’Eugènie Le Sommer, Amandine Henry reçoit la balle au 2è poteau pour le 7è but en sélection de Laura Georges.
  • But : (2-0) 39′. Une très belle percée d’Ouleymata Sarr qui sert Eugènie Le Sommer pour un tir du gauche pleine lucarne de la lyonnaise.
  • But : (2-1) 58′ Sur une perte de Grace Geyoro, le contre espagnol perfore la défense et avec un une-deux, Caldentey réduit le score.
  • But : (3-1) 72′. Sur un corner d’Eugènie Le Sommer, Sarr s’élève plus haut et marque imparablement de la tête.

France : Méline Gérard – Marion Torrent, Griedge MBock, Laura Georges (85′, Hawa Cissoko), Sakina Karchaoui – Grace Geyoro (66′, Elise Bussaglia), Amandine Henry (cap), Camille Catala – Kadidiatou Diani (80′,Viviane Asseyi, ), Ouleymata Sarr (73′, Valérie Gauvin), Eugènie Le Sommer. Coach : Corinne Diacre. Banc : Solène Durand, Sarah Bouhaddi, Théa Greboval, Eve Perisset, Léa Le Garrec, .

Espagne : 1-Lola Gallardo ; 5-Ivana Andres (3-Paula Nicart 74′), 20-Andrea Pereira, 4-Irene Paredes, 16-Maria Pilar Leon (14-Leila Ouahabi 46′) ; 15-Silvia Meseguer (19-Amanda Sampedro 74′), 7-Virginia Torrecilla, 11-Alexia Putellas (6-Vicky Losada 46′) ; 8-Marta Torrejon (cap.) (2-Gema Gili 62′), 17-Mariona Caldentey (18-Barbara Latorre 81′), 10-Jennifer Hermoso. Entr.: Jorge Vilda
Non utilisées : 13-Sandra Panos, 9-Mari Paz Vilas, 12-Patricia Guijarro