Vous ne pouvez pas trouver plus français que Gilles Eyquem. Il a la bonhomie française. Tranquille, mais l’oeil vif rapide pour regarder et mesurer la différence entre ses armes et celles des autres. Jamais inquiet plus que cela mais toujours en alerte pour gagner ce qu’il doit gagner. Puis quand tout est fini, il passe à autre chose. Avec le sourire.

Lorsque Philippe Bergerôo avait été démis de ses fonctions, il m’avait assuré qu’il n’avait pas été contacté pour reprendre l’équipe A. Avec un sourire. Sans souci et sans honte quand on lui rappelait qu’il avait le plus gros palmarès des équipes de france féminine. Deux euro 2013 et 2016, 1 bronze (2014) et une médaille d’argent (2016) aux Mondiaux puis l’Argent à l’Euro 2017. Il avait glissé tranquillement : « cela me convient ».

Cet homme a commencé a sélectionné pour ce championnat du monde U20 à la maison qui se profile à l’horizon. Dans une liste ramenée à vingt-deux, il y a moins de monde. Tout en sachant que certaines ne sont pas encore là. on pense à Delphine Cascarino.

Alors que déjà les premières larmes tombent, lui ouvre son chapeau de magicien pour aller chercher, dans la mobilité, ces jeunes filles au courage d’enfer, d’être allées jouer à l’étranger quand, dans ce milieu, l’étranger commence en changeant simplement de club. On est loin des mouvements masculins. Les filles semblent collées à leurs clubs français comme des enfants redoutant le départ de leur envol. Certains répondront études. Il y a longtemps que les études se font à l’étranger.

Alors on retrouve Daoudi Sana qui s’essaye à l’Atletico de Madrid. Mais LE LOC’H ZAMANIAN Annahita qui joue à Goteborg (Suède) depuis trois ans, il fallait aller la chercher !

Un nom composé de source bretonne avec une origine iranienne peut-être pour un prénom d’origine Perse avec une jeune attaquante qui a porté les couleurs des Bleues en U16, mais qui vit en Suède depuis l’âge de 4 ans après être née à Londres !

Si cela ce n’est pas de la mobilité. Qu’est-ce que c’est !

Alors sans souci, je vois bien Gilles Eyquem prendre le bâton de Maréchal en 2018 avec un titre de Champion du Monde des U20 à la maison. Quand un sélectionneur fait cela, il peut tout arriver. Et pourquoi pas le meilleur.

Quatre jours en Bretagne. Du 15 au 19 janvier prochain au Centre technique régional Henri-Guérin de la Ligue de Bretagne, à Ploufragan (Côtes-d’Armor) pour se préparer à la Coupe du Monde 2019.

William Commegrain lesfeminines.fr

Gardiennes de but :
CHAVAS Mylène (AS Saint-Étienne)
PÉCHARMAN Camille (Toulouse FC)

Défenseures :
BACHA Selma (Olympique Lyonnais)
DE ALMEIDA Élisa (Paris FC)
DECHILLY Pauline (FC Metz)
GALERA Sarah (Toulouse FC)
GOETSCH Léna (FC Vendenheim)
LAKRAR Maëlle (Olympique de Marseille)
PIGA Julie (Grenoble Foot 38)
THIBAUD Julie (FC Girondins de Bordeaux)

Milieux de terrain :
DAOUDI Sana (Atlético de Madrid)
FERCOCQ Hélène (Stade de Reims)
GAVORY Christy (FC Metz)
KHELIFI Léa (FC Metz)
LE LOC’H ZAMANIAN Annahita (Göteborg DFF)
POLITO Carla (FCF Arras)

Attaquantes : 
BALTIMORE Sandy (Paris SG)
BOURDIEU Mathilde (Paris FC)
DELABRE Amélie (AS Saint-Étienne)
KATOTO Marie-Antoinette (Paris SG)
LAURENT Emelyne (Olympique Lyonnais)
MALARD Melvine (Olympique Lyonnais)

 

Ada hegerberg, buteuse face au PSG et Irène Parédes. Crédit Olweb. Lesfeminines.fr
Previous post

D1F - 11e journée - Ada Hegerberg, une tête en Or pour l'OL (1-0) PSG.

PSG féminines au Camp des Loges. Crédit lesfeminines.fr
Next post

Environnement - Grève au PSG ? Les grèves, dans le foot féminin, cela commence "à gaver grave !".

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.