Un France – USA. Un duel de « grandes ».

Le France-USA qui s’est joué Lundi matin s’annonçait explosif. Il l’a été. Demandez à Delphine Cascarino, élue meilleure joueuse de la rencontre par la FIFA.

Même si il s’est terminé sur un score vierge (0-0) qui a donné plus de regrets aux françaises qu’aux américaines, bousculées par l’allant des « bleuettes » qui pour autant, n’ont pas trouvé une solution offensive (17 tirs dont 4 cadrés).

C’était d’ailleurs la réflexion du sélectionneur français, Gilles Eyquem qui s’exprime ainsi sur le site de la fifa : « Nous savions que les Etats-Unis étaient un équipe très forte, notamment sur le plan athlétique, mais notre vrai problème a été l’efficacité. Nous n’avons pas su concrétiser en buts les nombreuses occasions qui se sont offertes à nous. C’était un match intéressant et j’ai trouvé que nous avions une bonne maîtrise collective ». 

Pour autant, les américaines semblent avoir eu aussi leurs chances d’après les écrits de Sébastien Duret sur footofeminin.fr (3 tirs, 1 cadré) nous laissant à penser que si elles ont été bousculées, les jeunes « stars and stripes » ont gardé assez de fraîcheurs pour espérer finaliser le peu d’occasions que les françaises pouvaient leur offrir. C’est aussi le signe d’une qualité compétitive à retenir que de savoir subir tout en restant dangereux sur les opportunités qui se présentent.

Les deux équipes repartent avec des évidences quant à leurs compétitivités mais aussi avec des interrogations pour le futur avec le résultat du Ghana, ultra-dominatrice face à la Nouvelle-Zélande, et pourtant perdante sur un but en contre (0-1) à la dernière minute de jeu (Christensen, 89′) entrée en cours de jeu.

Les deux oppositions étaient à l’évidence de même niveau. Il reste à savoir si, en les croisant, le niveau sera aussi homogène. On le sait, les occasions dépendent de la faiblesse, répétée ou occasionnelle, de son adversaire. Donnée sur un match voire plus couramment si les niveaux le justifient.

France

Chavas – Mansuy, Cissoko, E. Cascarino, Greboval (cap.) – D. Cascarino, Geyoro, Gathrat, Karchaoui – Garbino (puis Léger 70e), Matéo (puis Gauvin 83e)

Etats-Unis

Murphy – Elliston, Otto, Riehl, Jean – Sanchez, Roberts (puis Demelo 65e), Ogle, Petersen (puis Fox 76e) – Scarpa (puis Watt 79e), Pugh (cap.).

VIDEOS les deux matchs : source WoSo Comps

Le groupe de la France est le plus homogène avec 1 seul de marqué et d’encaissé, à la 89′.

Une seconde journée qui sera difficile

On se retrouve devant une situation qui n’est pas bonne pour cette deuxième journée qui en compte seulement trois.

La Nouvelle-Zélande équipe supposée la plus faible se retrouve en tête et va donc tout faire pour se qualifier face aux USA, avec le bonheur d’une victoire ou … essayer de tirer au mieux l’avantage d’un nul ; et le Ghana, dernière, alors qu’elle a le jeu pour prétendre à entrer et postuler à la seconde place qualificative.

Les africaines ont le couteau sous la gorge avec l’inconvénient d’être le prochain adversaire de la France. Quand on se souvient que le Nigéria avait été l’équipe finaliste de la dernière coupe du Monde 2014 face à l’Allemagne et qu’elles n’avaient craqué que lors des prolongations, on se dit qu’après le football américain, le football africain risque d’être un obstacle sérieux pour les françaises.

La France a produit un jeu qui devrait lui permettre de passer.

La France possède les atouts pour s’imposer face au Ghana et laisser les autres équipes du groupe s’interroger pour leurs futures qualifications.

Elle devra cependant s’imposer et la manière dont elle le fera, la renverra au superbe souvenir du titre européen, ou après une défaite initiale face à la Norvège, les françaises s’étaient imposées en finale pour le titre de l’EURO 2016 U19. Les USA ne sont pas mieux lotis avec la Nouvelle-Zélande.

Pour les deux équipes leadeurs en A du football féminin mondial avec la première et la troisième place, une mauvaise surprise pourrait néanmoins se trouver au rendez-vous.

La France pour un titre, le Ghana pour une Vie. 

Il faudra une France plus forte pour passer. Dominer et marquer voire subir et marquer. La qualité d’esprit du groupe sera là pour tirer le meilleur. Peut-il en être autrement avec un groupe qui vient de gagner un titre ? Sauf que, les féminines sont ainsi : l’abnégation est le coeur de leur jeu. Nul doute que le Ghana envisage la victoire après un tel match face à la Nouvelle-Zélande.

N’oublions pas qu’elles ont très peu d’occasions de voyager et les compétitions internationales sont les moments uniques et rares où elles peuvent attirer les regards sur leur jeu et niveau. Qui peut mieux qu’elles savoir l’importance d’un regard pour leur avenir ?

Le groupe C est un groupe très homogène.  

Un groupe de qualité bien supérieur aux autres groupes du Mondial U20 2016.

Le groupe C, un groupe très homogène avec le moins de buts marqués (France, USA, Nouvelle-Zélande, Ghana) soit 1 ; quand le groupe D (Allemagne, Vénézuela, Mexique, République de Corée) a porté son total à 6 buts derrière le groupe A  (Brésil, Corée du Nord, Suède, Papouasie Nouvelle Guinée) qui a explosé les compteurs avec 11 buts à égalité avec le groupe B (Japon, Espagne, Canada, Nigéria).

William Commegrain lesfeminines.fr

mercredi 16 novembre

  •  RDP Corée – Brésil
  •  Espagne – Japon
  •  Papouasie Nouvelle Guinée – Suède
  •  Nigéria – Canada

jeudi 17 novembre

  • France – Ghana (7 heures Eurosport)
  •  Allemagne – Mexique (7 heures Eurosport)
  •  Nouvelle-Zélande – USA (10 heures Eurosport)
  •  République de Corée – Vénézuela (10 heures Eurosport)
Sakina Karchoui, fer de lance de la FRANCE avec ses premières sélections avec les A. Crédit FIFA. Lesfeminines.fr
Previous post

Mondial U20 - Papouasie - La France joue un premier acte face aux USA qui en vaut deux !

La France égalise à la 95' grâce à son état d'esprit. Mondial U20. Crédit : FIFA. Lesfeminines.fr
Next post

Mondial U20 - France-Ghana (2-2). Un superbe état d'esprit français !

william Commegrain

william Commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.