CHINE – ALLEMAGNE. Les Roses d’Aciers seront intraitables face à l’Allemagne. 

Vendredi 12 Août 2016. 21 heures. France 4 ou Canal+. Le dernier match de la Chine face à l’Allemagne remonte à mars 2015, au tournoi de l’Algarve dans le cadre de la préparation au Mondial 2015 et s’était soldé par une défaite 2-0 en faveur de la Maanschaft. Si cette dernière n’a pratiquement pas changé depuis lors, avec une Silvia Neid, meilleur coach FIFA en 2013, qui finira son règne sur ses Jeux Olympiques (2007-2016) ; pour la République Populaire de Chine, les Roses d’Aciers, il en est autrement.

Une demi, pourquoi pas !

Bruno Bini a pris en mains la sélection en Octobre 2015 et pour l’instant, se trouve à chaque fois, dans le bon wagon qui mène à l’exploit. Une victoire face à l’Angleterre, une autre encore plus conséquente face aux USA, une victoire face à “l’ennemi” le Japon en qualification pour les JO, et maintenant un quart de finale des Jeux Olympiques !

L’homme, habitué aux demi-finales depuis 2011, avec les Bleues au Mondial 2011 et aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, pourrait très bien réussir l’exploit de renverser les pronostics et “de vendre chèrement leur peau” dans ce match qui pourrait les amener en 1/2 Olympiques. Un truc de fou quand on connait l’importance des Jeux pour la République de Chine.

Ce que la Chine veut, les joueuses le veulent encore plus. 

Alors on l’imagine pour les joueuses. Car tout ce qui est important pour la Chine devient alors essentielle pour les Joueuses. Lors des différents interviews que j’ai fait, la nation, le peuple ressort non pas comme une obligation mais comme une vérité. Et la Chine a assez de talents et de qualités pour créer la surprise offensive que l’abnégation défensive transformera en victoire.

De son côté, la Maanschaft est normalement en quart de finale. En droite ligne de son objectif. Faire oublier la non-qualification pour les JO de Londres, droit qui avait été perdu à domicile lors du Mondial 2011 organisé en Allemagne, et espérer bien mieux que les trois médailles de bronze des trois autres Olympiades (2000, 2004 et 2008).

Il faudrait juste que l’équipe allemande joue au niveau auquel  tous les observateurs l’attendent. C’est à dire, empreinte de certitudes et d’efficacité défensive permettant à l’impact allemand de sortir vainqueur de la quasi-totalité des matches qu’elle a à jouer.

Que fera l’Allemagne ? Est-ce l’Allemagne de Wolfsburg qui a été championne d’Europe 2013 et 2014? Ou est-ce le Bayern de Munich, champion de Bundesliga en 2015 et éliminé au premier tour de la compétition européenne en 2016 par le club champion des Pays-bas, Twente.

C’est la question de ce quart et la réponse ne sera pas aussi évidente que cela.

CANADA – FRANCE 

Samedi 14 Août 2016. Minuit. France 4 ou Canal +. Le Canada est devenu un favori inattendu pour le titre Olympique. Les “Canuks” se sont créées une dynamique si positive qu’elle semble être la copie de l’aventure américaine au Mondial 2015 que le Canada avait organisé qui les avait mené au Titre mondial sur le fameux score de 5-2. Anthologie du football féminin mondial.

Elles ont des capacités de forces dans la verticalité qui font mal à plus d’une défense organisée et c’est dans cet impact, dans ces uppercuts que le Canada entre de plein pieds dans la performance.

John Herdman avait tapé dans la barre verticale de sa zone technique lors du dernier France-Canada qui s’était soldé par une défaite des Canuks. L’homme était dépité. La France n’avait pas été loin de plier dans le dernier quart d’heure. C’était visible et là, il ne s’agissait plus d’un classement FIFA mais de 11 joueuses contre 11 autres. Et à cet instant, tout aurait pu être possible.

C’est ce que Philippe Bergerôo avait senti lui aussi, en allant serrer la main de son opposant. C’était clair. Le match aurait pu se renverser. Il n’en avait pas été ainsi et le coach français, compétiteur dans l’âme, venait à sa poignée de mains, le reconnaître pour l’avoir identifié.

Nul doute que la partie sera difficile et qu’elle sera loin de se résumer à une opposition de places FIFA. Philippe Bergerôo a ses armes qu’il a méticuleusement préparé pour aller le plus loin dans ce tournoi. Pour lui, il me parait évident qu’il veut l’Or.

Il ne choisira pas une équipe de titulaires. Il choisira l’équipe de titulaires adaptée à l’adversaire. C’est pour cela que toutes les françaises ont joué. Et c’est pour cela que le manque de qualité dans la prestation de Marie-Laure Delie ne l’empêche pas de vouloir la titulariser à nouveau s’il pense qu’elle est adaptée à la situation.

Le coach n’est pas joueur. Son rôle est de mettre les filles les plus en face de l’adversaire. Le rôle des filles, c’est de faire jouer leur potentiel individuel et collectif.

Et les françaises ont du potentiel. Au niveau des américaines. Sans problème et sans souci.

Le demi-finale Olympique de 2012 avait opposé le Canada et les Etats-Unis. Le match avait été fou. Il s’était terminé sur le score de 4-3 en faveur des américaines. Avec un triplé de Christine Sinclair pour les Canuks.

Ce match aura la même signature. Cela ne se jouera pas à un détail mais à un souffle.

La France a sa revanche à prendre. La médaille de bronze que le Canada lui avait pris en 2012. Le Canada a sa revanche à prendre. Les deux derniers matches qui se sont soldés par deux défaites canadiennes (0-1) les deux fois.

Attention. Match puissance 10.

William Commegrain lesfeminines.fr