En cette journée de décembre 2017 où les yeux rougis et les nez reniflants font leurs apparitions, collés aux vitrines des cadeaux de Noël, la 11e journée propose des duels de compétiteurs entre des équipes qui vont chercher à éliminer un adversaire au moment du calcul fin mai qui oblige à deux descentes.

GUINGAMP – FLEURY : Trois points qui vont avoir un poids !

Guingamp reçoit Fleury 91 avec l’obligation de gagner pour sortir de la dizaine de points qui aujourd’hui reste problématique au vue du maintien. Albi s’est imposé à domicile et a cassé une dynamique de deux matches qui avaient fait remonter les bretonnes au classement. Aujourd’hui, avec neuf points, elles feraient une mauvaise opération (0 pt) en cas de défaite voire même de matches nuls (+ 1 pt).

Fleury est sur une série de deux victoires et atteindrait le nirvana si elles ramenaient les trois points de la Bretagne, voire même un match nul. Les essonniennes ont un jeu porté vers l’avant qui a des avantages mais aussi l’inconvénient d’être contré. Cependant, l’arrivée de Maurine Haupais et une défense bien plus stable leur a permis de ne pas encaisser de buts sur les deux dernières rencontres.

Il va falloir que les nouvelles internationales bretonnes s’imposent à domicile (Léa Le Garrec, Faustine Robert, Charlotte Lorgeré pour sortir un résultat où l’efficacité offensive n’est plus sa première qualité (5 buts marqués en 10 rencontres). De son côté, Fleury peut bénéficier d’une belle opportunité et ne s’en privera pas. Elles remonteraient en milieu de tableau, une sacré performance au vue de leur début de saison.

BORDEAUX – SOYAUX : La saison c’est maintenant. Pour les deux équipes cela passe par des victoires. 

Bordeaux est dans une dynamique négative avec trois défaites de rang, même si elles ont été subies face à des gros (Montpellier, PFC, PSG) du championnat. Ce sont quatre journées importantes qui s’annoncent à l’horizon, face à des adversaires au maintien (Soyaux, Albi, Fleury, Marseille) qui vont conditionner le reste de la saison des bordelaises. Bien parties en début de saison et qui décideront dans les journées à venir, de la qualité de leur « vol pour la saison 2017-2018 ».

Les bruits ont couru que Claire Lavogez y déposerait ses valises. Dans un groupe déjà constitué, cela ferait sortir une joueuse de la titularisation. Avec une équipe qui doit redonner un coup de collier, cette annonce pourrait ne pas avoir aidé les filles de l’Aquitaine.

Soyaux, depuis la 6e journée, n’enclenche plus de bons résultats (4 défaites, 1 nul). Il est important pour les sojaldiciennes de renverser la vapeur pour redonner du crédit au projet de « la professionnalisation » des joueuses. Nouveau projet défendu par le coach Sébastien Joseph. Pour les filles de Soyaux, ce sont Lille, Albi, Fleury et Marseille qui s’annoncent ensuite.

Elles vont décider, elles aussi, de la qualité de leur saison 2017-2018 lors des prochaines journées.

RODEZ – MARSEILLE : Qui aura la paille la plus courte sera dans l’embarras.

Tout le monde connaît ce jeu « de la courte paille » qui fait que celui qui a la paille la plus courte remporte souvent le problème. L’OM et Rodez sont un peu dans cette situation ubuesque. Collés en bas du classement, les voilà qui voient de journée en journée, s’éloigner un peu plus les autres de telle manière que sans y prendre garde, la marche devient un obstacle puis un autre obstacle. A la limite de l’infranchissable.

Un match nul n’arrangerait personne. Il faut les points de la victoire, encore plus pour l’Olympique de Marseille qui, rangé à la 12e er dernière place du classement, a dans ses rangs, deux nouvelles internationales de l’épopée Corinne Diacre(Viviane Asseyi et Hawa Cissoko).

Paris FC – Albi Asptt : un bon coup à jouer.

Le Paris FC n’a pas d’ambitions spéciales dans ce championnat. Elles jouent au football et ont quitté les lumières des matches renversants ou à renverser depuis quelques saisons pour tenir une place honorable de la D1F. C’est une équipe qui se connait et qui en a les qualités comme les défauts.

Albi Asptt a tout du pace maker qu’on vient de poser sur un patient et qui se rend compte que, son passé et à oublier et son avenir plein d’allant. Elles vont venir dans l’Essonne sans autre ambition que de jouer un match en mettant de la pression face à leurs adversaires et en espérant que le PAris FC n’aura pas les ressources pour s’imposer dans une telle configuration.

Alors, les albigeoises pourraient faire un exploit. A voir.

William Commegrain lesfeminines.fr

Previous post

D1F - Fin des matches aller - Montpellier et sa dynamique face à Lille qui espère un sursis !

Next post

D1F - Résultats 11e journée - Fleury et Rodez passeront Noël un peu plus au chaud ! Marseille ne décolle pas.

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.