Souvenez-vous M6 et l’Euro 2016 ! Le nom de M6 avait pourtant décollé en France avec un slogan provocateur en plein Coupe du Monde 98 :  la chaîne « O% football ». Le coup de marketing avait été grandiose même si le contenu n’avait pas connu les mêmes pics de renommée. Depuis la petite chaîne qui monte est toujours resté dans une approche iconoclaste. Cultivant sa différence.

En football, M6 avait vite changé de stratégie en achetant Les Girondins de Bordeaux (1999), bien mal lotis après la période Claude Bez. Puis en lançant Estelle Denis dans une émission nocturne pour accompagner, critiquer ou commenter les Bleus de son compagnon, Raymond Domenech qui avait fait découvrir Pierre Menez à la France des « 67 millions de sélectionneurs ».

Enfin, 2016 sera le grand retour auprès des Bleus de l’Equipe de France avec celui qui est renaissant depuis que son coeur a failli rester de marbre : David Ginola qui croque chaque instant de la Vie. Trop heureux d’être en vie.

Douze matches de l’équipe de France féminine par saison sur M6 et ses chaînes.

La petite chaîne du regretté Jean Drucker prend dans son escarcelle les Bleues au féminin pour la période couvrant la saison 2018-2019 à 2023 avec des matches amicaux pour l’équipe de France en 2019 et 2020 et et les matches de qualification pour l’Euro 2021 comme ceux de la future Coupe du Monde 2023. Soit une douzaine de matches au minimum avec un tournoi en Mars, actuellement engagé auprès de la SheBelievesCup jusqu’en 2019.

Les compétitions étant de la propriété des organisateurs. La FIFA les ayant attribué à TF1 pour la Coupe du monde 2019 en France.

Le championnat de D1F sur Canal+

La FFF quitte Eurosport comme France TV et c’est la chaîne cryptée de Vincent Bolloré qui a obtenu les droits pour la D1F en s’engageant à capter les 132 matches d’une saison pour une affiche par journée et un replay des cinq autres rencontres sur un site dédié. Une plus grande et bien meilleure captation qui sera repris par les clubs sur leurs propres outils de communication.

L’engagement vaut pour cinq saisons. Ce sont donc 660 matches de D1F qui seront diffusés sur la période contractualisée. Quand on connaît la force du conglomérat de l’homme d’affaires breton, déjà innovateur avec ses batteries électriques puis avec AutoLib, on ne doute pas que l’équipe constituée ou à constituer saura utiliser au mieux la pérennité d’une telle diffusion.

Il sera intéressant de voir la touche de différences, d’insolence et de pertinence qu’utilisera Canal pour mettre en valeur son programme. Si on pouvait éviter que des filles et du Rose, ce serait un bon départ.

Un peu plus de 5 millions pour le tout.

L’ensemble des droits de la D1F comprend aussi les Equipes de France Espoirs, U16 à U20, sources aujourd’hui de potentiels astronomiques à l’image d’un Kylian MBappé ou d’un Dembélé ont certainement été les raisons d’un ticket total supérieur à 5 millions d’euros (5 millions 4 d’après l’Equipe) quand la précédente consultation avait comptabilisé la somme plus modeste d’environ 2 millions d’euros (1 million 8).

Eurosport et France 4 restent les diffuseurs jusqu’à fin 2018.

William Commegrain lesfeminines.fr

Philippe Bergerôo, protége le score face au Canada. Crédit FIFA. lesfeminines.fr
Previous post

Les sélectionneurs des Bleues (2013-2017) : Philippe Bergerôo et Olivier Echouafni, une vision rigoriste et trop masculine du jeu

Steffi Jones. Ex internationale allemande. Présidente du comité orga de la CM 2011 en Allemagne. Sélectionneuse de la Mannschaft depuis 2016.
Next post

Amical - Allemagne - France : Steffi Jones mise sur la sellette en Allemagne

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.