environnement

Ligue 2. Corinne Diacre, trois saisons à la tête de Clermont Foot 63. Regard sur son parcours.

Le 7 mai 2014, la planète football se réveillait avec une grande première :  une femme allait devenir la coach d’une équipe professionnelle de football.

Souvenez-vous, Héléna Costa, une femme brune de 35 ans, portugaise, « cousine de coeur » du grand José Mourinho (Chelsea, Manchester United) avait été choisie par le Président Michy, club méconnu du centre de la France, Clermont qui sent bon la tradition française, vue de l’international.

Les télévisions du monde entier s’étaient déplacées et voilà que le mois suivant (23 juin), femme de caractère, elle surprenait son monde en donnant sa démission, faisant fi de tous les usages dans le monde du football : « Il est normal d’avoir des tensions déstabilisatrices internes ».

Visiblement, la portugaise ne le voyait pas ainsi, ou du moins ne voyait pas l’accepter dans un club de Ligue 2 française. Réaction d’orgueil excessive ? Nul ne sait. Toujours est-il que l’ancienne sélectionneuse de l’équipe féminine du Qatar (2010-2012) et d’Iran (2012-2014) se trouve actuellement simplement scout (recruteur) du Celtic de Glasgow.

Hélena Costa. Crédit le Monde.

Hélena Costa. Crédit le Monde.

Son agent Sonia Souid, tout juste entrée dans le milieu, s’arrache les cheveux et arrive à convaincre Corinne Diacre, sortie de la dernière promotion du BEPF (2014), de prendre sa chance en étant déjà la première femme française à obtenir le diplôme de coach professionnel après Elisabeth Loisel qui l’avait validé par la vae et ses expériences de sélectionneuse française et chinoise.

L’ex-internationale française, adjointe de la sélection de Bruno Bini (sélectionneur de l’équipe de france féminine de 2007 à 2013) met de côté ses opportunités de coach adjoint auprès de collègues, et se lance directement dans le bain de la Ligue 2, avec une attente incroyable du monde du football.

Du côté masculin, en espérant ou souhaitant, une concurrente en moins pour une profession qui conjugue bien plus de demandeurs d’emplois (plus de 200 diplômés en France. Plus de 3000 en Espagne) que de coachs en poste à ce niveau (40 postes professionnels dans les deux divisions et quelques sélections nationales) alors que du côté féminin, la voilà portée par les espérances féministes du monde entier. Le football passant depuis longtemps les frontières qu’elles soient naturelles ou sociales.

Alors à la date anniversaire de ce chamboulement, un petit retour pour voir comment se sont passées ces trois premières années de coach professionnel d’une SASP.

2014-2015. Examen de passage maitrisé et réussi de Corinne Diacre

Une première partie de saison difficile

La première partie de la saison sera difficile avec un début de saison fait seulement de 2 victoires pour 12 matches de joués. on commence à entendre les premiers mots de licenciements repris par la presse, affutant les candidatures qui ne manquent pas de s’amonceler sur le bureau du président clermontois.

Si l’environnement bouge, l’homme qui tient le Grand Prix de France ne bouge pas d’un cil et maintient sa confiance à son entraîneure, obligeant tous « les titreurs » de la Ligue 2, à savoir mettre un « E » au mot coach et entraîneur au moins jusqu’à la fin de la saison.

Président Claude Michy du Clermont Foot Auvergne 63

Président Claude Michy du Clermont Foot Auvergne 63

Clermont se lance dans la seconde partie.

Il faudra une victoire nette et sans bavure sur le Nîmes Olympiques (3-0) pour que la trajectoire de Corinne Diacre se lance en Auvergne et que les clermontois changent de braquet pour transformer les défaites en matches nuls, notamment à domicile (8 victoires et 8 nuls) bloquant le décompte des défaites à domicile à 3.

Idéal pour obtenir l’assentiment des partenaires et supporters clermontois qui valideront la seconde année de contrat de Corinne Diacre ; d’autant plus que la saison a été réalisée par une femme.

Quoi que Corinne Diacre fait vite oublier cette question de genre en Auvergne et tout le monde comprend l’extension contractuelle qui se finalise en 2018 pour un parcours qui aura été le meilleur depuis 2012 avec une 12è place sur 20.

Performance correcte à domicile pour un club (8v, 8n, 3n)  qui n’en est qu’à sa 14è saison en Ligue 2 et qui n’est jamais apparu en Ligue 1, dans une division ou seulement 2 autres clubs de Ligue 2 (Créteil Lusitanos et l’US Orléans) sont dans la même situation. Tous les autres ayant les dents longues de ceux qui ont déjà gouté au gâteau de la division d’élite.

  • . saison 2014-15 : 8VD – 8ND – 3DD / 4VE – 5NE – 10DE (38 journées)

2015-2016. Le sacre de Corinne Diacre dans le trio des meilleurs entraîneurs de Ligue 2.

Dans la dynamique 2014-2015, cette seconde saison  portera haut les couleurs auvergnates avec 11 victoires à Gabriel Montpied pour seulement 3 nuls et 4 defaites, redorant le blason du football, trop souvent dans l’ombre de l’ASM Clermont-Auvergne jouant en France et en Europe avec un ballon ovale (Top 14, Champion de France et double champion d’Europe).

Corinne Diacre.

Corinne Diacre.

Aller au stade et c’était 80% de chances de ne pas voir une défaite ! 

Si, on rajoute à cela une diminution des défaites à l’extérieur (7 au lieu de 10) ; on comprendra pourquoi le Clermont Foot 63 a été candidat à la montée en Ligue 1, ne s’écroulant que dans les trois dernières journées. Corinne Diacre fait une superbe seconde saison offrant la possibilité de rêver à plus et mieux.

Elle sera proposée dans le trio des meilleurs entraîneurs de Ligue 2 par l’UNFP, et élue « meilleure entraineure de Ligue 2 » par « France Football » puis terminera à la 7è place du championnat.

  • . saison 2015-16 : (11VD) – 3ND – 5DD / (5VE) – 7NE – 7DE (38 journées)

Une troisième saison difficile à domicile

Trop peu de matches remportés à domicile.

La troisième saison est de moins bonne facture notamment à domicile. Nous sommes à la 36è journée et à deux journées de la fin, les hommes de Corinne Diacre n’ont gagné que quatre fois à la maison sur la saison, partageant les points 7 fois, pour 7 défaites, soit quatorze matches sur dix huit sans victoire à Gabriel Montpied avec une dernière victoire qui remonte au 16 décembre 2016 face au promu Orléans (3-0).

Son nombre de défaites n’est pas si supérieur à celui de cette excellente saison passée. Actuellement 14 au lieu de 12,  ce qui aurait pu être une victoire s’est juste transformée en match nul (7 nuls actuellement au lieu de 3 la saison passée).

Il reste qu’en football masculin, la première des tranquilités est la maitrise du domicile car on y trouve ses supporters, sa presse et surtout ses partenaires et investisseurs. C’est d’ailleurs la raison principale de l’importance du match « à la maison ».

Des victoires contre les leadeurs à l’extérieur

Les victoires à l’extérieur se sont améliorées, faisant même le meilleur résultat sur les trois saisons (6). Clermont a vaincu des très gros, puisque les quatre premiers ont été dans l’escarcelle clermontoise. 

  • Le leader de la Ligue 2 Brest du moment à l’extérieur (0-1, 6èj), maintenant 4è.
  • le second actuel Amiens sur les deux rencontres ;
  • le leadeur actuel Strasbourg (1er de Ligue 2) en février à l’extérieur, sur le score net de 0-2 ;
  • réussissant à faire le nul à domicile (1-1) lors de la 34è journée contre le 3è Troyes.

Si Clermont pêche à domicile, ce n’est pas le cas à l’extérieur.

Le souci de la qualité qui est transféré à l’intersaison.

Le football masculin est fait d’échanges (transferts). La réussite des clubs donnant des opportunités aux joueurs qui en sont les auteurs, et il est de règle que cela soit la raison et la cause d’un transfert vers un club plus huppé dès l’année de la réalisation de la performance. En effet, nul n’est certain de pouvoir la renouveler.

Le football est un sport d’équipe et les équipes se reconstituent totalement aux intersaisons.

Classée à la 15è place (+5 sur le barragiste) le Clermont Foot 63, cette saison a été pénalisé par le transfert de Famara DIEDHIOU (meilleur buteur 2016 de la Ligue 2, 21 buts) qui est passé au SCO d’Angers (Ligue 1), finaliste de la Coupe de France.

  • . saison 2016-17 : (4VD) – 7ND – 7DD / (6VE) – 5NE – 7DE (36 journées en cours)

En contrat jusqu’en 2018.

Les saisons ne sont jamais les mêmes. Regardez le Red Star, tout proche de la Ligue 1 l’an dernier et qui va certainement descendre en National à la fin de saison. L’année de la montée du Paris FC en Ligue 2, à la seconde place du National avait été précédée par une relégation sportive en CFA la saison précédente, invalidée pour raisons administratives (les clubs montants ne pouvaient pas aller en National). Et les exemples sont nombreux qui montrent cette situation.

L’idéal est dans le contrat. Il court jusqu’en 2018 et le Clermont Foot 63 n’a subi qu’une seule difficulté : les matches à domicile. Si cela n’avait pas été le cas, l’équipe de Corinne Diacre serait peut-être dans les quatre premières du championnat.

Les objectifs principaux sont tenus. Chaque saison a son Histoire.

Mais en Ligue 2, tout est possible quand on voit que le Gazelec d’Ajaccio est monté jusqu’en Ligue 1, parti de CFA2 pour être dans une ville qui aura produit deux clubs au plus haut niveau alors que Paris a un mal fou à essayer d’en avoir au moins un supplémentaire en Ligue 2 (Red Star, Paris FC, Créteil Lusitanos).

La Corse étant devenu d’ailleurs pendant une saison, le département le plus représenté dans le milieu du football : Bastia en Ligue 1 ; le CA Bastia en Ligue 2 (maintenant National) ; le Gazelec d’Ajaccio (maintenant Ligue 2) et l’AC Ajaccio en Ligue 1.

Le football masculin fonctionne par cycle et la tradition est dans le changement plutôt que dans la stabilité. Si l’objectif de Clermont est dans le maintien en Ligue 2, il passe aussi par de la construction. Corinne Diacre, de plus, a le profil pour être la première femme à faire monter un club en Ligue 1. Elle n’en était pas loin en 2016.

Voilà un contrat qui a ses raisons d’être.

William Commegrain lesfeminines.fr

  • . saison 2016-17 : 4VD – 7ND – 7DD / 6VE – 5NE – 7DE (36 journées en cours)
  • . saison 2015-16 : 11VD – 3ND – 5DD / 5VE – 7NE – 7DE (38 journées)
  • . saison 2014-15 : 8VD – 8ND – 3DD / 4VE – 5NE – 10DE (38 journées)
  • D = domicile
  • E = Extérieur
Stéphanie Frappart, arbitre de Ligue 2. Crédit ToursFC. lesfeminines.fr
Previous post

Arbitrage. Voyez la performance de Stéphanie Frappart en Ligue 2 !

Gaetane Thiney (Juvisy). Auteure d'un but très rapide. Crédit Gianni Pablo. Lesfeminines.fr
Next post

FCF JUVISY- EA GUINGAMP : 2-1 : Thiney s'offre un doublé et la victoire au bout du suspens (94')

william Commegrain

william Commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.