L’Allemagne, leadeur européen du football féminin avec 8 Euros consécutifs et 9 Coupes d’Europe des clubs sur 15 a aussi changé de sélectionneur. La place laissée par Silvia Neid est pavée de réussite : championne du Monde 2007, Euro 2009 et 2013, Bronze olympique en 2008 et Or en 2016 à Rio.

C’est Steffi Jones, ancienne défenseuse centrale, cadre de la Mannschaft qui prend le relais avec un changement acté depuis deux saisons, laissant à la nouvelle “patronne” de l’élite allemande, le temps de s’imprégner des jeux des adversaires et des qualités qu’elle veut apporter à l’équipe d’Allemagne.

A cet titre, elle tenait une conférence de presse juste avant l’opposition face à la Russie remportée 4-0 à l’extérieur leur assurant la première place. Ce sont des nouvelles joueuses qui ont marqué avec un csc (7.), Leonie Maier (14.) et Kathrin Hendrich (25.) en première mi-temps suivies par Lena Petermann (78.) en seconde.

La sélectionneuse allemande commentant la rencontre ainsi : “la première mi-temps a été bonne. Nous avons joué rapide et précis. C’était tactiquement bien. Dans la seconde moitié, nous avons ensuite perdu le fil. Donc, je ne suis pas si heureuse”. Il lui reste une prochaine opposition face à la Hongrie le 20 septembre.

Quelles sont ses attentes pour les échéances qui viennent ? 

Les premiers moments en tant que sélectionneuse ? 

Je me réjouis énormément de pouvoir commencer. Depuis hier les joueuses sont ici en stage de préparation et j’ai commencé des entretiens individuels, dans lesquels j’explique mon point de vue et comment je vois notre chemin vers l’EURO 2017. Nous avons un effectif avec des perspectives établies. Mes plans sont à moyens et long terme. En plus je voulais connaître le point de vue de chaque joueuse, ses idées, comment elle se voit et dans quelle position ?

Quelles sont vos attentes ? Les attentes des autres seront nos objectifs. 

Nous voulons débuter avec deux victoires, c’est notre objectif. Après les Jeux Olympiques et tous les succès de ces dernières années, c’est logique qu’on attende toujours beaucoup de nous. Dans un certain sens ces attentes c’est aussi nos propres exigences. Nous voulons devenir championnes de l’Europe et nous travaillerons pas à pas pour atteindre cet objectif.

Quel capitaine ? un conseil de joueuses va élire notre future capitaine.

En octobre on va élire le conseil des joueuses et qui élira notre capitaine. Pour les deux matches contre la Russie et l’Hongrie, cela sera Anja Mittag. Elle est très contente d’être ici avec nous et à cause de sa grande expérience elle sera notre capitaine lors des deux matches.

Quel sera votre système de jeu ? Nous voulons des joueuses flexibles. 

Vous voulons des joueuses flexibles qui savent jouer dans différentes positions. Nous ne voulons pas nous restreindre à un seul système Nous pourrons aussi jouer avec une défense en ligne à trois si l’équipe adverse joue avec une seule attaquante. Dans chaque système de jeu nous voulons apprendre pour construire un beau jeu offensif. Nous pouvons jouer différents systèmes, du 4-4-2 ou 3-4-3 ou bien 4-3-3.

La philosophie de jeu : il s’agira de dominer dans n’importe quelle composition tactique. 

Nous ne voulons pas être prévisibles, c’est l’idée des différents systèmes. Pendant les deux, trois dernières années que j’ai observé ; j’ai pu recueillir beaucoup d’impressions. Nous voulons devenir plus efficace dans notre jeu offensif et mieux utiliser les petits espaces face aux équipes qui défendent bas. Mes assistants et moi, on y travaillera avec l’équipe.

Le plus important ne sera pas le système avec lequel nous jouerons– il s’agira de dominer, n’importe avec quelle composition tactique.

Gerd Weidemann avec William Commegrain lesfeminines.fr