Football féminin. Match amical. Angleterre (5è mondial) reçoit la France (3è mondial). En direct sur C8. Vendredi à partir de 21h.

Un match important en vue du futur l’Euro 2017 (16 juillet-6 Août), pour prendre des informations, les deux équipes étant qualifiées.

Après avoir joué le Brésil (1-1), 10è nation FIFA qui a réalisé un excellent contenu aux JO de Rio (4è), les troupes du nouveau sélectionneur Olivier Echouafni (3è mondial) rencontrent l’Angleterre (5è mondial), Vendredi à 21h, heure française, pour un match qui s’annonce serré et difficile.

Depuis 2011, l’opposition n’est pas neutre entre les deux equipes car n’oublions pas que le meilleur souvenir de la génération française qui a joué la Coupe du Monde 2011 en Allemagne est le France-Angleterre des quarts de finale où la France a éliminé les anglaises aux tirs au but, après avoir égalisé par Elise Bussaglia à la 87′ !

France-Angleterre. Coupe du Monde 2011. Crédit fff. Lesfeminines.fr

France-Angleterre. Coupe du Monde 2011. Crédit fff. Lesfeminines.fr

C’est loin, mais c’est toujours présent. Pour cette 7è rencontre depuis lors, des absences sont à déplorer du coté français avec un retour précipité de Camille Abily (171 sélections) pour raisons personnelles, maître à jouer de la France ; puis les blessures de Marie Laure Delie et Laure Boulleau ; celles de Kenza Dali, Griedge M’Bock et d’Elodie Thomis, Amandine Henry ; le groupe France se constitue avec de nouvelles joueuses qui ont leurs cartes en mains et le retour de joueuses d’expérience comme Gaetane Thiney.

Mais face à l’Angleterre, ce n’est jamais simple car les anglais sont pleins de paradoxes.

Hommage à l’esprit anglais !

Plus médaillé que la France. Quel est ce pays qui n’a gagné contre la France féminine que deux fois en dix-neuf oppositions (les deux premières en 73 et 74) et qui arrive à être médaille de bronze au mondial 2015 après avoir été finaliste de l’Euro 2009 alors que nous courrons après le premier diamant qui ornerait les poitrines françaises ?

Incapable de s’entendre pour aller aux JO de Rio. Quel est ce pays qui n’arrive pas à s’entendre pour former un “Royaume Uni”(Grande Bretagne et Irlande du Nord) au sens de l’Olympisme pour les JO 2016, laissant passer une chance après cette superbe 3è place au mondial 2015, que ne ratera pas la Suède (vainqueur du tournoi de qualification et médaille d’argent aux JO) alors qu’il a colonisé la moitié de la planète, toujours fière de rester sous la barrière du “Commonwealth” (53 pays) ?

Ce sont les Anglais.

Avec des symboles qui nous touchent au coeur. Quel est ce pays qui arrive à nous faire aimer “The Queen”, comme une lointaine parenté familiale, sous les oriflammes des mots de Stéphane Bern et qui laisse un souvenir impérissable à tous les sportives et sportives qui entendent le “God Save The Queen !” chanté par tout un stade avant un match ? Un souvenir aussi fort que le “haka” des blacks.

Dans le pays des stades de football. Quel est ce pays capable de recevoir une équipe nationale dans un club de D3 masculine, le “Keepmoat Stadium“, tout en étant certain de faire “sold out” sans se poser la moindre question sur l’ambiance “football” qui va être montré ?

Ce sont les Anglais !

Heureusement que nous les gagnons (9 victoires et 8 nuls pour 2 défaites) ! Heureusement que nous sommes 3è mondial alors qu’elles sont rangées deux rangs derrière, à la 5è place. Heureusement, sinon cela serait invivable.

Les anglais, nos meilleurs ennemis : “Le problème, c’est que les anglais adorent nous rendre la vie invivable”.

Les cours d’anglais. Déjà avec le célèbre “Brian is in the kitchen !“. Un tube de l’Education Nationale sans droit d’auteur et qui aura fait mal à plus d’un élève. A vous dégoûter de la cuisine anglaise !

Un jeu direct et physique. Ensuite avec leur jeu. Les anglaises développent le même jeu que les anglais, seule nation européenne à avoir réussi à prendre le titre mondial à l’hémisphère Sud en 2003 en inventant un jeu de défense-offensif “le pack” et donnant la finition à un Platini du rugby : Johnny Wilkinson.

Mark Sampson ne cherche jamais à faire le jeu. A faire du beau jeu. Il fait jouer ses filles comme un aviateur anglais devant défendre les Tours de Londres face au V2 allemand. Avec les tripes, le coeur et l’insouciance. C’est un football total qui sera proposé à la France qui n’a qu’une seule finalité : donner un vainqueur. Et dans l’esprit anglais, cela doit être les anglais.

Mark Sampson. Coach de l'Angleterre. Crédit FIFA. Lesfeminines.fr

Mark Sampson. Coach de l’Angleterre. Crédit FIFA. Lesfeminines.fr

Un état d’esprit incroyable avec l’équipe nationale. L’ex- jeune coach (34 ans) de Bristol Academy (2009-2013) qui n’a pas fait mieux qu’un premier tour de la Women’s Champions League en 2011-2012, a l’inspiration précise avec l’équipe nationale, (depuis 2013) ne cachant pas son plaisir quand il a battu le Canada de l’anglais John Herdman (2-1) en quart de finale du Mondial. N’oubliant pas qu’il est gallois ! Et alors, que dire de la victoire face à l’Allemagne pour le bronze ensuite ! L’Allemagne, super star européenne avec ses huit titres européens et son bail commercial 3-6-9 avec la 2ème place mondiale.

Depuis, il ne gagne que face aux petites équipes (défaite face aux USA, Allemagne, nul face à la France) et si “les Lionesses” ont retrouvé des couleurs avec un (0-2) chez notre amie Janice Cayman, il fallait dire que ce n’était que face à la 24è nation mondiale, qui avait fait une performance à l’aller, en Angleterre, obligeant les anglaises à aller au bout de leur esprit d’abnégation, arrachant le nul à la 84′ (Scott) après l’ouverture du score de l’ex-juvisienne, Janice Cayman, à la 18′.

screen-shot-2015-09-03-at-19-00-45

Les anglais sont plein de paradoxes. Il ne manquerait plus que la Reine n’anoblisse Mark Sampson ! C’est quand même le seul pays qui anoblit les coachs de football !?? Propriétaire des émotions des supporters, comme un Noble l’est de son Histoire !

Stop ! Messieurs les anglais, Ladies. Stop ! La France est là !

La force de la France en football féminin !

A préciser. Tout simplement, nous sommes meilleurs que les anglaises. C’est assez simple comme réalité. Pas nettement meilleurs, mais meilleurs.

Video - Lyon l'emporte face à Montpellier. Finale de la Coupe de France. Superbe but de Louisa Necib.

Video – Lyon l’emporte face à Montpellier. Finale de la Coupe de France. Superbe but de Louisa Necib.

Les clubs français au top européen. Au niveau des clubs, l’Olympique Lyonnais avec ses trois titres européens (2011, 2012, 216) et deux finales (2010, 2013), le Paris Saint Germain avec sa finale (2015) et demi-finale (2016) tout comme le Fcf Juvisy-Essonne (2013) et Montpellier (2006)  alors que les anglaises ont craqué depuis 2013 (quatre demi-finales pour Arsenal en 2012, 2011, 2005, 2003) et un titre en 2007. C’est assez loin. Nous sommes en 2016.

Un bilan favorable à la France. Au niveau des équipes nationales, le bilan est nettement favorable à la France (9 victoires, 8 nul et 2 défaites) et les quatre dernières rencontres se sont soldées par trois victoires et un match nul pour la dernière opposition aux Etats-Unis, dans un match qui avait tout d’un “upper-under” sur un terrain innommable.

Les joueuses ont une histoire positive face à l’Angleterre. Sur la sélection jeune d’Olivier Echouafni.  Parmi les sélectionnées d’Olivier Echouafni, un grand nombre ont acquis le titre européen U19 en finale face à l’Angleterre. Il s’agit d’Annaig Butel, Laetitia Philippe, Camille Catala en 2010 ; d’Aissatou Tounkara, Kadidiatou Diani, Claire Lavogez, Sandie Toletti, Clarisse Le Bihan en 2013.

Sans oublier les joueuses d’expérience qui se sont imposées en finale du Tournoi de Chypre de 2012 (0-3) et les ont éliminé de l’euro 2013 en phase de poule : Gaetane Thiney, Eugénie Le Sommer, Wendie Renard, Elise Bussaglia, Sarah Bouhaddi avec Camille Catala, Laetitia Philippe, déjà citées.

Alors, la dynamique de compétition est, factuellement pour la France.

La France vient sans orgueil mais avec des vérités. 

Un avantage pour la France. L’Angleterre est une équipe d’avenir qui jouera pour se mesurer dans l’optique de 2017 avec à l’esprit : “que valons-nous après le Mondial 2015 ?”. L’équipe de France vient avec de nombreuses jeunes sélectionnées pour se construire et ce match va leur proposer de connaître un baptême de feu idéal pour se former dans l’optique de l’Euro 2017.

Une bonne mesure pour Olivier Echouafni. Ce ne sera qu’un match amical, mais certainement un beau match. Notamment pour voir la patte d’Olivier Echouafni, le sélectionneur français en poste depuis seulement septembre 2016 (1N, 1V*), face à celle de Mark Sampson, aux commandes depuis 2013.

Un beau match à regarder pour les amateurs d’Histoires de sport. Ce ne sera pas un résultat neutre en vue de l’Euro 2017. La France et l’Angleterre étant qualifiées.

A voir sur C8. Vendredi 20 Septembre. Angleterre France :  21 heures. 

William Commegrain lesfeminines.fr

[row]

[column size=’1/2′]

. La sélection anglaise

Gardiennes de but
Karen Bardsley (Manchester City)
Siobhan Chamberlain (Liverpool)
Rebecca Spencer (Chelsea)

Défenseurs
Laura Bassett (Notts County)
Lucy Bronze (Manchester City)
Gilly Flaherty (Chelsea)
Stephanie Houghton (Manchester City)
Alex Scott (Arsenal)
Demi Stokes (Manchester City)
Casey Stoney (Arsenal)

Milieux de terrain
Millie Bright (Chelsea)
Isobel Christiansen (Manchester City)
Jade Moore (Notts County)
Jordan Nobbs (Arsenal)
Josanne Potter (Notts County)
Jill Scott (Manchester City)
Fara Williams (Arsenal)

Attaquantes
Karen Carney (Chelsea)
Danielle Carter (Arsenal)
Rachel Daly (Houston Dash)
Gemma Davison (Chelsea)
Toni Duggan (Manchester City)

[/column]

[column size=’1/2′]

La sélection française

Gardiennes

  • Sarah Bouhaddi (OL)
  • Meline Gérard (OL)
  • Laetitia Philippe (Montpellier hsc)

Défenseurs

  • Jessica Houara D’Hommeaux (Ol)
  • Wendie Renard (OL)
  • Laura Georges (PSG)
  • Sakina Karchaoui (Montpellier hsc)
  • Eve Perisset (PSG)
  • Aissatou Tounkara (Juvisy)
  • Annaig Butel (Juvisy)
  • Laura Agard (Montpellier)

Milieux de terrain

  • Camille Abily (Ol, partie non remplacée)
  • Elise Bussaglia (Wolfsburg)
  • Delphine Cascarino (Ol)
  • Kadidiatou Diani (Juvisy)
  • Kheira Hamraoui (OL)
  • Claire Lavogez (Ol)
  • Amel Majri (OL)
  • Sandie Toletti (Ol)

Attaquantes

  • Camille Catala (Juvisy)
  • Clarisse Le Bihan (Montpellier hsc)
  • Eugénie Le Sommer (Ol)
  • Gaetane Thiney (Juvisy).

[/column]

[/row]