Mylaine Tarrieu met Bordeaux sur le devant de la scène. Que la victoire de Bordeaux à Montpellier soit suivie d’autres performances ou non, les Girondines, pour leur troisième saison dans l’élite féminine, sont montés encore d’un cran.

2017 avait été une saison difficile, deux ans après l’intégration du club féminin local de Blanquefort par le club professionnel de la Gironde. Un maintien qui s’était joué lors de la dernière journée, à Charlety face au PSG, dans la dernière demi-heure avec un match nul salvateur (2-2).

2018 s’était annoncé meilleur. Une cinquième place qui n’avait jamais pu être quatrième pour finir au 6e rang de la D1F avec la reconnaissance de la division pour le coach bordelais, Jerôme Dauba, élu meilleur de la D1F par ses pairs et la fff.

2019 s’annonçait sous de beaux auspices, fort d’un recrutement qualitatif marquée par l’arrivée de Viviane Asseyi, nouvelle internationale de Corinne Diacre partie d’un OM condamné à la descente et de Claire Lavogez, dont la destination future, interpellait tous les amateurs du football féminin français.

Il faut de la chance pour réussir. Elle s’est peut-être trouvée dans ce premier match reporté où les bordelaises ont pu voir les premiers résultats tombés comme dans la non-sélection en A de joueuses dans cette semaine FIFA, qui ont pu travailler sereinement, sans puiser dans des ressources mentales qui font la difficulté entre deux équipes proches.

Et visiblement, Bordeaux était proche de Montpellier, soumis à un autre régime. D’abord un contenu à revoir lors de la première journée qui n’est pas tombé dans l’oreille de sourds du côté de la Gironde et un nombre important de joueuses appelées en sélection pour jouer leur qualification au Mondial 2019.

La fatigue et le talent bordelais ont fait basculer les filles de Jean-Louis Saez qui n’ont plus qu’à espérer une victoire du Paris FC sur le Paris Saint Germain pour verser cette défaite dans la rubrique « apprentissage » et ne pas avoir à courir après tout au long de la saison.

Un exploit signé Mylaine Tarrieu (23 ans), prêtée en janvier 2018 par l’OL et qui n’avait pas encore marqué pour les Girondines, bien qu’elle ait signé un contrat de deux ans (2019-2020). La pépite lyonnaise devait être bordelaise. Une belle performance pour cette jeune joueuse, inconnue en EDF A, et qui met un beau pavé sur son chemin, dans une équipe qui pourrait être la surprise 2019 de la D1F.

Ouleymata Sarr met un triplé, comme en début de saison 2018. 

Tout juste sortie du PSG sur les critiques de Patrice Lair la saison dernière, comme de nombreuses autres jeunes, la parisienne avait choisi le club montant de Lille pour se relancer. Ni une, ni deux, elle faisait un triplé dans son premier match face à Bordeaux. Performance qui lui avait ouvert les portes de l’EDF A qu’elle n’a plus quitté depuis.

Sur le banc lors du lancement de la saison des Bleues 2019, elle avait vu la performance de Kadidiatou Diani au poste qui est le sien. Sachant que l’on ne prend jamais trois avant-centre dans un groupe de 23, elle se savait en concurrence avec la parisienne et Valérie Gauvin.

Elle n’aura pas mis longtemps pour se montrer à Corinne Diacre. La voilà buteuse pour le Losc et vainqueur à Rodez sur le score de 2-3. Les esprits chagrins feront remarquer que mettre trois buts à Rodez n’est pas si compliqué, elles qui en avaient pris trois lors de la première journée à Soyaux. Et ce, même en changeant de gardienne. Mettant Laetitia Philippe, tout juste revenue dans le groupe des 23 de Corinne Diacre, sur le banc pour cette seconde journée.

Il faut juste rappeler pour équilibrer qu’il est très rare de faire un triplé quand tu ne fais pas partie de l’Olympique Lyonnais. On en compte au maximum un par saison. Ouleymata Sarr a fait un vrai exploit et a apporté trois points de confiance à son équipe qui en avait bien besoin, après la douche froide lyonnaise (0-8) de la première journée.

Kelly Gadea, fait fleurir le nom de Fleury dans l’Est de la France. 

Kelly Gadéa, défenseur centrale la saison dernière avec l’Olympique de Marseille. Deux saisons à cotoyer le Paradis en 2017 avec une 4e place pour subir l’Enfer de la saison 2018, douzième et dernier de la D1F, marque rarement des buts. Avec son doublé, placée au milieu de terrain, elle joue avec sa détermination pour obtenir des seconds ballons qui peuvent faire mal à l’adversaire.

Internationale A sous les couleurs de Montpellier, elle pourrait prendre confiance et booster le milieu de terrain avec une agressivité qui manque aux Bleues quand le challenge n’est pas là. A 26 ans, la nîmoise pourrait réserver d’autres surprises.

Le Fc Metz, avec un groupe de jeunes, ne doit pas mettre trop de temps au niveau de l’enjeu de la D1F. Un match nul est bien meilleur qu’une défaite.

Léa Declercq sort de l’enfer de l’anonymat

La jeune fille du Nord, venue en région parisienne sous les couleurs du Paris Saint Germain et du Paris FC n’a joué que .. 48 matches en cinq saisons, dont seulement vingt deux en titulaires !

Partie à Dijon et buteuse pour cette seconde journée, le soleil semble briller un peu mieux et un peu plus pour cette joueuse au profil physique, utilisée avec les équipes des jeunes Bleues.

A 23 ans, elle pourrait connaitre une saison épanouissante après avoir connu beaucoup trop de blessures. Ce but et cette égalisation doit être un vrai bonheur pour elle comme pour son club.

Amel Majri se lance dans la course au titre des meilleures buteuses ? 

L’internationale française, dotée d’une technique rare pour les joueuses, marque son troisième but en deux journées avec un doublé contre Soyaux.

Initialement attaquante quand elle était à l’OL en U19. Joueuse fougueuse comme l’est Selma Bacha en défenseur, elle a toute la technique pour transformer en ballon gagnant, une balle mal assurée par la défense adverse dans la surface. Un fait de jeu habituel en football féminin, les défenses assurant mal le ballon qu’elles défendent.

Il ne serait pas surprenant qu’elle prenne le large, bénéficiant de l’intérêt porté par la défense adverse à Eugènie Le Sommer et Ada Hegerberg.

A voir si cela continue. Placée comme milieu excentrée gauche, elle est libre pour aller dans cette surface où son souffle et ses qualités lui permettent de naviguer.

William Commegrain lesfeminines.fr

Le classement de la D1F 

Classement Equipes Played Gagné Perdu Nuls Differential Points
1 Olympique Lyonnais 13 12 0 1 55 - 3 37
2 Paris Saint Germain 13 11 0 2 32 - 6 35
3 Montpellier Hsc 13 6 4 3 32 - 13 21
4 Paris FC 13 5 5 3 24 - 20 18
5 Bordeaux 13 5 5 3 14 - 17 18
6 FC Fleury 91 13 4 4 5 14 - 18 17
7 Guingamp 13 4 5 4 14 - 22 16
8 Dijon FCO féminin 13 4 6 3 19 - 23 15
9 ASJ Soyaux Charente 13 3 6 4 9 - 28 13
10 Losc Lille 13 2 6 5 9 - 25 11
11 FC Metz 13 3 9 1 11 - 37 10
12 Rodez 13 1 10 2 9 - 30 5