Entre un match de basket historique de la France du basket (France-Espagne) et le début de la Coupe du Monde de Rugby (France – Italie), la France du football féminin, va jouer un match amical qui a tout d’une belle opposition mondiale : La France, 3ème face au Brésil (6ème).

Le Brésil est au Top Mondial mais a quitté celui du rêve mondial en 2007 (finale de la Coupe du monde) et 2008 (finale des JO). Eliminée prématurément en 1/8è de finale face à l’Australie au Mondial 2015, le Brésil sans rêve se doit de rejouer “la samba” de l’impossible en revenant sur les tablettes des favoris pour les Jo qu’elle organise à Rio en Août 2016.

Le Brésil du football a une revanche à prendre.

Le Brésil, après 2014, doit gagner. Il n’y a pas d’autres solutions. 1-7 à domicile en demi-finale de Coupe du Monde. Pire ? Il n’y a pas.
Après l’incroyable histoire du Mondial 2014 (demi-finale perdue 1-7 face à l’Allemagne), chaque sport a la volonté de remettre les couleurs jaunes et vertes au firmament du pain de Sucre pour que le Monde oublie cette déconfiture. Quoi de plus, quoi de mieux que les JO pour embraser le peuple brésilien qui en a bien besoin.

Si le football féminin aime bien rappeler son nom composé, il fait partie entière de la famille du football et pas une ou un footballeur brésilien ne pourra aborder une compétition internationale sans essayer de tout faire pour prendre le titre et mettre aux oubliettes cette défaite à domicile qui restera infamante dans l’Histoire brésilienne.

Le Brésil se prépare pour cette revanche. 

Le Brésil va jouer la France et les USA, champions du Monde, deux fois.
Pour ce faire, le Brésil s’essaye aux oppositions de qualité et ce sera la France Samedi soir à 19 heures sous les caméras de D8 et de France 4. Mais les brésiliennes, éliminées du Mondial 2015 en huitième de finale par les australiennes, iront chercher d’autres adversaires avec deux matches de suite face aux américaines le 20 et 25 Octobre 2015 quand la France jouera ses matches de qualifications pour l’euro 2017 face à la Roumanie (Mardi 22 septembre), l’Ukraine le 26 octobre, l’Albanie le 26 novembre et la Grèce le 30 novembre.

C’est avec le titre récent de la PAN gagnée contre la Colombie (4-0) que le Brésil vient en France, en ayant envoyé auparavant quelques brésiliennes pour cette nouvelle saison dans le championnat de France pour avoir signé sous les couleurs de Montpellier (Alvès) et du Paris Saint Germain (Cristina et Erika).

La France aime le Brésil. 

Elles ont pris une raclée face à la France en novembre 2014. (2-0).
Depuis 18 mois, le Brésil est l’équipe qui a été jouée le plus par la France (4 matches depuis 2013) après avoir été l’équipe la moins jouée auparavant (1 seul match jusqu’en 2013). C’est à Gerland, en novembre 2014, que la France a remporté cette série de rencontres qui s’était soldée jusqu’à là en match nul, avec un 2-0 (Eugénie Le Sommer 15′, Kenza Dali 61′) où personne n’avait reconnu le Brésil quand la France avait joué un match du niveau qui l’avait fait être qualifiée de meilleure nation au Monde, jusqu’à la Coupe du Monde 2015.

Les brésiliennes n’ont pas d’adversaires du Top 10 mondial dans le continent américain

Les grands matches pour le Brésil sont rares. Elles devraient vouloir ne pas rater celui-ci
Les françaises ne rejoueront pas une équipe du Top 10 mondial en 2015. C’est donc une belle opposition qui est proposée pour des rencontres qui ont toujours été très physiques. Les Brésiliennes jouant un jeu puissant comme les sud américaines aiment à pratiquer. On se souvient que la Colombie avait crée la surprise en battant la France (0-2) en match de poule à la Coupe du Monde sans oublier que les françaises avaient atomisé les Mexicaines (5-0) le match suivant, en prenant leur revanche.

Une opposition assez équilibrée qui penche en faveur de la France sans mettre de côté la volonté du Brésil de jouer à fond sa carte pour se préparer pour les JO à Rio. Les confrontations face aux très grandes équipes sont rares du côté brésilien. Elles devraient essayer de ne pas rater cette opportunité de se mesurer face au 3ème mondial.

William Commegrain lesfeminines.fr