Message à nos amies chinoises. Mesdemoiselles, je suis venu vous voir à Charlety et face à la France, je ne vous ai pas reconnu. C’est seulement lors des 10 premières minutes de la seconde mi-temps, qu’il m’a semblé entendre l’accent chinois, si particulier à nos oreilles et qui se traduit par votre jeu vif et déterminé, qui ne peut que nous enchanter, nous français, autant adeptes d’émotions que de résultats.

Je me suis dit. Ce ne sont pas Elles. Les Roses d’Aciers.

J’ai alors pensé au contexte. Je me suis demandé comment vous pouviez voir la France après cet attentat si meurtrier qui ne peut pas vous avoir échappé. 84 morts, le jour de notre Fête Nationale. Comme cela, happés par le hasard, au hasard. Si vite oubliés dans les travées de ce stade. Combien de messages aviez-vous reçu vous demandant si tout allait bien ? Je ne sais ? J’ose imaginer avec la population mondiale, les réseaux, qu’il ne peut qu’y avoir eu des inquiétudes, des interrogations.

Nous-mêmes. Au moindre ami-es, famille qui ne répondait pas à aux appels, c’est un tonnerre d’émotions qui s’est inséré dans nos coeurs et dans nos têtes. Jusqu’à, quelque soit l’heure, enfin recevoir les mots, le texte « qui va bien ». Maudissant le délai. Bénissant la réponse.

Un 14 Juillet, cela touche tout le monde. Petits, Grands, Riches, Pauvres, Niçois, Touristes. Tout le Monde.

Un ami m’a raconté, dans son village au coeur de la France, qu’un Président d’une association d’athlétisme locale avait emmené les jeunes de sa section sportive au meeting international de Monaco. Bien entendu, ils étaient sur la Promenade des Anglais à Nice. Il s’est retourné pour chercher un endroit pour boire un verre. Un enfant était avec lui. Il a vu le camion. Il a poussé l’enfant pour le sauver. Il est mort. Dans ce village, un homme a été touché. Dans ce village, un homme a été un héros. Comme à la guerre. Ici, ailleurs.

Je voudrais vous dire que la France, ce n’est pas cela. Je voudrais vous dire que la France c’est ce qu’il aurait pu vous arriver Dimanche. Le lendemain du match. Vous seriez venus au sein d’une famille française de couleurs et d’origines multiples, et vous auriez eu droit à une longue table sous le soleil, avec à gauche et à droite, toutes les générations qui se côtoient pour autour d’un barbecue, entendre le chant des mots qui prêtent à rire et à sourire, l’histoire de famille sans cesse répétée mais jamais de la même façon racontée, la gentillesse et le partage du moment, des souvenirs, des attentes. Des espoirs.

L’aventure des jeunes qui prennent le pouvoir de leur vie. Pas agressifs. Conviviaux. Chacun différent, mais avec la même attente, le même espoir : le plaisir de vivre. Longtemps. Bien. Sereinement.

Je vous mets une photo, comme une carte postale. C’est mon neveu. Ce qu’il veut faire : « Conteur pour enfant. » Il est d’une gentillesse incroyable. Avec cela, il en fait un métier. Un pinson dans un arbre. A conter. L’inimaginable. Le rêve des enfants. Comme on fait quand on les endort dans le noir. Avec des histoires de chevaux blancs qui galopent dans les nuages, pour les emmener dans le pays du rêve. Retrouver les ami-es d’hier et s’en faire de nouveaux, pour Demain soir .. A l’écrire, quel souvenir !

Mais vous êtes sportives. Alors, oui la France, Mesdemoiselles, c’est aussi des gens, qui comme moi, d’un autre côté, sont venus vous voir, invité par un poète du coeur, votre coach Bruno Bini, et qui vous a vu dans la région de Mulhouse, vous préparer et vous entraîner.

Qui a cherché votre regard, pour vous comprendre. Pour apprendre. J’en étais parti avec une certitude. Vous êtes bien meilleures que face à la France. Vous êtes les Roses d’Aciers.

Alors, bienvenue dans la France « Au Soleil ». Demandez, c’est une chanson des années 2000 qui est restée dans l’Air du temps. Elle provient de ma famille. On la chante de temps en temps. Pour le plaisir.

La France est une terre magnifique. Elle a plaisir à vous accueillir et elle vous souhaite le meilleur dans votre prochain match face au Canada. Donnez-nous envie de vous connaître et de vous suivre pour ce que vous êtes. Différentes de nous. Mais avec tant à nous montrer pour qu’on ait l’envie de vous copier et d’apprendre.

William Commegrain lesfeminines.fr

PS : faire rêver les gens, c’est une Histoire de coeur et de talents. Cela vient de l’intérieur. Une force. Théo Commegrain la possède. Là, dans cet habit. Si vous regardez bien. Il vous montre son coeur.

Théo Commegrain. Maîtrise de Théâtre. Ambition : "conteur pour enfant". Lesfeminines.fr

Théo Commegrain. Maîtrise de Théâtre. Ambition : « conteur pour enfant ». Lesfeminines.fr

UEFA, meilleure joueuse européenne de football féminin. Crédit UEFA. lesfeminines.fr
Previous post

UEFA - meilleure joueuse européenne - 8 lyonnaises dans les 10 premières.

La sélection américaine. Les états-Unis ou Stars & Stripes. Crédit lesfeminines.fr
Next post

JO de Rio 2016 - les Etats-Unis, Stars & Stripes, "dunkent" le sport féminin

william commegrain

william commegrain

Spécialisé dans le football féminin de l'élite.