INTERVIEW de Marie Terroni. Marie Terroni ne veut pas laisser passer cela. Elle est catégorique. La Présidente de Juvisy est là. En zone mixte. Elle l’a dit au préalable devant les caméras d’Eurosport. Elle le répète là, non pas pour en faire un message, un slogan, mais pour dire sa colère, sa surprise, et sa vérité.

Ses yeux vous attrapent pour ne pas vous lâcher. “Ne parlez pas de football”. Et quand un journaliste présent demande si la prestation de Gaetane Thiney vaut une sélection ; elle le regarde du haut de ses 1m60, et un peu moins, et se met au niveau des 1m85 qui l’interpelle pour lui dire : “Monsieur, avec 127 sélections, Gaetane n’a rien à prouver sur un match”.

Elle a raison. On le sait. Ce n’est jamais la prestation de l’instant qui déclenche une sélection ou une non sélection.

Elle le répète, au milieu de cet attroupement. “Ne parlons pas football !”. “Je viens vers vous pour que je vous raconte, une femme, une joueuse, Gaetane Thiney, que je connais depuis huit ans et que je n’ai pas reconnu dans la présentation qui en a été faite, diffusée par l’Equipe, et qui m’a plus qu’interpellé”.

Puis, elle regarde chacun d’entre-nous, en précisant : “j’ai déjà consacré un temps pour faire passer mon message, mais personne ne l’a repris ni diffusé, à moins que cela soit du direct. Pourtant, les articles n’ont pas manqué sur sa non-sélection”.

Alors, elle pose, au milieu des stylos et des micros qui se tendent, sa réalité. Laissant à chacun le droit ou le devoir de transmettre et de raconter, ses mots, ses émotions et ses réalités.

Cette réalité qu’elle rappelle au nom du club, “d’avoir toujours eu au sein de ses effectifs, des filles qui ont apporté incroyablement de valeurs à l’équipe de France. Des signatures de l’esprit d’être. Des féminines qui se sont impliquées dans les moments forts comme faibles. Des filles qui sont allées loin pour que ce club amateur puissent jouer au plus haut niveau, qui n’ont jamais critiqué plus faibles, qui se sont toujours battues face à plus forts ; qui ne sont pas idéales mais qui ont des idéaux”.

Alors la dualité évoquée en équipe de France ne passe pas.

Voilà la blessure présidentielle. “Je la connais depuis huit ans. Et à ces mots, je dis : Non ! Et non !”

“Fermement, une fois et une dernière fois pour qu’ils s’entendent. En réponse”. “Gaetane Thiney n’a pas une double personnalité. Elle a du caractère”.

Elle terminera en disant : “Gaetane, c’est 10 ans de football féminin avec l’équipe de France. Dans les petits comme dans les grands matches. Elle a été éduquée aux valeurs de Juvisy. Elle a donné en plus ses valeurs à Juvisy. Elle a prouvé en refusant toutes les propositions qui lui avaient été faites pour jouer professionnelle car elle croit au double projet pour l’équilibre des femmes. Elle a choisi le chemin de la réalisation de soi qui lui a fait faire d’autres activités. C’est une chance pour elle, c’est une chance pour le club. Elle n’a jamais dévié de sa ligne. Jamais. Gaetane n’a pas une double personnalité, elle a du caractère !”

Et sur ses mots la Présidente Marie Terroni quittera le cercle qui s’est constitué. Pour aller ailleurs. Certainement à penser à cette défaite face à Montpellier. Les matches à venir. La vie d’un club. Avec ses hauts et ses bas. “Et ses idéaux !” dira-t-elle si elle devait entendre les quelques lignes qui terminent cet interview.

Les mots étaient là. L’émotion aussi. Ils sont faits pour être relayés. “Et ensuite, la vie continue”.

Marie Christine Terroni. 1m60, voire moins. Femme de caractère.

William Commegrain lesfeminines.fr