Le Président Emmanuel Macron, en discussion avancée avec Vladimir Poutine lors de ce séjour en Russie n’en a pas moins jeté un oeil sur cette finale supersonique de l’Olympique Lyonnais (4-1). Pourtant Marseillais de coeur, adepte de la performance française, il ne peut qu’avoir été interpellé par la performance lyonnaise, devant l’écriture de cette Histoire qui place ces joueuses au-dessus des autres. Haut devant et pour longtemps.

Le sport de haut niveau féminin, pourrait-il être le Concorde de la performance ?

Ce qui est étonnant, c’est la réponse … d’Angela Merkel !

La Chancelière Fédérale d’Allemagne y est allée de son tweet, pour saluer la victoire de l’OL sur les Louves de la “GolfBurg”, siège social de Volkswagen qui a crée les séries de Golf, de la I à la 5, comme les Rois et Reines alignent leurs descendances, dernière lumière féminine du club aux couleurs vertes depuis que les hommes ont failli descendre de la Bundesliga cette saison.

Et oui, cela aurait été trop beau. Puisque le compte de la Chancelière Allemande est un compte “de parodie”.

Il n’empêche que cette performance pourrait très bien être l’objet de quelques mots lors d’une fin de réunion politique, qui par analogie, permet de glisser le message de la performance, avec le sourire français qui convient “pour le dire” et le rictus poli allemand qui en est souvent la première réponse.

En Allemagne, le sport féminin a une vraie Histoire culturelle. 

Angela Merkel, venue de l’ex-Allemagne de l’Est, ne peut qu’être sensible aux performances sportives féminines.

La RDA, avant le 3 Octobre 1990 et la réunification, étant certainement le pays qui avait le plus de réussites dans ce domaine. Les athlètes féminines des Pays de l’Est trustaient les récompenses, européennes, mondiales et olympiques.

Une vraie politique d’Etat qui nous fait repenser à certains joyaux. Avec ces beautés, et on pense aisément à la patineuse Katarina Witt jusqu’à ces excès de suspicion, à l’image de  Marita Koch, toujours détentrice du record du monde du 200 féminin (47’60), … obtenu en 1985. 33 ans, une éternité en athlètisme !

Sans oublier la voisine Jarmila Kratochvilova (République tchèque), détentrice du plus vieux record d’athlétisme hommes et femmes confondus, jamais battu depuis 1983, sur 800 en 1m 58s 28″, et toujours détentrice du record du monde en salle sur 400 obtenu en 1982 (49′ 59), soit depuis … 36 ans !

Le sport féminin dans les anciens pays de l’Est, était bien plus que du sport. Un symbole culturel où le football féminin n’était pas oublié, à l’image par exemple de ce qu’est devenu le Turbine Potsdam, champion d’Europe 2005 et 2010, finaliste 2011 et club issu de l’ex-Allemagne de l’Est.

Vaincre l’Allemagne dans le sport féminin est une vraie performance qui l’éloigne de l’indifférence et marque une belle différence. L’Olympique Lyonnais avec quatre victoires (*), contre le Turbine Postdam (2011), Wolfsburg (2016, 2017, 2018) pour trois défaites (Turbine Potsdam en 2010 et 2014, Wolfsburg en 2013) face à un club allemand, a réalisé une superbe performance Outre-Rhin, en passant devant les clubs allemands, depuis maintenant trois ans.

Depuis assez longtemps pour que cela commence à devenir une vérité. A charge pour la Bundesliga Allemande de travailler pour en faire une contre-vérité … Cela change.

William Commegrain lesfeminines.fr

Six victoires françaises si on rajoute celles du PSG (Wolfsburg -2015-, Bayern -2016-) et une défaite supplémentaire en finale (Frankfurt -2015-).