La marche parisienne était trop haute pour Bordeaux (3-0), elle ne le sera pas tout le temps.

La première mi-temps des deux équipes leadeurs du championnat de France de D1F avait mis un gros point d’interrogation quant à la qualité du choc et RDV du 11 décembre entre le PSG reçu par l’OL sous les caméras d’Eurosport.

Les parisiennes rentraient aux vestiaires face à Bordeaux qui en est à sa 2e année en D1F avec un score vierge (0-0) quand l’Olympique Lyonnais prenait déjà les trois points de la victoire face à l’OM en menant sur le plus petit des scores (0-1) alors que la moyenne des filles de Reynald Pedros était de cinq par match et que les marseillaises inauguraient leur seconde saison dans l’élite avec notamment une douzième et dernière place.

La seconde mi-temps confirmera cependant la statistique lyonnaise puisque le score se terminera sur la marque de (0-5) avec deux buts d’Ada Hegerberg (50′, 56′) lui permettant d’augmenter légèrement son avance de meilleure buteuse (+4) sur Marie-Antoinette Katoto qui, elle, lancera le Paris Saint Germain (66′, 1-0), avec une frappe bien maitrisée en coin, sur un service de Shirley Cruz qui revenait au jeu après une très longue absence.

Les parisiennes chercheront pendant la première mi-temps à faire bouger une équipe bordelaise bien organisée qui réussira à intercepter les mouvements parisiens en plaçant des banderilles de qualité dans le camp parisien pendant les dix premières minutes. Les positions hautes de Chatelin et Bornes donnaient un milieu à quatre avec Istillart et Karchouni, ex-parisienne. Si le PSG montre les dents, notamment sur des centres nombreux (Lawrence et Perisset), avec des contrôles de Marie Laure Delie (29′, 30′) et Marie Antoinette Katoto (39′), le ballon s’échappe de leurs pieds comme de leurs têtes au moment fatidique ou Nayler, fera d’excellents arrêts notamment sur l’internationale espagnole Hermoso ce qui permet aux bordelaises de croire en leurs chances.

Kadidiatou Diani effleurera le poteau (31′) sur un tir croisé qu’elle aura bien préparé quand la jeune Katoto, comme une joueuse chevronnée, prendra le coup franc plein centre que le sort lui donne pour d’un tir ras de terre, fracasser le poteau gauche de Nayler (34′).

C’est donc un Paris dominateur qui rentre aux vestiaires mais avec un score qui laisse la place à l’interrogation ! Nadjma Ali Nadjim, tout juste frappée d’un premier maillot Bleu chez les A et seconde grenobloise à avoir traversé la France, après Nayler, pour jouer en Aquitaine fera jouer plusieurs fois son accélération mais, tombera sur une Erika pleine d’expérience.

Il faudra une seconde mi-temps et le but de Marie-Antoinette Katoto (66′), son onzième de la saison, pour que le PSG se lance et marque deux buts supplémentaires les six minutes suivantes. Le second, après l’ouverture de Katoto, viendra d’Erika (70′, 2-0) qui bénéficie d’un manqué de Nayler, excellente pourtant, pour la glisser au fond des filets bordelais. C’est Shirley Cruz (3-0, 72′), historique et expérimentée joueuse de D1F au palmarès lyonnais et venue au PSG pour y construire son histoire en 2012, revenante d’une très longue blessure, qui soldera le compte bordelais en plaçant un petite balle en coin, servie par Erika.

Les bordelaises auront pris l’eau en six minutes face à une équipe qui sait tuer les matches. C’est certainement sa qualité première. A l’image de la jeune parisienne, prête à briller en U20 en 2018 et certainement en A pour 2019, qui utilise au mieux l’information que le jeu lui a donné. Son adversaire et expérimentée bordelaise Niamh Fahey (30 ans, irlandaise), a le mètre de retard pour l’empêcher de contrôler son ballon. Elle se l’emmène et sans opposition ni interrogation, glisse la balle au fond des filets.

Bordeaux, virevoltant en attaque, présent au milieu et solidaire en défense, aura une très belle occasion de contre à la 53′ alors que le score était encore de parité, qui fera froid dans le dos aux supporters parisiens avec Sarah Cambot, entrée au retour des vestiaires pour tenter un tir que Katarina Kiedrzynek captera sereinement pleine mains.

Au coup de sifflet final, l’interrogation sera bordelaise. Comment perdre avec un score aussi nette après avoir « challengé » les parisiennes ? Les réponses indiqueront la qualité du PSG 2017-2018 : l’expérience et l’efficacité. Prêt à buter aussi longtemps qu’il le faut, mais avec la certitude de voir son adversaire craquer, suffisamment pour gagner.

Logiquement le Paris Saint Germain prend les trois points mais la rencontre montre la qualité bordelaise à vouloir maitriser le jeu et l’enjeu qui lui était imposé. La marche était un peu haute. On peut penser qu’elle ne le sera pas tout le temps, car visiblement Bordeaux veut recruter.

PSG : Kiedrzynek ; Périsset, Berglund, Erika, Lawrence ; Diani (Geyoro), Cruz, Formiga (cap.), Hermoso ; Katoto (Pekel 75′), Delie (Boquete 60′)
Banc : Endler, Diallo, Boquete, Geyoro, Pekel
Bordeaux : Nayler ; Bornes (Cambot 46′), Lardez, Thibaud, Fahey ; Chatelin, Istillart (cap.), Karchouni, Lavaud ; Barbance (Gathrat 75′) ; Ali Nadjim
Banc : Nadal, Billaud, Cambot, Gathrat, Lacroix

L’Olympique Lyonnais déroule en seconde mi-temps

Les cinq buts lyonnais donnent l’impression qu’ils auraient pu être évités. Sauf qu’avec Lyon, c’est oublier que les marseillaises ont dû contenir trente actions offensives ! Alors, rien ne peut plus surprendre quiconque que d’en voir cinq entrer, face à des joueuses qui ont tout simplement craqué cinq fois.

Wendie Renard reprend tranquillement un corner qui passe dans la défense pour la pousser du second poteau (10′, 1-0). Dans la foulée, Ada Hegerberg s’impose à la 50′ et 56′ en devançant ses adversaires pour marquer du droit et de la tête. Lucy Bronze (58′) marque son second but de la saison sur un corner qui traverse la défense des olympiennes et Kheira Hamraoui (68′) rappelle à tout le monde qu’elle est joueuse de l’Olympique Lyonnais et souvent dans les seize des rencontres, avec un cinquième but qui clôt le score de la journée.

Marseille, scotché à trois points, vient de prendre douze buts en trois matches mais son nouveau championnat redémarre maintenant après avoir affronté les gros. Elles jetteront un vrai regard sur le match entre Fleury et Rodez.

Marseille : Richard ; Antoine (Blanc 63′), Lakrar, M’Bassidje, Soulard ; Pizzala (cap.), Gadea ; Asseyi, Coton-Pélagie (Dali-Storti 66′), Alidou ; Fridriksdottir
Banc : Saint-Léger, Blanc, Ferral, Dali-Storti, Traoré
Lyon : Bouhaddi ; Bronze, Mbock, Renard (cap.), Majri ; Kumagai (Thomis 74′) ; Van de Sanden (Cascarino 69′), Marozsan, Le Sommer ; Hegerberg, Abily (Hamraoui 62′)
Banc : Peyraud-Magnin, Hamraoui, Thomis, Cascarino, Buchanan

William Commegrain lesfeminines.fr

Equipe de France. Lavogez, Tounkara, Bilbault. Gérard. Des joueuses qui espèrent pour 2019. Source fff.fr. Lesfeminines.fr
Previous post

D1F Claire Lavogez fait son premier devoir. Du temps de jeu pour revenir en Bleue.

Next post

D1F - Résultats 10e journée - Albi et Fleury rendent le football féminin déraisonnables ! Merci et tant mieux !

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.