Sarah Da Cunha (GF38) sait faire des choix. Le Portugal est arrivé à l’Euro 2017 en ayant gagné son match de barrage face à la Roumanie. 16è et dernier qualifié, placé à la 38è place FIFA, personne ne donnait le moindre signe d’espoir aux couleurs féminines portugaises, éloignées du titre de Champion d’Europe 2016 gagné par le Portugal et CR7 au Stade de France. Et puis, venu de nulle part, voilà le Portugal qui perd difficilement contre l’Espagne (0-2) ; l’emporte contre l’Ecosse (2-1) et se donne une chance d’une qualification historique en 1/4 de finale pour leur premier Euro, en perdant tout juste contre l’Angleterre (1-2) 4ème Fifa quand même.

Dans ce cadre, le Portugal pourrait ne pas être seulement le pays qui a reçu pendant 20 ans, le plus grand tournoi international de football féminin, mais aussi une nation qui pourrait se qualifier pour la Coupe du Monde 2019 en France. Le Portugal avec la France, “Voisin-voisine”, “Cousin, Cousine”.

Pour cela, il faudra passer dans le groupe 6 des qualifications avec de sacrés clientes : la Belgique, l’Italie, pour une seule place directement qualificative au quelle se rajoute la Roumanie que le Portugal avait éliminé de l’Euro sur le fil (1-1)

Le choix de Sarah Da Cunha pourtant est là. Elle a décidé de porter les couleurs portugaises après une première expérience délicate avec l’équipe de France chez les jeunes. Comment se passe une sélection quand tu joues et que tu vis à l’étranger ?

Ne pas se rater quand tu es supervisée

LES FEMININES.FR se sont intéressées sur les évènements à venir au vue de la Coupe du Monde et donc sur les qualifications. Nous avons rencontré Sarah Da Cunha, qui vient tout juste être appelée en équipe A du Portugal pour la première fois. Un petit rappel puisque Sarah a la double nationalité, française et portugaise. Elle avait été appelée en sélection de l’équipe de France, mais le stress lui avait fait rater cette expérience. Du coup elle optait pour celle du Portugal. Le coach portugais l’a suivait et la faisait appeler en sélection des moins de U19 pendant deux ans.

S’adapter à sa langue

Ses premiers matchs étaient compliqués par rapport à la langue mais à la fin tout allait mieux. Elle a notamment fait un bon match U19 contre l’équipe de France et le coach des A était là et lui dit qu’il garderait un œil sur elle pour la suite puisqu’elle allait avoir plus de 19 ans.

Une bonne surprise attendait Sarah car il y a deux semaines, le coach portugais la convoquait en équipe A.

Savoir attendre

L’année dernière elle avait déjà été appelée en pré-convocation mais elle gardait cela pour elle, car elle était seulement réserviste à chaque fois. Le coach gardait un œil sur elle et sur les autres filles, en lui demandant des vidéos car il ne pouvait pas se déplacer  à tous les matchs.

LES FEMININES.FR : Sarah vous venez d’être appelée en Equipe A du Portugal pour la première fois comment c’est passé cette annonce ?

Sarah Da Cunha : «  Il m’a appelé il y a environ deux semaines et je ne m’y attendais vraiment pas. Je ne m’y attendais tellement pas que je n’ai même pas sauté de joie. C’est une fierté pour moi de jouer dans cette équipe là, même si rien n’est fait et que c’est juste un rêve qui se réalise ». « A partir du moment que tu reçois le billet d’avion, là tu te dis que c’est du concret et que j’étais en équipe A. Tu réalises que c’est vrai et tu sautes de joie. J’avais une grande fierté et j’étais super contente ».

LES FEMININES.FR : Durant l’euro, vous avez suivi le parcours du Portugal dans un groupe pas facile avec l’Espagne et l’Angleterre vous en avez tiré quoi ?

Sarah Da Cunha : «Je ne sais pas pourquoi l’Espagne est nôtre bête noire. C’est vrai qu’avec l’Angleterre c’est un match compliqué mais quand on regarde le match qu’elles perdent 2 à 1 c’est quand même respectable pour un premier euro dans l’histoire du Portugal. Cela restera un beau parcours. Là on va déjà bien se préparer pour les matchs de préparation, pour essayer de se qualifier pour la prochaine coupe du monde ce serait quelque chose d’incroyable pour le Portugal ».

LES FEMININES.FR : Pour vous ce serait un très bon aboutissement finalement cette qualification pour la coupe du monde en France ?

Sarah Da Cunha : « Rien que déjà être appelée serait une bonne chose, rien n’est fait encore. C’est vrai que lorsque l’on se projette plus loin le Portugal qualifié en plus en France, il y a toute ma famille ce serait extra sympa pour moi ».

LES FEMININES.FR : A partir du moment que vous savez que vous êtes sélectionnée. Avant de partir pour la sélection, il y a des matchs. Comment se déroulent-t-ils. Y a-t-il la crainte de se faire mal et compromettre sa sélection ?

Sarah Da Cunha : « J’y ai pensé seulement cette semaine. J’y ai pensé avant les matches, car ça m’est arrivée lors de ma toute première sélection il y a deux ans et demi en U19. J’avais pu y aller mais un peu plus tard pour soigner ma blessure à la tête. En défense, plus on y pense et plus on a des chances de se blesser. Au bout d’un moment ça s’oublie et je me préparais justement à l’entraînement pour me mettre en confiance et me rappeler que ça, je sais bien le faire et donc me donner confiance en moi.”

Voilà des nouvelles générations qui font des choix. Avec le risque qui va avec. Cela fait partie des parcours de ceux qui entreprennent. Le sport est une forme d’entreprise. La sienne. Sarah Da Cunha a choisi son chemin. Elle connait ses premiers bonheurs. Etre sélectionnée pour vivre une autre aventure, celle de l’équipe nationale et avoir le sentiment fort d’être sortie d’un lot de concurrentes.

19 ans. Réussira-t-elle ? C’est son chemin. Rien n’est écrit. Rien n’est définitivement écrit. On sait juste, qu’il faut avoir le niveau attendu et l’exprimer lors de la rencontre et des stages. Ce qui est sûr, c’est que la jeune défenseuse sait faire des choix. Alors bon vent et bonne route à elle. En D2F, on peut trouver des profils en devenir.

Raphaël Gomez pour les feminines.fr