Selon le Parisien du 2 janvier 2018, Claire Lavogez (23 ans) aurait accepté de porter les couleurs du FC Fleury 91, pour le prêt qu’elle avait annoncé en décembre 2017 sur son facebook personnel. Il resterait à trouver un accord entre les Présidents quant au partage du salaire de l’internationale A lyonnaise depuis 2015, 35 sélections, qui a participé au Mondial 2015 canadien, aux JO 2016 à Rio et à l’Euro 2017.

Libre en fin de saison, l’intégration du milieu de terrain offensif dans le club de l’Essonne, concurrent et voisin du Paris FC pourrait être un argument afin de se maintenir d’abord au plus haut niveau dans un bas de classement qui se joue à 5 points entre le premier relégable (Guingamp, 9 pts) et le cinquième du classement (Bordeaux, 14 points) et ensuite porter une concurrence plus rude dans le partage départemental (220.000 € pour le Paris FC, ex-Juvisy et 80.000 € pour le FC Fleury).

Avec la récupération de Marine Haupais, en mal de temps de jeu à Montpellier, qui a équilibré la défense de Fleury maintenant très physique (Cissoko, Haupais, Multari, Coudon) ; l’arrivée de Claire Lavogez donnerait un duo offensif de qualité avec Salma Amani qui laisse présager l’ossature d’une bonne équipe de D1F .

Après l’arrivée réussie de la jeune Daphné Corboz, le FC Fleury aurait excellemment recruté en deux temps ce qui mettrait le projet « masculin-féminin » du FC Fleury en droite ligne pour le niveau national, déjà atteint en féminin, à conquérir en masculin (1er groupe C de National 2).

Après, l’idéal serait de la convaincre de rester en sachant que le Paris FC, content de la voir remonter, pourrait être très intéressée par la joueuse.

Cela complique les choses pour Guingamp, a égalité de points avec Fleury et premier relégable (9 pts) comme pour Albi Asptt (11 pts) et Lille (11 pts) sans oublier Rodez (10 pts) et surtout l’Olympique de Marseille (6 pts).

Il reste à la jeune joueuse française (double championne d’Europe 2016 et 2017) de retrouver toutes ses qualités après une longue blessure qui l’a éloigné des terrains, pour justifier d’une future mayonnaise qui pourrait la remettre sur des rails qui lui ont permis d’être Ballon de bronze du Mondial 2014 U20, et une excellente joueuse titulaire à Montpellier.

William Commegrain lesfeminines.fr

Marie-Antoinette Katoto. Crédit Giovanni Pablo. Lesfeminines.fr
Previous post

D1F - jeunes - La confirmation de Marie-Antoinette Katoto (PSG), 19 ans, seconde au classement des buteuses.

Coupe de France. Source fff.fr. lesfeminines.fr
Next post

CDF - Le retour à la compétition pour des 32e qui lance la saison 2018.

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.