Il y avait longtemps que la France n’avait pas gagné sur un score aussi net et franc. Il faut remonter au 14-0 du 28 novembre 2013 face au MM Arena du Mans (record de la France) pour retrouver une meilleure marque, qui avait suivi le 0-10 en Bulgarie. Presque quatre ans plein et 67 matches ! Alors prenons notre plaisir et revoyons cette avalanche de buts qui a certainement déjà permis au Stade de Reims, d’être booké pour la Coupe du Monde 2019 !

La première mi-temps française est poussive avec une domination des bleues qui ne se matérialise pas par des occasions nettes à l’exception d’une sortie prématurée de la gardienne ghanéenne alors que la défense centrale des visiteuses est pour l’instant, plutôt pas mal avec la grande Ampah et son acolyte Egyir.

Les Blacks Stars, présentes en première mi-temps.

Les Black Stars, en référence à l’étoile noire qui orne leur drapeau essaient de tenir le ballon dans les trente mètres française par l’intermédiaire de sa capitaine Addo qui aurait pu bénéficier d’un pénalty, coincée entre l’expérimentée Laura Georges (la française la plus capée) et Charlotte Lorgeré, pour sa première sélection.

Ce coup de chaud n’empêche pas la France de continuer sa progression sans pouvoir faire de différences, le match ayant commencé depuis trop peu de temps pour entamer les capacités des adversaires bien que l’on présage que le côté droit des africaines semble fragile.

C’est sur un but injustement refusé par l’arbitre (29′), marquée à la surprise générale par le Ghana et son avant-centre Ayeyiam sur une transversale reprise de la tête que les françaises se réveilleront.

Ouleymata Sarr réveille la France en ouvrant le score à la 37′.

Ouleymata Sarr omniprésente qui tentera un tir (29′) facilement captée par la gardienne virevoltante ghanéenne et dont la suite du match nous montrera qu’elle l’était un peu trop peut être.

Dans la minute qui suite, Léa Le Garrec, pour sa 3è sélection mais sa première titularisation s’essaiera sur une belle balle qui touchera la transversale (30′), servie plein centre par Elise Bussaglia.

Tout cela montre de bonnes intentions mais inférieures au niveau souhaitée par Corinne Diacre qui au micro de Cstar, dira au retour des vestiaires « Ce n’est pas trop mal mais ce n’est pas assez à mon goût » après qu’Ouleymata Sarr ait ouvert le score (1-0, 37′) sur un contre heureux face à la gardienne, bien servie par une percée de Camille Catala.

L’entrée d’Eugènie Le Sommer sera le détonateur français et la déferlante.

La lyonnaise l’esprit collectif mais il y a une chose qu’elle déteste, c’est de se trouver sur le banc. Alors quand Corinne Diacre la fait entrer à la 46′ à la place de Camille Catala, c’est un pistolero qui entre sur le terrain et qui en fera voir de toutes les couleurs à la jeune latérale ghanéenne.

D’abord, sur sa première balle qui est un corner, elle dépose le ballon sur Amandine Henry, seule au deuxième poteau qui envoie une reprise de volée vainqueur qui devrait faire le tour du monde pour atterrir à Portland, son club américain qu’elle vient de quitter avec le titre WNSL 2017. Un cadeau de souvenir français (Henry, 2-0, 46′).

Quatre minutes plus tard, Ouleymata Sarr nous fait une « Cavani » dans la surface et l’ex-américaine et capitaine française ne s’amuse pas à jouer du « Neymar-Cavani ». Elle prend le ballon, pourtant milieu défensive, et envoie une mine plein centre (Henry, 3-0, 51′). Juste avant, Léa Le Garrec, pleine de justesse technique, fait un geste rare en football féminin. Une demi-volée, arrêtée trois quart pour que la balle redescende. Un peu trop haut avec des épaules trop en arrière, mais geste bien pensé et totalement maitrisé (50′).

La bretonne Léa le Garrec est têtue, et à la 58′, elle fera le même geste sur un service intelligent d’Elise Bussaglia qui trouvera là, pleine force descendante, la transversale pour rebondir sur Griedge MBock butant sur la gardienne mais qui ne pourra rien face à une Viviane Asseyi, placée aux cinq mètres cinquante, comme une joueuse de volée en double qui doit faire la balle gagnante d’une Coupe Davis (Asseyi, 4-0, 58′).

Cela souffle un peu, mais pas trop. Et, dans ce concert offensif où chacune apporte aux autres, c’est Viviane Asseyi qui récupère haut un ballon pour servir Ouleymata Sarr. Passe à Eugènie Le Sommer, toute seule qui fusille la gardienne des Black Stars (Eugènie Le Sommer, 5-0, 68′).

Deux minutes plus tard, Eugènie Le Sommer met le 6è (Le Sommer, 70′, 6-0), sur un centre de Marion Torrent, entrée à la 67′ !

Faisons les comptes : Un doublé d’Henry, un doublé d’Eugènie Le Sommer, un but de Sarr et un but d’Asseyi pour leur 3ème but respectif en Equipe de France féminine et intronisées par Corinne Diacre ! une passe décisive pour Sarr, une passe décisive pour Le Sommer, une pour Elise Bussaglia, une pour Marion Torrent et une autre pour Griedge MBock. Tout le monde est servi.

Il faut croire que non, puisque Viviane Asseyi fera une Abrahimovic pour marquer le 7è (76′, Asseyi, 7-0), sur un coup franc d’Elise Bussaglia quand Valérie Gauvin terminera le travail et marquera le 8è et son premier but en sélection (83′, 8-0, Gauvin) !

La partie se terminera sur ce score fleuve et sur les propos de Corinne Diacre sur Cstar : « c’est bien, on a su haussé le niveau de jeu. le second but nous a permis de nous lancer avec de meilleures intentions positives. Certaines ont montré de bonnes choses ; d’autres sont en peu en-dessous. On va faire un bilan individuel avec les clubs pour qu’elles travaillent. C’est possible, la Coupe du Monde est encore loin ! »

Certes l’adversaire était le Ghana mais cette victoire va donner du corps et de l’espoir aux propos et aux actes de Corinne Diacre. Rien de tel que de marquer beaucoup de buts en football féminin. Les joueuses aiment cela et le public encore plus. C’est une forme d’identité et de puissance que l’Olympique Lyonnais sait très bien maitriser. En sport et en football, c’est celui qui gagne qui a raison. Qui critiquerait Cavani après son coup franc face à l’OM ? Personne.

Quatrième victoire pour Corinne Diacre. Un match bien assumé en seconde mi-temps par la France. Au chapitre des bonnes surprises, les tentatives de maitrise technique de Léa le Garrec face au but. C’est une joueuse qui a un geste rare chez les filles : elle bloque son geste pour la faire redescendre. Il lui manque de la mettre au fond pour lui donner une réalité et de savoir varier pour devenir très dangereuse. Tous ses tirs sont aériens.

William Commegrain lesfeminines.fr

23 Octobre 2017. Amical. France (8-0) Ghana. Stade Auguste Delaune. Reims. 16.982 spectateurs. Arbitre : Mularczyk, Assistantes Kinga Senluk-Mikulska. Katarzyna Wojs. 4ème arbitre Victoria Beyer.

  • (1-0) 37′ Ouleymata Sarr sur contre met le premier but.
  • (2-0) 50′ Corner d’Eugènie Le Sommer et superbe reprise de volée d’Amandine Henry
  • (3-0) 51′ faute sur Ouleymata Sarr. Pénalty. Amandine Henry le tire plein cadre en force
  • (4-0) 58′ Superbe mouvement Bussaglia, Léa Le Garrec transversale. Griedge MBock reprend et Viviane Assey la met au fond.
  • (5-0) 68′ Viviane Asseyi récupère haut. Sert Ouleymata Sarr qui passe démarquée à Eugènie Le Sommer. But
  • (6-0) 70′ Doublé d’Eugènie Le Sommer qui marque de la tête sur passe de Marion Torrent.
  • (7-0) 76′ Asseyi reprend acrobatiquement un coup franc de Bussaglia.
  • (8-0) 83′ Valérie Gauvin termine le score

France : Gérard –  Lorgeré (67’Marion Torrent), MBock, Georges, Cascarino – Bussaglia (83′ Diallo), Henry (cap), Le Garrec (68′ Valérie Gauvin), Catala (46′ Eugènie Le Sommer)- Asseyi, Sarr. Coach : Corinne Diacre. Banc : Sarah Bouhaddi, Elisa Launay, Hawa Cissoko, Kadidiatou Diani, Grace Geyoro, Ines Jaurena, Amel Majri, Wendie Renard, .

Ghana : Patricia Mantey (78’Asantewaa) – Abambilla, Egyir, Ampah, Boyakye, – Acheampoing (55′ Peterson), Essiful (87′ Coleman) – Okyere, Niber Lawrence, Addo (cap)- Ayeyiam (Mukarama, 57′),  Coach : Dramani Mas-Ud-didi.

The Best Lieke Martens, meilleure joueuse FIFA 2017. Lesfeminines.fr
Previous post

The Best 2017 - Les récompenses féminines aux Pays-Bas avec Lieke Martens et Sarina Wiegman

Next post

France - Video -Les buts et la réaction d'après match de Corinne Diacre "Des gros matches en Novembre où nous serons jugées"

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.