Millie Bright. 23 ans. Dans son style, aucune concurrence. La jeune joueuse de Chelsea, âgée de 23 ans, déjà championne d’Angleterre (2017), puis vainqueur de la Coupe à Wembley devant plus de 50.000 spectateurs, est la révélation anglaise de cet Euro. A 23 ans, elle est la plus jeune joueuse titulaire des 3 Lionnes de cet Euro comme la seule de l’équipe anglaise à avoir fait les quatre matches en jeu !

“Habituée à jouer milieu défensive ou dans une défense à trois, selon la ligne qui doit être musclée” dixit Sylvain Jamet, elle possède le physique de son style de jeu lorsque l’impact est sollicité.

Appelée en Septembre 2016 par Mark Sampson, après de nombreuses sélections en jeunes, notamment en U23 dont l’Angleterre reste une des seules nations à conserver cet âge de sélection qui explique la moyenne d’âge en A de plus de 28 ans. Elle en est aujourd’hui, à 23 ans, une des plus jeunes, avec 9 sélections qui en vaudrait bien plus dans une nation qui arrête sa tranche d’âge à 20 ans.

Cette fille vaut de l’Or. il n’existe aucun autre gabarit similaire qui puisse lui faire concurrence dans les autres équipes nationales européennes. Il est évident que cette joueuse, établie comme une armoire et possédant une détente incroyable, va directement aller jouer dans le pays de l’Oncle Sam dès lors qu’un club anglais aura montré son incapacité à remporter la Ligue des Champions européenne.

Les championnats européens étant souvent les mêmes, je ne vois pas l’intérêt de l’anglaise à venir s’exiler dans un pays non-anglophone pour y être une des premières internationales à vivre l’aventure la plus détestable pour un anglais : apprendre une autre langue que la sienne.

Mais si un club de D1F y arrive, alors cette fille me parait avoir un potentiel incroyable. Elle ne doute pas. Elle défend simplement. Elle a une détente incroyable à l’image du but invraisemblable qu’elle met contre l’Espagne. Une tête deux fois plus loin que celle d’Amandine Henry et tout aussi puissante que celle de la française qui avait fait gamelle. Refusée pour hors jeu.

Dans un univers de jeu féminin qui se simplifie pour se baser actuellement sur un engagement physique et surtout mental où il faut persévérer, lutter sans faiblir ; cette jeune anglaise a tout de la joueuse type de cet Euro. Jeune, sans interrogation sur son passé et son avenir, avec l’envie simple de donner le meilleur d’elle-même, armée d’un objectif simple : “on verra ce que cela donnera !”

Pour l’instant, elle a joué les quatre premiers matches comme titulaire et a été la seule joueuse à être présente lors du dernier match face au Portugal, ne sortant qu’à la 60′ lorsque l’Angleterre avait repris la marque (2-1) et le match en main.

Dans un football féminin qui se cherche, et qui semble parti sur une identité tactique. Avoir une joueuse dans un style que les autres ne possède pas, c’est suffisant pour être une arme.

Mark Sampson compte sur Millie Bright. Il faudrait que la D1F puise compter sur Millie Bright.

William Commegrain lesfeminines.fr