Philippe Bergerôo : Très satisfait de cette soirée car on savait que cette équipe brésilienne était venue pour gagner ici étant donné qu’on avait fait matches nuls contre elles et qu’on les avaient battu à Gerland (2-0) et je crois que les filles ont répondu présentes pendant tout le match. C’est vrai qu’on a eu 20 à 25 minutes un petit peu difficile mais c’est dû à mes changements, car j’ai un match Mardi et je voulais mettre quelques jeunes dans cette équipe pour vite apprendre. Je suis content de voir ce public, les tribunes pleines, qui nous encouragent même à 2-1, cela restera une très belle soirée.

Le pénalty ? Contre la Colombie on a été pénalisé, contre l’Allemagne on a été pénalisé. Je ne sais pas s’il y a eu pénalty ou pas mais pour une fois que cela tourne “pour nous”, on ne va pas pleurer car on a déjà donné dans ce domaine là, puisqu’on a eu le prix du fairplay à la Coupe du Monde.

C’est une bonne préparation avec une semaine très difficile sur le plan des contenus, cela a été une très bonne semaine avec des objectifs qui arrivent : le championnat d’Europe 2017 aux Pays-Bas, les Jeux Olympiques dans très peu de temps au mois d’Août. Que ce soit face au Brésil ou face aux autres équipes, il faut gagner, c’est important.

Les trois buts sur coup de pieds arrêtés ? On avait pas mal étudié le positionnement des adversaires et on a changé le positionnement des filles par rapport à la Coupe du Monde. Cela a marché ce soir. On est satisfait du résultat car il y a eu des actions de jeu qui ont été de très haut niveau.

Elodie Thomis a réalisé une excellente mi-temps. Crédit Giovanni Pablo. Lesfeminines.fr

Elodie Thomis a réalisé une excellente mi-temps. Crédit Giovanni Pablo. Lesfeminines.fr

Elodie Thomis ? On attend les résultats car elle a été blessée au poignet. J’espère que ce n’est pas trop grave pour elle et pour l’Olympique Lyonnais. Il n’y a pas eu d’autres pépins physiques.

L’entrée des jeunes ? J’avais déjà fait cela sur le match amical face à l’Allemagne, avec, à 10-15 minutes de la fin, fait des changements. J’avais dit aux filles qu’au bout d’une heure je ferais pas mal de changements quelque soit le résultat. C’est important de faire entrer Charlotte Bilbault qui nous avait fait un stage extraordinaire, Kheira car en Coupe du Monde, elle n’a pratiquement pas joué, et puis une satisfaction avec Méline Gérard dans les buts qui a fait un bon match, la rentrée de Clarisse Le Bihan qui est une très bonne joueuse et puis la première sélection de Marie Charlotte Léger. Je pense qu’elle va s’en souvenir car elle n’a pas touché un ballon. Je lui ai dit que dans cinq, six ans, quand elle aura 25-30 sélections, elle pensera à moi. C’est important pour elles, j’ai été agréablement surpris par l’implication de ces filles de 19-20 ans, car elles savent que les portes sont ouvertes. Je juge à travers les entrainements et je fais jouer les meilleures filles. La porte n’est pas fermée pour les autres mais qu’elles montrent à l’entrainement qu’elles sont supérieures à d’autres jeunes.

Pour les JO, des jeunes ? Il y a toujours eu de la concurrence quand j’ai pris cette équipe là. J’ai fait entrer quelques jeunes et elles ont vu ce qu’étaient le haut niveau, surtout à l’entraînement. Il n’y a pas que le travail sur le terrain, il y a aussi l’hygiène de vie. J’accorde beaucoup d’intérêt à cela. A partir de cela, la porte est ouverte pour s’y engouffrer, ne pas rater le train car il ne repassera pas. Car derrière, il y a encore du monde et je n’hésiterais pas à donner la chance à des gamines.

Il faut prendre des risques comme ce soir. On peut faire 2-2, on peut perdre 3-2, mais ces gamines là, quand c’est que je vais les faire jouer ? Le Président m’a demandé de préparer l’avenir et de préparer 2019. J’aurais pu jouer avec d’autres filles mais c’est un contrat qu’on a passé de faire jouer les jeunes et celles qui ont du talent.

Gaetane Thiney, restée sur le banc ? C’est ce que je viens de dire. La porte n’est fermée pour personne mais simplement qu’on me montre à l’entraînement qu’on est supérieure aux autres. Il n’y aura jamais de passes-droit.

Wendie Renard ? J’ai aucun regret de l’avoir nommé capitaine. C’est une bonne personne et quelqu’un qui est capable de gérer toutes les situations et vraiment pour un coach, c’est une aide très attentive.

Le Brésil ? Pour moi c’était les favoris de la Coupe du Monde parce qu’elles avaient joué contre les États-Unis et elles perdaient 0-2 et étaient revenues 3-2. Quand vous êtes capables de passer trois buts aux États-Unis, c’est que … Et puis sur la Coupe du Monde, elles ont manqué leur match face à l’Australie ce qui les a pénalisé, mais après elles ont battu la Colombie 4-0. C’est une équipe sur laquelle il faudra compter pour les Jeux Olympiques. Elles n’avaient pas Formiga qui au milieu, est quelqu’un d’exceptionnel.

William Commegrain lesfeminines.fr

France-Bresil. Match amical. Stade Océane. 2-1. 22 053 spectateurs.