Cette première d’Olivier Echouafni face à une très bonne équipe du Brésil, bien plus volontaire que lors des deux dernières rencontres (Lyon et Le Havre) se terminera par un score nul (1-1) qui aurait pu tout aussi bien être vierge si les deux équipes n’avaient pas commis deux erreurs grossières en tout début de rencontre. Une faute de marquage impensable pour le Brésil. Un passe interceptée trop facilement pour la France.

En effet, il n’y eut que quatre tirs dans la partie. Deux pour le Brésil avec une balle qui frôla la transversale et une autre que Méline Gérard sortira avec fermeté quand pour la France, c’est Elise Bussaglia (cadré) et Kenza Dali (extérieur) qui tenteront leur chance.

Pourtant le match fût intense sur le plan physique même si on a pu noter des maladresses techniques que l’on avait oublié du côté français quant à l’inverse, l’envie de verticalité s’est très vite fait sentir du côtés des Bleues.

LE COTE DROIT FRANCAIS FAIT EXPLOSER LE COTE GAUCHE BRESILIEN

Après l’annonce d’une défense française décimée (Houra d’Hommeaux, Wendie Renard, Griedge MBock, Amel Majri), la caméra de CStar s’est très vite portée sur Gaetane Thiney, cette dernière rappelant la prise de profondeur à l’attention de sa partenaire de club Diani Kadidiatou.

Il ne fallut pas attendre longtemps pour voir en application le mouvement, puisque Diani sollicite un appui de Gaetane Thiney qui lance dans la profondeur l’attaquante française pour que la jeune sélectionnée, appelée constamment par Philippe Bergerôo marque sa confiance et sa puissance, et s’impose sur sa rivale Tamires, qui prendra plus d’une fois l’eau, et dans un trou de souris, proposera à Claire Lavogez de marquer (2′, Lavogez).

La 2ème minute vient de s’écouler. Il ne fallait pas être en retard du côté de Grenoble.

L’égalisation brésilienne

Tout aurait pu être pour le mieux dans cette mi-temps si Kelly Gadéa, pour quasiment son premier ballon, n’avait pas commis une erreur de jugement en pensant que Marta n’irait pas chercher sa passe à Elise Bussaglia. La quintuple meilleure joueuse FIFA de la fin des années 2000 se détendra comme un jaguar et sanctionnera la France d’une superbe balle lobée (8′, Marta 1-1).

La France reste dominatrice dans les 20 premières minutes. 

L’attaquante juvisienne s’imposera sur ce côté plus d’une fois en s’appuyant sur Gaetane Thiney (7′, 12′, 19′) mais ses centres, moins bien ajustés ne trouveront pas preneurs. De son côté, la capitaine de Juvisy réalisera un bel ouvrage, appliquée à apporter du mouvement de perforations à deux.

Ce côté droit sera très performant avec notamment une excellente Eve Perisset (21 ans) pour sa première sélection, récupérant haut pour lancer Eugénie Le Sommer qui proposera à Claire Lavogez une superbe reprise de volée qui aurait pu tout autant être un contrôle pour finaliser l’action par un but (29′).

LE BRESIL PREND LE JEU A SON COMPTE PENDANT 20 MINUTES. 

Il y avait longtemps que la France n’avait pas autant abandonné le jeu face à un adversaire. D’habitude, les françaises dominent 80% du jeu et peuvent perdre sur un coup du sort. Dans ce match amical joué ce soir au Stade des Alpes (18.020 spectateurs), le combat des intentions a été partagé. La France ne nous donnera pas d’indications de dominations mais pour autant, elle ne donnera pas aux brésiliennes l’illusion d’avoir raté une possible victoire. Les deux équipes évoluent au niveau de leur classement FIFA.

Amandine Henry, nouvelle capitaine, titulaire  du brassard s’exprimant au micro de Cstar : “Il faut prendre les points positifs pour un premier match. Cela va venir avec le temps” . La nouvelle joueuse d’Orlando ayant fait un match correct, sans porter les coups de butoirs qui font sa signature habituelle.

Debinha à deux doigts de marquer. Sarah Bouhaddi préserve score.

A la 22′, l’ancienne montpelliéraine Andressa Alves joue de son pied gauche en s’infiltrant dans la défense française sans être attaquée, lui permettant de servir Debinha pour un superbe arrêt de Sarah Bouhaddi, main ferme, à terre. Laura Georges réalise ensuite un superbe geste de récupération sur Marta, et les brésiliennes ne tirent pas avantage des trois corners consécutifs qu’elles obtiennent (42′, 43′, 44′) même si le dernier oblige Eve Perisset à sauver sur sa ligne.

Si les brésiliennes ont le ballon, elles ne sont pas pour autant dangereuses et on se dit que la France est capable de gérer un temps faible sans prendre de buts.  Les joueuses entrent à la mi-temps avec pour une fois, une France qui subit tout autant qu’elle fait subir.

UNE SECONDE MI-TEMPS DE FINALE DE COUPE DE FRANCE

Le jeu se décante totalement et les joueuses arrivent à placer des attaques sur les côtés qui amèneront les gardiennes à se mettre en valeur.

Méline Gérard entrée à la mi-temps, c’est Andressa Alves qui fera un excellent centre du pied gauche l’obligeant à le couper au cordeau (52′). Une minute après, la parole est à Formiga (38 ans), qui prendra le meilleur sur Julie Soyer, plus en difficulté défensivement qu’offensivement, en plaçant une fusée que la gardienne lyonnaise coupera au poing.

La France réplique avec une percée d’Eugénie Le Sommer (63′) qui est coupée dans les 5m50 par une sortie au pied de Barbara devant Kenza Dali et Kadidiatou Diani. A la 68′ c’est Marie Laure Delie qui est excellemment servie par Eugènie Le Sommer placée en neuf et demie, vue par Barbara avec une défense au pied ; la même étant ensuite sollicitée par un très bon centre d’Eve Perisset, pour sa seconde montée.

Le contre brésilien

Sur un centre de Diani (76′), moins en vue par la sortie de Gaetane Thiney, Barbara prend la balle et lance immédiatement Andressa Alves qui voit le terrain libre devant elle et part en chevauchée pour éviter Julie Soyer  et tenter un tir qui s’échappera au-dessus la transversale. Immédiatement après, Kenza Dali ira dans la même verticalité, placer un tir extérieur.

Amandine Henry, replacée au milieu depuis la sortie de Camille Abily, restera dans son rôle de récupération et récupérera haut pour lancer Marie Laure Delie adressant un centre aérien qui surprendra Eugénie Le Sommer attendant le ballon à terre (85′).

Les deux équipes se quittent sur un score nul qui satisfait Amandine Henry quand pour Olivier Echouafni “Il y a beaucoup de points positifs. On a mis un but très rapidement avec une erreur individuelle qui nous coûte cher. On aurait pu mieux gérer mais elles ont été au bout d’elles-mêmes.”

Du côté brésilien, on a trouvé une Marta en forme, en plein dans sa saison suédoise et une arrière garde très forte physiquement (Monica et Rafaelle) mais vite perdue dans des mouvements tactiques et pour le côté français, une excellente Laura Georges qui signera un match mondial face à Marta ainsi que la jeune Eve Perisset.

Quant aux absences, la réponse du sélectionneur sera la suivante : “nous avons avec un effectif amoindri et de nombreuses absences ; cependant d’autres sont là. Elles ont les cartes en mains. A elles de les garder”.

Dans cet ensemble, le Brésil a mieux joué que sa 10è place FIFA. L’équipe de France a eu moins d’occasions que sa 3è place FIFA. Un bon match amical qui donne des pistes de travail et “du coeur à l’ouvrage”.

Prochain match de l’équipe de France : France Albanie 21h00 Charlety. En direct sur Cstar.

William Commegrain lesfeminines.fr

FRANCE (1-1) BRESIL. Stade des Alpes. Spectateurs : Arbitres.

2′ Lavogez ; 8′ Marta

France : Bouhaddi (46′ Gérard) – Perisset, Georges, Gadéa, Henry (cap) – Bussaglia, Abily (35′, Soyer), Thiney (61′, Delie), Lavogez (61′, Dali) – Le Sommer, Diani (88′, Le Bihan). Coach : Olivier Echouafni.

Brésil : Barbara – Poliana, Monica, Rafaelle, Tamires – Thaisa (Andressinha, 86′), Formiga, Andressa, Debinha (90′ Raquel)- Marta, Beatriz. Coach Vadéa.