27/10/2015. EURO 2017 – Groupe 3 – Matches de qualification – UKRAINE – FRANCE. 21h00. D17. L’Ukraine révolutionnaire. L’Ukraine du Dynamo de Kiev et de Blockhine. L’Ukraine, partagée entre l’Europe et la Russie. L’Ukraine, pauvre et riche. Pays, qui sous les photos de Antonio Mesa (fff) nous ramène à ce que tous les “footeux” ont connu, hommes comme femmes, à s’entraîner dans le noir, tard, sous le froid qui se dessine par les buées qui laisse échapper, les efforts des athlètes, pris par la chaleur du jeu, du moment, de l’instant. L’Ukraine, cette inconnue.

 L’Ukraine est une des équipes qui a été la moins jouée par l’équipe de France. Dans l’Histoire des tricolores, on ne trouve que deux matches, dont le dernier remonte à une victoire en 2002 (2-0) pour une revanche de 2001 avec une victoire, là à l’extérieur (0-2) où on trouvait les débutantes Laura Georges (3 sélections, maintenant 164) et Camille Abily (2 sélections, maintenant 154).

L’Ukraine a terminé son championnat. Elle ne fera que quatre matches en 2015. Le prochain sera pour Mars 2016.
L’équipe Ukrainienne fait très peu de matches internationaux puisqu’en 2015, elle n’a eu que trois matches avec deux matches nuls face au Portugal (1-1) et à la Roumanie (2-2) quand, enfin les ukrainiennes ont pu faire une seule victoire, dans le match revanche face au Portugal (0-2).

Sa performance remonte à 2014, avec un score serré à domicile face à l’Angleterre (1-2) pour la qualification à la Coupe du Monde et son élimination des play-offs européen pour le 8è et dernier ticket qui s’est joué à peu de choses face à l’Italie (1-1) et (2-1).

L’Ukraine est condamnée à l’exploit face à la France, après son match nul 

L’Ukraine est condamnée à l’exploit après son match nul face à la Roumanie, si elle veut postuler pour la 2ème place, qualificative pour les play-offs.
Aujourd’hui, classée 23 FIFA, en théorie, elle ne peut poser aucun problème à l’équipe de France qui a vaincu la Roumanie (3-0) pour son premier match quand l’Ukraine a terminé sa rencontre face au même adversaire par un match nul (2-2), la condamnant à faire une performance face à la France, si elle veut briguer soit la 1ère place du groupe ce qui serait un exploit mais plutôt la seconde place qui ouvrirait à une qualification pour des play-offs que la Grèce pourrait lui prendre, actuellement en tête du groupe avec la victoire la plus prononcée (0-4).

Les françaises ne connaissent des ukrainiennes, que la gardienne Irina Zvarich (32 ans) qui a joué à Juvisy lors de la saison 2011-2012 pour la partie européenne de sa campagne et que l’on a retrouvé en 2014-2015, à Montpellier sans prendre une place de titulaire, étant passée par Arsenal.

La France fait figue d’épouvantail et d’extra-terrestre pour les ukrainiennes.

Depuis 2004, la France, 3ème mondial, est l’équipe la plus huppée que l’Ukraine a rencontré depuis 2004 (Allemagne 6-0).
Face à son championnat à 8 qui s’est terminé par la victoire du WFC Kharkiv, par 12 victoires, 1 nul et 1 défaite, les tricolores issues de l’Olympique Lyonnais, quatre fois finaliste de la Women’s Champions League et deux fois titrées ; du Paris Saint Germain, finaliste de la compétition européenne en 2015 ; de Montpellier, second du championnat ; du Fcf Juvisy-Essonne et de Guingamp doivent être des extra-terrestres pour les ukrainiennes et font figure d’épouvantails.

En effet, depuis 2004, elles n’ont jamais rencontré une équipe aussi haut placée dans le classement FIFA. 3ème mondial. Deux fois quatrième en 2011 (Mondial) et 2012 (JO). Quart de finaliste 2015 (Mondial).

La seule opposition sera la volonté des Ukrainiennes et la victoire historique face à la France masculine (2-0) pour la qualification à la Coupe du Monde 2014.
Le talent et la force des françaises devra s’imposer à la volonté ukrainienne qui ne pourra se raccrocher qu’à une seule vérité passée : le match aller des hommes face à la France pour la qualification à la Coupe du Monde 2014, gagné 2-0 et qui avait demandé, aux hommes de Didier Deschamps, la réalisation d’un exploit (3-0 au Stade de France) pour se qualifier.

Philippe Bergerôo cherchera à présenter une équipe qui viendra sécuriser le parcours tricolore après la défaite à domicile face aux Pays-Bas (1-2).

La France, dans ces matches, marque rarement plus de quatre buts (Hors les rencontres exceptionnelles face à la Bulgarie 24-0 sur les deux matches).

Un score très favorable serait un bon indicateur pour la France. 

William Commegrain lesfeminines.fr