Intéressant de voir le sentiment d’un coach juste avant son match face à l’équipe hôte : le Brésil. Bruno Bini a été le sélectionneur des Bleues de la période 2007 à 2013. Il a connu ses premiers Jeux à Londres en 2012 grâce à la quatrième place des françaises au Mondial 2011. Sélectionneur de la Chine, il se trouve avec un pays qui a connu, leur 1er Jeux en 1996, avec une médaille d’Argent et quatre qualifications de rang dont un quart de finale en 2008, ne ratant que ceux de 2012 à Londres.
Les Jeux, pour la Chine, seconde nation en terme de médailles d’Or, c’est important. Il prend le temps de répondre à nos questions.
1°) Comment est Rio après Londres 2012 ? (Du moins Glasgow).

C’est différent. Car à Glasgow on était dans un hôtel. Là on est au village olympique et tout est plus compliqué. Pour tout. Pour les transports, la nourriture, le monde, l’hébergement mais bon on s’adapte du mieux que l’on peut…

2°) Tu dois en être à deux mois de préparation avec ton groupe. L’Objectif, c’est les quarts avec une qualification qui a été un exploit. Comment tu vois les choses sur ces deux mois ?

Juin et juillet. Cela nous a permis de bien travailler. De toutes façons on sait qu’on est pas favoris. La marche est certainement encore trop haute mais dans toutes les grandes compétitions il y a toujours une nation “mineure” qui arrive à se faufiler. Alors pourquoi pas nous cette fois ?

3°) Les derniers JO pour le football féminin chinois, c’était 2008 à Pekin. Des jeunes joueuses ont dû les voir ? Est-ce qu’elles t’en parlent ?

J’ai même 2 joueuses qui ont fait les J. O. de Pékin. Elles avaient 17-18 ans… Les J. O. en Chine passent loin devant la Coupe du Monde. C’est l’événement sportif numéro 1… Et pour une joueuse socialement c’est plus important de faire les J. O. que n’importe quelle autre compétition. Alors oui, ça fait beaucoup causer…

4°) Une anecdote sur l’ambiance ?

Les anecdotes, ce sera pour après la compétition. Mais il y en a déjà 2 ou 3 de bien bonnes !!!

5°) La préparation a été faite de victoires et de défaites. C’est une préparation. La compétition arrive. Comment comptes-tu la jouer ?

Sur nos qualités tout simplement. La peur de se blesser étant passée puisque elles y sont. On devrait être mieux que lors des matches contre la France et le Canada.

6°) le Brésil à domicile… ?

Cela peut-être tout bon ou tout mauvais pour eux et inversement pour nous. On verra bien. La gestion des émotions sera fondamentale pour elles comme pour nous…
William Commegrain lesfeminines.fr